Home » Uncategorized » Québec’s own “Happy Birthday” song / de facto Anthem – Part 4 of 4 (#322)

Québec’s own “Happy Birthday” song / de facto Anthem – Part 4 of 4 (#322)

Recent Posts

Archives

This is the last of four posts on Québec’s “Happy birthday” song and de facto Anthem.

Like the last post, this one will also include a Language learning exercise.   This will be pertinent to honing your listening skills for oral French if you are at an elementary or intermediate level.

Context:

Gilles Vigneault is interviewed on the radio by the well-known Radio-Canada radio show host, Catherine Pépin.

In this interview, you will hear and experience the abstract manner of speaking which Vigneault is known to incorporate into his common everyday discussions.

I won’t say any more, other than let’s dive in (I’ll let you discover the conversation as you listen and read along).

Catherine Pépin:

  • 0:11:  J’aimerais vous entendre au sujet de cette chanson parce que on va à bientôt fêter son quarantième anniversaire, le 24 juin prochain. 
  • I would like to hear you talk about the subject of this song because soon, next 24 June, we will celebrate its 40th anniversary.
  • 0:18:  Qu’est-ce qui s’est passé?  Comment est-elle née cette chanson donc, avant le Mont-Royal.  Je crois que c’est parti d’un défis. 
  • What happened.  How was it born exactly, before Mount Royal [on stage in Montréal].  I suspect it was part of a challenge.

Vigneault:

  • 0:28:  On s’était réuni Louise, Yvon, et moi-même.  Et puis, on discutait d’un spectacle que Yvon voulait intituler, et a intitulé « Happy Birthday » – ce qui a fait couler pas mal d’encre et de salive ensemble.    
  • Louise [Forestier], Yvon and I  got together.  We then discussed putting on a show which Yvon wanted to call “Happy Birthday” – which caused a lot of ink to be spilled, and tongues to be wagged. 
  • 0:47:  Et, moi j’étais d’accord.  J’ai trouvé ça intéressant comme titre.  Puis là, j’ai dit il faudrait faire une chanson.  On se mettrait à trois, et puis on ferait une chanson dont les gens se serviraient pour décoloniser un petit moment de la vie quotidienne de chacun.  
  • For me, I was for it.  I thought it was an interesting title.  Thus then and there I said that we’d need a song.  The three of us would put our heads together and we’d make a song which people could use to decolonize a little moment of their daily individual lives [decolonize in the sense of erasing another trace of English from their lives by getting rid of the Happy Birthday song which stems from English]. 
  • 1:03:  Ils ont dit, ben, oui.  Yvon a dit  « C’est une bonne idée.  C’est bon, parfait ça.  Commence.  Fais le premier couplet ou quelque chose, trouver un refrain, j’sais pas ».    
  • They said “Yes”.  Yvon said “That’s a good idea, great, perfect.  Go ahead and write the first verse of the song or something, find a chorus or something”.
  • 1:15: J’ai dit « Oui, je vais essayer.  Je vais y penser.  Et puis, la prochaine réunion j’arrive avec quelque chose.  À court, on fera chacun notre couplet, c’est d’accord? ». 
  • I said “Ok, I’ll try.  I’ll think about it, and the next time we meet, I’ll have something in hand.  When together, we’ll each make a verse for it, ok?”
  • 1:26: « Ouais, c’est d’accord.  On fera chacun son couplet ».
  • “Sure, OK.  We’ll each make a verse of it”. 
  • 1:29:  Alors je suis arrivé avec « Gens du pays » et le premier couplet – le refrain.  Ils ont dit le refrain « C’est ça, tu l’as ».  Puis le premier couplet, ben c’est ça, on parle d’amour.  On ne parle pas de guerre.  Tout le monde est inclus, puis la jeunesse est là-dedans. 
  • I came back with “Gens du pays”, the first verse – the chorus.  They said “That’s it, you have it!”   That’s the first verse, yup – we’re talking about love, not about war.  Everyone is included, as well as the youth.
  • 1:48: « Ben, on continue ».  Mais j’ai dit « Non, c’est votre tour.  Vous allez faire chacun votre couplet ». 
  • “Great, let’s continue.”  But I said “No, it’s your turn.  You’re each going to write a verse.”
  • 1:52:  Ils ont dit « Non, non, non, non.  Gilles, t’es bien parti là.  On dira ‘c’est pas bon’ ».   J’ai dit « ben j’espère que vous allez me dire si c’est pas bon.  Honnêtement, c’est correct.  Je continue »   
  • They said “No no no no.  Gilles, you’ve already got a great start.  We’ll tell you if it’s not good”.  I said “Well, I would hope you would tell if it’s not good.  Honestly, it’s fine, I’ll keep going”.
  • 2:07:  Et quand on l’a chanté, ben on a eu la preuve que oui, c’était une bonne idée.   
  • And when we sang it in the end, there we had the proof that yes, it was a good idea.

Pépin

  • 2:11:  Alors, comment ça s’est passé sur scène car c’est une chose de la voir sur papier, mais ensuite de l’offrir comme ça pour la toute première fois … ? 
  • So, how it it come to be sung on the stage, because it’s one thing to see it on paper, but it’s quite another to present it like that for the first time… ?

Vigneault

  • 2:20:  On ne savait pas où on allait, personne.  Mais Yvon a fait beaucoup pour ça.  Yvon, avec les bras, puis les grimaces, puis les rires.  Il a expliqué ça au monde.  
  • We didn’t know, nobody knew which direction it was going to take.  But Yvon carried it to the end.  Yvon, with his flailing arms, and those looks on his face, and then those laughs!
  • 2:34:  Il m’a dit « Moi, moi, je vais l’expliquer au monde.  Laissez-moi faire ».  Puis, Yvon l’a expliqué au monde, puis il a dit – regardez, on va dire ma tante yvonne – « Ma tante Yvonne, c’est à ton tour, de te laisser parler d’amour.  Vous allez me répéter ça ! ».  Puis il faisait répéter la foule!   
  • He said to me “Me, I’m going to explain it all to the world.  Let me do it.”  And then Yvon explained it to us all, using Auntie Yvonne as a reference – “My Aunt Yvonne, it is your turn, to let yourself talk about love.  Now everyone repeat it back to me!”   And he made the crowd repeat it back!
  • 2:50:  Et la foule l’a repris.  Alors, c’est une chanson qui a atteint son objectif qui allait là, décoloniser un tout petit moment de la vie quotidienne, qui était « Happy birthday to you », ou mal traduit « Bonne fête ma Do ».    
  • And yes, the crowd repeated it.  So you know, the song met its goal, to decolonize a little moment of daily life – that which was “Happy Birthday to You”, or in a bad translation “Happy Birthday Ma Do”. 
  • 3:13:  Et, c’est une chanson qui a remis ensemble beaucoup de gens dans les familles, et qui a contribué à la convivialité.  Et qui continue.  Et ça c’est bien.  Bon.  
  • Likewise, it was a song which brought many people together as families, and which made a contribution to living with one another… One which continues to this day.  That’s a good think it think, yes.

Pépin

  • 3:26:  Quelque chose très généreux dans la formulation « te laisser, c’est à ton tour de te laisser parler d’amour », c’est très efficace.   Je pense que vous parliez de convivialité.  Moi, j’entendais ça.  Alors, peut-être c’est un peu fou et rétique, mais presque comme une prière.   
  • There is something very generous in the formula of the song :  “to let yourself… It is your turn to let yourself talk about love.”.  That’s very meaningful.  I believe you were speaking about living with one another.  That’s what I also heard.  So perhaps it’s a bit loopy with whims of a rite, almost like a prayer.

Vigneault

  • 3:47:  C’est pas loin d’une prière.  Et le ruisseau d’aujourd’hui s’arrête et forme un étang où chacun peut voir comme en un miroir l’amour qu’il reflète.   On revient toujours à ça.  Pour ces cœurs à qui je souhaite.  Bon, là on voit des jeunes qui nous écoutent et qui vont peut-être s’en servir eux aussi.   
  • It’s not far from being a prayer.  And the stream of the present comes to a halt and forms a pond, where every person may see their love reflected, like in a mirror.  We always come back to that.  This is my wish for everyone’s hearts.  And here, there are young people listening to us who perhaps will view it as such also.
  • 4:09:  Il y a un petit glissement, un petit dérape vers le pays là-dessus.  Mais en même temps, c’est une suggestion.  C’est presque du subliminal.   
  • There is also a small nudge, a little whim pushing for our country also.  But a the same time, it is only a hint or suggestion.  It’s a message which is almost subliminal. 

Pépin

  • 4:20:  C’est sûr que c’était moins subliminal en ’75, forcément.   
  • I’m more than certain that it was more than subliminal in 1975, surely.

Vigneault

  • 4:23:  Ah oui.  C’était plus clair.  On était en ’75, et tout ça avait l’air de s’en venir.  Comme disait Gaston Miron, « Tant qu’elle n’est pas faite, elle est à faire, l’indépendance. »  
  • Oh yes.  It was surely more clear.   We were in 1975, and everyone for sure thought that it was going to happen.  As Gaston Miron said, “So long as it has not been accomplished, independence is yet to come.”

Pépin

  • 4:39:  Mais, au moins vous disiez que c’était avant tout une chanson d’amour avant d’être une chanson « engagée » justement.   
  • But, at least you said that first and foremost, it was a song of love before it was a song of “activism”, surely.

Vigneault

  • 4:47:  D’abord, d’abord, d’abord… Ça m’est apparu comme le temps que l’on prend pour dire « Je t’aime ».  Ça commence comme ça.   Puis aux jeunes, on dit « le temps de vivre leurs espoirs ». 
  • Firstly, firstly, firstly… For me it was for the time which we take to say “I love you”.  That’s how it began.  And to young people, we said “for the time for them to live their dreams”.
  • 5:00:  Bon.  J’aurais pu dire « le temps de vivre nos espoirs », parce que ça se peut que « nous » n’ayons pas le temps de vivre nos espoirs.   
  • Well, I could have said “for the time for them to live ‘our’ dreams”, because it is possible that “we” will not have the time to live ours.
  • 5:09:  Mais, si c’est mes enfants et petits-enfants, cela se fait lentement.  Ce sera très bien aussi.   
  • But, if it comes about for my children and grand-children, it would come slowly.  That too would be good.

Pépin

  • 5:18:  Alors, depuis 40 ans on vous chante j’imagine systématiquement à votre fête « Mon cher Gilles, c’est à ton tour ».  Qu’est-ce que ça vous fait? 
  • Thus, on your birthday for the past 40 years, when others have systematically sung to you “My dear Gilles, it is your turn…”, what does that do to you?

Vigneault

  • 5:29:  Mais, ça me fait sourire.  Ça me fait penser que j’ai eu raison.  Et moi, quand je me souhaitais bon anniversaire à Yvon ou à Louise ou à Claude Fleuri, je prends le téléphone et je dis « Happy birthday to you … », et puis on rigole.   
  • Well, it makes me smile.  It makes me think that I was right.  And for my part, whenever I wished Yvon or Louise or Claude Fleuri a happy birthday, I would phone them and sing “Happy Birthday to you… “, which would make everyone laugh.
  • 5:51:  Bon, il y avait un petit enfant qui avait demandé à sa mère « Qu’est-ce que c’est que les ‘to-you’ ? », parce qu’il avait compris « Ayez pas peur des ‘tooyou’ ».  « Qu’est-ce que c’est que les ‘tooyou’ maman? » 
  • You know, there was a small child who once asked his mother “What are the ‘to-you’?”, because he heard the English song as being “Don’t be afraid of the ‘tooyou’”.  “What’s a tooyou mommy?”.    
  • 6:06:  Puis, moi je n’ai pas peur des « to-you ».  Alors, il faut pas avoir peur des « to-you ».  Il faut les aimer, et de les inviter à la fête.   
  • You know, I’m not afraid of the “tooyou’s”.  So you should not be either.  You should love them, and invite them to your party.

Pépin

  • 6:15:  Merci beacoup, Gilles Vigneault.  Merci.   
  • Thank-you, Gilles Vigneault.  Thank-you.

Vigneault

  • 6:17:  Je vous en prie.  Merci de m’avoir donné l’occasion de réfléchir un petit peu.   
  • You’re welcome.  Thank-you for giving me the opportunity to look back and reflect a little.
Advertisements

Leave a Reply (Comments shall appear when approved - see "about" section)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: