Home » 2015 » August

Monthly Archives: August 2015

Advertisements

Article: The Molsons, builders of our heritage (#346)

You will recall a number of weeks ago I wrote two posts (in French and English) entitled:

Those two posts received a lot of hits, and I received emails from a few people across Canada asking for more materials and asking questions out of curiosity (I guess our history books skipped over much of this?).

Here is a post on a similar topic.

A couple of weeks ago, Le Journal de Montréal newspaper published an article entitled :

Les Molson, bâtisseurs de notre patrimoine 

(click the link to read the article in French).

Mlsn1

If you’re learning French, even at a basic level, have a try at reading the article in French (I know a good number of you are trying really hard to make strides in your learning).

This article might provide you with a very interesting topic to practice with.   Perhaps even pop it into Google Translate so you have a side-by-side reference / crutch as you read along.

Basically, the article says things like (translations of a few excepts):

The first public hospital, a bank, the first railway, and even a stadium:  The Molson family’s contribution to economic development and architectural heritage is far from being limited to its beer.

Few families can say they have built so much in Montréal in a 230 year span.

Have a read through it.

Remember, Montréal was “Canada’s city” during the golden years of the Molson family (in the sense that many of the decisions and directions taken towards building a young Canada were taken, initiated, and executed from Montréal).

As our “metropolis” of the day, Montréal’s growth and trajectory had a direct positive and lasting influence on what happened elsewhere, coast-to-coast.    It is something for all of us to be proud of, and through history, it inextricably links all of us to this part of Québec.

The next post will touch upon this very subject.

Have a good start to your week 🙂

Advertisements

Another way to practice your French – Gov’t call centres (#345)

As I stated a couple of times, I have been super busy with work projects, which makes it so I haven’t had as much time as I would like to write daily blog posts.   Thus this will be another “short” one.

Considering that the majority of the readers of this blog are Anglophones all across Canada, I think I found another way you may be able to practice your French.

I currently have a work project which is requiring me to ask a LOT of questions to both the Ontario and Federal governments.  I’m placing a good number of phone calls to the governments (particularly the Ontario government), and I am asking some very complex questions regarding numerous complicated issues.

Tlphn1

A while back, when I phoned the government of Ontario, I was tired of being placed on hold (although I have to say that I think the Ontario government’s call-centres seem to be a lot faster than other provinces I have dealt with).   Being a guy who sometimes doesn’t have infinite amount of patience (isn’t that most guys? – lol), a long time ago I hung up the “English” phone line, and I dialed Ontario’s “French” phone line.

Perhaps one of the only reasons I had not phoned the “French” number prior was because I thought the wait would be even longer for very complex questions (ie: I would have be transferred, then transferred, then transferred, then told someone would call me back).

But guess what happened… I began to receive fast phone pick-ups, and extremely polite service (like the kind when you sense the person on the other end of the line is smiling as they’re talking to you over the phone).  Better yet (and most important for me), I was receiving high quality, extremely detailed answers to my very complex questions.

I was actually floored.   The French line actually seemed more knowledgeable in many instances than the English line

Example:

Question:  I asked “I’m purchasing a new fork-lift, and I was told that the embossed safety-specs plate standards have changed.  What are the new inspection rules and frequency for such a change?”

Answer:  00:00 Called.   02:00 Phone answers and I ask my question (in French).   02:50.  Transferred to a different department and placed on hold.    4:10 Another person answers and repeats my question back to me to ensure that they understood the question.   I’m put back on hold.   4:50 the person comes back and I am given all the correct information – again, all in French.

Bing, Bang, Boom… Beautiful.

And this was just one of my MANY phone calls to the Ontario government in French.

I now use the French lines for everything (business accounting questions, car insurance, health services, everything touching the Ontario government)… and the services are “impec” each and every time..

What’s great about this is that even if you do not live in areas of the country where you have regular interactions with Francophones, you still can do this with the Federal government (you can also do this in Manitoba, Yukon, the NWT and New Brunswick).

Even in Alberta, there are “informal” government funded portals (service front-shops, as I like to call them), with which there are ways to get information in French (I wrote earlier blog posts in which I mentioned how Alberta often offers more than what they are legally bound to offer – more as a gesture than anything, but one which unfortunately is overlooked by people wishing to score political points, or who have never even set foot in Alberta – Sigh x 10).

What I found particularly interesting about doing this (just my own observations… not that it would make a difference to you)… was that I hear the full range of Ontario French accents in the process.  But I also interact with a good number of Anglophones in French as well (which is great… and we’re seeing more and more Anglophones offering and wanting to offer services in French – again, all with that friendly phone smile).

Anyway, in the end, the people on the other end of the phone aren’t the only one bearings phone smiles.

Hopefully this offers you another “in” for practicing your French.  Keep up the good work folks… We’re making progress!

Some Metro (subway) & train videos from Montréal (#344)

Visual context and always be a good thing.   I’ve had little time for posts lately, so I’ll post some videos I’ve come across which might be interesting for you.

I came across this nicely-made video of Montréal’s metro (subway) system.

Here is a video showing the AMT trains (the above-ground greater metro-region train system to various suburbs and commuter cities).  The AMT trains are popular with people who make daily commutes to Montréal from further away.


As a point of reference comme point de repère)…
From the country’s two other major cities / des deux autres grandes villes au pays… 

Here are some similar videos of other transit systems in the country / Voici quelques vidéos des deux autres grandes villes du pays:

Toronto

It looks like some subway driver put a camera in his window.   My take… I don’t feel the same “open-heights” concept in Toronto’s subway as in Montréal’s metro.  Peut-être le chauffeur aurait mis son appareil-photo dans la vitre.  Mon opinon… Je n’ai pas le même sentiment de “toits ouverts” qu’à Montréal.

Like Montréal’s AMT system, the Greater Toronto Area (GTA) also has a large network of suburb trains across the region, Go Trains.  Tout comme l’AMT, la grande région de Toronto compte elle aussi des trains de banlieu qu’on appelle les Go Trains.

Vancouver

Unlike both Montréal and Toronto, and because Vancouver does not get snow, Vancouver’s system is mostly an above ground, “elevated” system.  Un peu différent des systèmes de Montréal et de Toronto, celui de Vancouver se trouve sur des rails élévés, possible en raison qu’il n’y a pas de neige.

The Millenium line:

The line connecting Downtown to the airport and Richmond:

Vancouver also has a suburb heavy-rail train, the “West Coast Express”, which connects the further suburbs with the city city.  Vancouver compte également des trains de banlieu, le West-Coast Express.

You’re trying to learn French, you can read a bit, but it still sounds like one big garble. What to do? (#343)

You’re trying to learn French, you can read a bit, but it still sounds like one big garble.  What to do? 

Boy, this is one I have heard a lot over the years.  It seems to be a definite point of frustration for a lot of people.   The problem with language courses (in school or elsewhere) is that people learn from textbooks without being immersed in French.

This means that if a native French speaker were to write out a paragraph stating their thoughts, many learners of French could read and understand it.

But if the native speaker was to “say” the entire paragraph, at regular speed,

  • it would catch the learner off guard,
  • it would be too fast with too few breaks (to allow time to process what is being said), and
  • it would sound like one big, long string of gibberish.

This is 100% natural, and it’s not something to be ashamed of or to get discouraged at.

Learning a language is like learning four different school subjects.  And just like different school subjects, your mastery of each, and your grades may be different for each one.

Your (1) reading could be very good it it (perhaps at an intermediate level).  But your (2) writing and (3) speaking may be at an elementary level.  And, as is often the case, your (4) listening skills (ability to distinguish what is being said) may still be lagging a little bit.

How can it be that you are at a different level for each?  Well, it is possible because you may have not had equal amounts of practice for each of the four language “subjects”.

  • Reading is often the easiest because we can do it anywhere, anytime (and it is emphasized in classrooms).
  • Writing is also drilled into students in the classroom.  It may take a little thought, but writing affords us the time.
  • Speaking also may not be too difficult if students are afforded the time to pause and collect their thoughts as they speak.  The speed at which one speaks can be controlled by the speaker.  Also, there are lots of little “shortcuts” when speaking (such as slipping in easier substitute words if the desired word isn’t necessarily on the tip of your tongue).

The odd one out is listening.  Drastic improvement often comes from regularly interacting with Francophones.

But what happens if you do not live in an area where you can regularly interact with Francophones?  That’s the big question, and boy, it’s a clincher.

Yes, listening skills can be improved by listening to television and radio programs.  The problem with TV and the radio is that the language spoken is for fluent native-French speaking adults, using vocabulary for fluent native-French speaking adults, at a (fast) speed which corresponds to that level.

The garbled jumbo from listening to fast-paced, advanced French can leave students frustrated, discouraged, and feeling they are not making progress (even when they are).

One way to counter that is to listen to children’s programming.  But seriously, what mature adult or student of French would actually enjoy doing that!?!  I’d rather be hit by a manure truck than have to watch Tele-Tubbies in French or any langage!    (I’d shoot myself!!!  And I’m sure you would too).

These are problems I sympathize with, precisely because I had the same issues when I as learning Chinese.  So I get it, I really really do.

An easy solution which could work for you, with fast results

When I was learning Chinese, and before I moved to China (and completely immersed myself in Chinese for a few years), one thing that helped me develop an ear was “slow news in Chinese”.

I recently found out that Radio France International (RFI) offers something similar for French.

RFI is France’s public broadcaster to an international public.

On their website, they have a “learn French” section.  Within that section, they offer numerous tools and exercises for learning French.

One such tool is an “Easy French” (français facile) daily news broadcast.

The daily newscast is spoken in a slightly slower-paced French, with better enunciation, and regular pauses between sentences and even words.

Even better, RFI offers online typed transcripts of the newscast to allow you to follow-alone.

To top it all off, you are also able to download the newscasts in an MP3 format for your iPhone or MP3 player.  You can also print the transcripts.  Therefore you can rewind, fast forward, read along and practice your listening skills anywhere, anytime.

It is really too bad that Radio-Canada does not offer such a thing for Anglophone Canadian learners of French (ironically, CBC Radio Edmonton offers something very similar in English for immigrants to Edmonton, using local Edmonton newscasts.  But it offers nothing in French, and I can’t find something like this anywhere else on the CBC / Radio-Canada platforms elsewhere in the country).

Here’s what to do

The driver plug-ins seem to work best in Internet Explorer.  I say this because the RFI broadcast plug-ins repeatedly fail for me in Chrome.

1.  Open Internet Explorer.

2.  Go to the following RFI website:

http://www1.rfi.fr/lffr/statiques/accueil_apprendre.asp

3.  In the middle column you will see the following:

RFI1

It basically says “Understand the News — The Easy French Newscast: A newscast which presents you with the news, using simple words and which explains events in context.

Hey, what more could you ask for!?!

4.  You have three self-explanatory buttons (Read, listen and download).  Again, the listening and downloading work best in Internet explorer (not in Chrome).

Voilà!!  You now have a way to practice your learning skills at a pace and level which should shoot you light years ahead.  And the best thing is … IT’S FREE AND INTERESTING!!

But why stop there !?

If you go down by one more block, you’ll see the following:

RFI2

It is a box which says “The words of the news:  A two-minute, stimulating segment which enlightens you on a word or expression which you will hear in the news”

So not only can you improve your listening skills with RFI’s simple French, you can also increase your vocabulary.   In the above example, today’s chosen word is “MAIRE” (Mayor).

1.  If you click the word “Maire” (or whatever word you have on your screen), you’ll get the definition and a little story about it.

2.  Clicking “Newscast” will play a news story using the word in question.

3.  Clicking “Read” will give you a transcript which you can follow along with.

But wait, there’s more! (Now I sound like an infomercial!!!)

Being the ‘lil go-getters that they are at RFI… Boxes further down offer you listening exercises.  You can listen to audio tracts, and are then prompted to answer questions about what you just heard (by checking off multiple-choice answers).

RFI3

And below this is a whole series of French learning materials for teachers to present to their class.   You may also be interested in the materials.

They include:

  • Dossiers pour la class:  Materials which let you discover various areas of French culture.
  • Outils:   Which gives you more audio exposure
  • Fiche pédagogique:  Which provides you with exposés on various cultural tid-bits.
  • L’Actu de FLE:  More ways to learn in context.

Wow!!  This should give you lots of practice which you perhaps never would have otherwise had.  Take the time to check it out, and bonne écoute !!!

P.S.  Am pretty proud of ya for stickin’ with it!  Keep up the good work (the good stuff in life may not come easy, but sometimes is worth fighting for)

Immigration et certaines prises de position des associations francophones hors Québec (#342)

Vous vous souviendrez peut-être du billet que j’avais écrit sur les formations francophones quasi-politiques qui existent dans chacune des provinces et des territoires hors Québec :  (billet en anglais, Official Francophone Representation Outside Québec).

Hier, j’ai vu une vidéo par rapport au nouveau phénomène d’immigration francophone dans l’ouest du pays, en particulier en Alberta.

Lorsque j’ai quitté l’ouest il y a plus que 15 ans, ce genre de mouvement d’immigration n’existait pas.

Ça m’a fait réfléchir un peu aux prises de position des organismes francophones quasi-politiques, telle celles de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA).

À chaque fois que je rentre dans l’ouest du pays, parfois deux ou trois fois par année (que ce soit à Edmonton, à Régina ou ailleurs), le “visage” de la francophonie change de plus en plus – c’est bien visible.

C’est encourageant et c’est du jamais vu depuis 100 ans (de 2001 à 2011, la population francophone de l’Alberta s’est vu accroître de 14,5% selon le dernier recensement).  C’est fort intéressant.

Sur ce même thème, sans vouloir trop y pencher, je vous présente le lien d’une autre vidéo; une entrevue à TFO (le diffuseur publique francophone de l’Ontario, l’équivalent ontarien de Télé-Québec).

Dans cette prochaine vidéo, l’ancienne présidente de la FCFA penche sur plusieurs sujets (Marie-France Kenny n’est plus à la tête de l’organisme depuis cet été).  Sa réponse à la question “Est-qu’on peut vivre aussi bien dans l’ouest du pays qu’en Acadie?” m’a fait soulever un sourcil.

Je dois avouer que moi-même, j’étais un peu étonné de constater qu’elle ne mâchait pas ses mots envers ses observations entre l’est et l’ouest du Canada (compte tenu de son rôle très médiatisé).  Cependant, sa façon de voir les Anglophones de l’ouest du Canada est tout à fait différente. Intéressant pour dire le moindre.

Cette question spécifique est posée à 5:43, et sa réponse dure jusqu’à 8:07. Ça vaut la peine d’écouter cet extrait.

D’ailleurs, au cours de l’entrevue, elle parle des défis des communautés francophones hors Québec.

Malgré mon optimisme personnel, j’avoue que les défis demeurent bien réels – mais c’est certainement mieux qu’avant, surtout avec l’arrivée de l’internet et les possibilités qu’il présente (du côté économique, social, et politique).

À mon avis, plus souvent qu’autrement la responsabilité de préserver et de promouvoir sa langue tombe sur les épaules des francophones hors Québec eux-mêmes… car si une personne “lâche” le français, ce n’est pas forcément la faute des Anglophones.

Du même coup, je dois dire que j’avais l’impression depuis des années que Mme. Kenny penchait trop peu sur le positif, même lorsque le positif lui sautait aux yeux (peut-être une manque de balance dans ses entrevues et discours — mais en revanche il faut reconnaître son rôle de “batteuse de profession”)… mais c’est juste mon opinion à moi.

En même temps, pour la santé du pays, j’étais toujours confondu s’il était mieux d’avoir

(1) un niveau accru du bilinguisme français/anglais chez les anglophones hors Québec, ou

(2) un niveau accru du nombre des francophones hors Québec (car on lorsqu’on retire Toronto et Vancouver de l’équation, on constate que le taux du bilinguise chez les anglophones ailleurs au pays est en pente ascendante.  Il faut retirer Toronto et Vancouver du jeux des chiffres car ces deux villes accueillent la plupart des immigrants « anglos » récents au pays – et la première génération n’a pas encore eu l’habilité d’envoyer leurs enfants en immersion française comme ailleurs au Canada).

En écoutant les discours de Mme. Kenny au cours des années, elle me porte à croire qu’elle etait de l’avis que la deuxième question fût primordiale.

Cependant, je ne suis pas certain d’être en accord.  Je suis plutôt de l’avis qu’un mélange soit préférable – un point équitable si vous voulez – et qu’il faut encourager ces deux tendances en même temps (l’une avec l’autre).

Une bonne partie des changements positifs des années récentes est due au fait qu’il existe une population anglophone de plus en plus bilingue.  Une telle population bien sûr serait plus réceptive et accueillante envers l’évolution et la protection du fait français au Canada.

Dans cette même veine, j’ai toujours pensé que l’accent « économique » des organismes, telle la FCFA ,était mal placé ou quasi non existant.

Plus tôt cette année, devant le Comité permanent des langues officielles du Sénat, l’ancienne présidente de la FCFA avait plaidé l’aspect négatif qu’apporte l’immigration anglophone à la population proportionnelle des communautés francophones hors Québec (c’est-à-dire – et je n’ai pas les chiffres exactes devant moi – si le Canada reçoit deux immigrants anglophones pour chaque 1.2 enfants francophones nés au Canada à l’extérieur du Québec, on verrait l’impact négatif au cours des générations à venir).

Sur la surface, je suis d’accord avec le constat de Mme. Kenny.  Mais c’est quant à sa position sur les solutions que je ne suis pas en accord.

À titre de présidente de la FCFA, elle était de l’avis que le gouvernement du Canada devait augmenter massivement le taux d’immigration francophone au Canada anglais pour contrer ces tendances.  Elle voulait que le gouvernement fédéral entame des programmes d’immigration qui visent mieux les immigrants francophones afin de les accueillir dans les villes hors Québec.

Elle a laissé croire que si les programmes d’immigration seraient mieux que ceux qui existent maintenant, les immigrants francophones débarqueraient au Canada anglophone à grand pas.

Là, je ne suis pas d’accord.

J’aimerais vous proposer une analogie.

En Finlande, on parle le finlandais dans la plupart du pays, mais on y parle également le suédois comme langue principale protégée dans l’état de l’Åland, une partie du sud-ouest du pays (une mini-version de la réalité linguistique du Canada, mais avec le suédois et le finlandais comme exemples).

Si vous parliez déjà le suédois mais non pas le finlandais, et si par hasard vous alliez vous installer en Finlande, iriez-vous vous installez dans la partie suédophone (où là langue suédoise de travail est protégée)? Ou iriez-vous dans la partie finlandophone, là où il serait plus difficile de trouver un travail selon votre expérience et compétences antérieurs  en suédois? (n’oubliez pas que vous ne parlez pas le finlandais).

Bien sûr que vous n’allez pas choisir de s’installer dans la partie finlandophone, et ce même si le gouvernement finlandais vous ouvrirait les portes d’immigration grandes ouvertes en raison de votre connaissance du suédois.

Pour vous, en tant qu’immigrant(e) qui doit s’installer et gagner votre pain le plus rapidement possible (car vous avez une famille à nourrir et loger malgré tout), de s’installer dans la partie finlandophone n’a très peu de bon sens (peu importe la bonne foi et la grandeur de n’importe quel programme d’immigration entamé par le gouvernement finlandais).

Votre premier choix serait de s’installer dans la région suédophone.  C’est la nature humaine.

Pour reprendre ce même exemple:   En tant que suédophone, si dans la partie finlandophone il vous serait possible de trouver un emploi « comparable » en suédois, du genre que vous pourriez trouver dans la partie suédophone, dans ce cas-ci vous seriez peut-être plus apte et ouvert à l’idée de s’installer dans la partie finlandophone.

Mais si vous êtes mécanicien, nutritionniste, courtier d’assurance, banquier, chauffeur de camion, coiffeur, travailleur dans un Tim Hortons, comptable, avocat, recherchiste, ou caméraman suédophone, et vous croyez ne pas pouvoir trouver du boulot dans votre langue dans la partie finlandophone, vous allez écarter toute possibilité de s’y installer (surtout si la plupart des postes suédophones dans la partie finlandophone ne sont que des postes limités au secteur publique, ne sont pas dans votre métier d’expérience, et ne vous satisfont pas / ne correspondent pas à vos désirs non plus!).

Alors la problématique se pose concernant la solution.

Je suis de l’avis que la solution ne se trouve pas dans l’encadrement de nouveaux programmes d’immigration (même les programmes d’immigration les mieux bonifiés au monde n’auraient qu’un impact minime).

Je suis plutôt de l’avis que la création d’emplois en français dans le secteur privé demeurre la baguette magique.

Il y aurait une certaine remédiation à toutes les problématiques reliées à la croissance de la francophonie pancanadienne si les francophones (et les francophiles d’ailleurs) créaient eux-même, et trouvaient plus facilement, des emplois en français, dans tous les domaines privés, là où ils se trouvent au Canada.

Mais bizarrement, la question économique et la création d’emplois en français est une discussion qui ne se fait pas publiquement de la part des organismes francophones — du moins comme cible primaire.

Devant le public, ce sont leurs réclamations pour plus de programmes d’immigration qui semblent toujours être au première loge.  Mais une telle discussion est mal placée à mon avis.

Il faut faire une réingénerie du marché si on veut créer des emplois en français hors Québec (je répète:  si on veut “vraiment” les créer).  Une mini-révolution tranquille « économique » hors Québec est possible sur plusieurs niveaux afin de déclancher une telle restructuration:

  • On pourrait créer un fonds de solidarité francophone pancanadienne pour les cotisations des entreprises francophones hors Québec (cela pourrait remplacer le rôle de revenu Canada dans ce domaine, et pourrait inciter les entreprises francophones à continuer d’opérer en français hors Québec si, en revanche, on leur offre des avantages sur la taxe sur la masse salariale).
  • On pourrait fonder une banque de développement d’affaires francophones spécifiquement pour les entreprises hors Québec qui prouvent que leurs opérations internes se déroulent presque uniquement en français.
  • On pourrait créer une société d’assurance pancanadienne francophone avec des branches partout au pays.
  • On pourrait financer des cliniques médicales francophones, et de les loger dans les hôpitaux anglophones à travers le pays (il existe des cliniques de langue anglaise dans les hôpitaux chinois en Chine pour les étrangers, alors pourquoi ne pas implanter un système semblable au Canada anglais pour les francophones?)
  • On pourrait offrir une aide financière au niveau des cours de formation pour les employés qui travaillent dans les entreprises qui ont le français comme langue principale d’opérations internes (affichage, réunions, documents, main d’oeuvre).

Un tel programme serait nécessaire, et je vous offre un exemple pourquoi.

    • Mettons il existe deux sociétés en distribution de matériaux en construction en Saskatchewan.  Une société de langue anglaise compte 20 employés et existe depuis déjà 20 ans.  L’autre société francophone n’a que 4 employés, n’existe que depuis 2 ans, mais fonctionne à 100% à l’interne en français.  La société francophone veut faire concurrence avec la société anglophone.  Alors, puisque les opérations internes sont en français, il faut engager des francophones pour combler les postes de vendeur et du marketing.
    • Mais en Saskatchewan l’employeur n’arrive pas à trouver des francophones avec l’expérience nécessaires pour vendre ce genre de matériaux de construction assez particulier (pourtant, des anglophones qui ont de l’expérience avec ce matériel spécifique, il y en a à la pelle en Saskatchewan avec 10, 15 ou 20 ans d’expérience).
    • Cela veut dire que l’entreprise francophone fait face à deux choix difficles, et presque insurmontables :  (1) abolir les postes francophones et convertir les opérations en anglais pour se garder concurrentiel, or (2) embaucher des francophones/francophiles (locaux ou des immigrants) et de les former à un coût très élevé.  Mais les coûts de formation de six mois à un an (une formation sur le champ, et pas nécessairement dans une salle de classe) rendrait l’entreprise francophone non concurrentielle face à l’entreprise anglophone.
    • Pourtant, s’il existait des programmes de remboursement des coûts de formation (peut-être sur la masse salariale?) pour les entreprises francophones qui se trouvent dans une telle situation, cela pourrait inciter les entreprises francophones à « embaucher » et de « garder » les employés francophones.
  • Et finalement, les prestataires et fournisseurs hors Québec d’une certaine taille, qui désirent obtenir les contrats du gouvernement (soit du gouvernement fédéral, ou des quatre provinces et territoires qui opèrent en français tout comme en anglais) devrait embaucher un seuil minimum de francophones (dont les compétences linguistiques auraient été évaluées au préalable par un tiers neutre et impartial).

Personne ne semble vouloir parler de ces enjeux hors des huis clos.  Je suis entièrement reconnaissant qu’il s’agirait d’un changement de paradigme majeur pour ceux qui se préoccupent de ces sujets.  Pourtant, c’est un changement qui pourrait avoir lieu (et devrait avoir lieu).

Arrêtons de blâmer le Ministère de citoyenneté et de l’immigration du Canada (CIC).  Ce ministère ne devrait se servir d’outil pour faciliter l’entrée des immigrants une fois que toutes les autres fondations soient en place.

Franchement parlant, quant à CIC, ce n’est ni leur responsabilité, ni leur bataille.

Ai-je tort?

—————————————————————————–

S’il vous intéresse, voici le procès-verbal du témoignage de Mme. Kenny devant le Comité sénatorial permanent des
Langues officielles:  http://www.parl.gc.ca/content/sen/committee/412%5COLLO/04EV-51239-F.HTM

Le voici un petit aperçu de la volée d’attention médiatique qu’a obtenu le témoignage de Mme. Kenny suite à sa comparution: