Home » Search results for 'la petite vie'

Search Results for: la petite vie

La petite vie (#98)

I set a few rules for myself when writing this blog.   One of these rules was to write about things which are generally current, pertinent and of interest.

On the surface, this post sort of defeats the above rule.  It is about a television sitcom series, La petite vie, which ran for several years, but which went off the air in 1998.  In a sense, you could say it’s not very current, thus its pertinence could be questioned, and if its pertinence can be questioned, it might not be of interest.

However, contrary to the above arguments, I believe the show still carries an unmatched legacy in Québec pop-culture and society which keeps it current;  people are still parodying it (kids still wear Halloween costumes of the main characters), people still talk about it, and re-runs & box sets are still as popular as ever.  The two main characters, môman and pôpa (pronounced with a heavy East-End Montréal accent), still continue to “appear” in costume at award gala ceremonies as award presenters.  It’s pertinent for many reasons; the show attracted (and continues to attract) the attention of an entire society and generation on a scale never seen before, it galvanized the type of humour Québec identifies with and how Québec it views itself (you can judge how someone or a society views themselves by their own self-depricating humour), comedians and subsequent shows (both sitcoms and in a sense even dramas), seem to have based many of their themes around the overall context of La petite vie.  And finally, the show is just plain interesting.

La petite vie literally translates as “The small life”, but it’s actually an expression in French with a bit deeper meaning (and direct relevance to the show).  It basically means a small life” in English (or “a petty life”), in the sense that your whole world revolves around a very small circle, small area, and your views, outlook, and goals are equally small.  You just live life in a tiny comfort zone with little care (and perhaps even little knowledge) of anything outside that comfort zone.  It’s not bad – it’s just small.  Problems which happen to people living “a small life” may not be very big problems in the grand scheme of life — But because these mundane problems constitute “everything” that is happening to these people (owing to their life being so small), the smallest things become overblown and huge issues (ie: it could be the end of the world that the garden hose sprung a leak, that the neighbour gossiped about your daughter, that a little milk got spilled…).

I’d put La petite vie in the category of “ridiculous” comedy, yet genius in its punch lines which makes it absolutely hilarious.  It’s filmed with live characters and centres around a working class East-End Montréal family.  The middle-aged mother and father are the two main characters.  It’s their interactions with their four children and other people around them which constitutes the essence of the scripts.   The parents are magnetic poles who attract everyone into their home, where the series is mostly filmed.  It plays on the absurdity of the oil-and-vinegar personalities of the family members, and makes for amazing comedy.

I’m not sure English North America has something comparable featuring live actors.   The closest comparisons which come to mind are actually cartoons – a mix between The Simpsons, and The King of the Hill.  Now picture those two cartoon series being filmed by live actors, with their ridiculous plots, crude language, and recurrent expanded secondary characters.  It would be an extremely tough act to pull off by any stretch of the imagination.  The only way it would work would be if the humour was quick, witty, and punch lines definately would have to carry the show.  That’s La petite vie – and they actually managed to pull it off!

During the period of its airing, the show twice attracted the largest Canadian television audience in history, exceeding 4 million viewers, and individual episodes regularly attracted over 2 million television viewers.   It appeared nation-wide on Radio-Canada, but also aired in Europe and around the world on TV5 Monde.

Its appeal was enhanced further by way of the self-deprecating humour of a “stereotypical” Québec working-class family;  along with lots of action in the kitchen, adult and near-adult kids charting their own courses in all directions but still running back to the safety of mom & dad, quirky interactions with neighbours, a clash of old and new values, small family scandals, and that ever-so-recognizable East-End Montréal accent.

I want to re-stress that it’s shot in a fast-paced, often very heavy Montréal East-End accent (it might be a bit difficult for Anglophones to follow if their French is at a less-than-upper-intermediate level, at a minimum — but that’s only because the language is extremely heavy on joual combined with a heavy Montréal East-End accent).   The show’s comedy just wouldn’t come through the same if it was made in any other accent or with any less joual.  The accent basically set the subtext for many scenes because the accent is stereotypically associated with a certain type of personality (just as a New York or Texas accent is often stereotyped with a certain type of personality ).

Now you can understand a bit more why I thought it might be useful, in more than just one way, to write a series on our 32 different accents in Canadian French, in addition to offering other tid-bits here and there on Joual and other language quirks (it’s all starting to slowly come together now — and you’ll be a mini-expert on Québec and Canadian French culture in no time 😉 ).  In addition to providing us with an identity and regional culture, accents and the level of speech we use do carry much in the way of sub-text about who we might be as a person.  Whether that sub-text is true or not, that’s a completely different debate (click HERE and HERE for the earlier two posts relevant to the “Eastern Montréal and Laval old town” accent, and HERE for the post on Joual).

In many ways, when people think of Québec television, they think of La petite vie.    Although the series spanned a good chunk of the 1990s, younger generations (post Y2K) still know it, and still find it funny.   It’s one of the few sure-bet cultural phenomena which has permeated into every Francophone home in Québec (as well as Francophone homes across Canada) .   The show is an institution unto itself.

I’m not going to go into all the characters.   Nor will I delve deeper into the plot, nor its awards (suffice to say it’s an award winner).  I can leave it to you to research on your own if you’re interested (the French Wikipedia article is fairly comprehensive in this sense.  It can be viewed HERE, and Google Translate, with which to read it in English, can be opened HERE).

A few stars and characters in the show were the topics of some earlier posts:  Marc Labrèche was a main actor, Rémy Girard was a regular actor, Janette Bertand made appearances, as did Normand Brathwaite, Claude Legault, and Danny Turcotte.

Box series are available for sale.  If you wish to purchase the box set, you might wa to check out Archambeault or Renaud-Bray’s websites (also the subject of a previous post).

If, for whatever reason, you do want to develop an ear for Montréal East-End accent (and not just limit your language learning to more neutral or “friendlier” accents, such as Standard Québécois, the Greater Montréal accent, or some others), then the box set of this series might be the answer for you.   At least it would be sub-titled if you’re entering the realm of accents for the first time.  But I would not recommend tackling this front unless you’re already fairly comfortable in French, or you find that most of your interactions in French are with people who grew up on the Islands of Montréal, Laval, and part of the South Shore (Longueuil).

You may be able to find official footage online.  Please stick to official sites and do not pirate.  Works such as this is part of our cultural heritage.

Political & Society Related Posts

A word of warning:  Brace yourself… because boy, do I have some opinions!
Je vous mets en garde, alors soyez avertis, car oui mes chums, j’en ai des opinions, moi.  Attachez bien vos tuques avec d’la broche !!
In and of itself, this blog is not political.  But that does not mean that I shy away from certain topics of a political nature from time-to-time.  You’ll notice below that the odd time I “let’r rip!”

Major Canadian parties

pty.pstns

Note in the above chart that:

1.  The Alberta New Democrats are further to the right than the Federal New Democrats (The issues are different at a provincial level, which requires different positions.  Western Canadian political commentators regularly point out that Alberta NDP positions are very similar to British Columbia Liberal positions).

2.  The Alberta PC (a) was not as far to the right as the Federal Conservatives and that (b) there is much overlap with the Alberta Liberals (one of the reasons why the Alberta Liberals could not get a foothold during the last Alberta elections — which opened the door widely for the Alberta NDP).

—————————–

pty.pstns.qc

[Montreal Gazette] Dan Delmar: Why sovereignty withered under Stephen Harper (#381)

One week after the Federal election: The aftermath in Québec’s context (#380)

  • An autopsy of the 2015 Federal election with the view from Québec and where things stand moving forward.

Qu’est ce qui est arrivé durant les quelques années suivant l’arrivée des Britanniques au Québec? (#379)

  • Pas ce que tout le monde en pense.

Funny what gets dragged from the attic when politics get involved (#369)

  • This posts highlights the importance of not skipping out on historical events when one wishes to bring up history to explain the present.

How you know you’re doomed on election day (kidding… well, kinda) (#368)

  • Why I endorse the fact that Canadians, who have resided abroad for 5+ years, should not be allowed to vote.
  • At least the reasons are one other factoid which seems to transcend the Two Solitudes.

A well-made BBC video questioning if Québec is able to integrate the Anglophone immigrants it “needs” (#363)

  • A well made video by the BBC, which presents an fresh unbiased angle on the topic from an outside point of view.

The Two Solitudes come to the fore after the French-language election debate (#361)

Our numerous Federal politicians’ French-language train wreck (#360)

  • How good French-language skills (or lack thereof) can make it or break it for Federal politicians.

CBC and the two solitudes (#359)

  • A classic case which shows how the right hand (English) doesn’t know what the left hand (French) is doing, and how, politically, it can lead straight to straight to… nowhere.

Article of interest: French new wave: A cultural shift for Toronto as ‘invisible francophones’ settle in [Globe & Mail] (#356)

  • A Globe & Mail article on the rapid and sizable growth in the number of Francophone schools across Toronto.  One more positive sign on how things are evolving on the French-front across Canada.

The push from Montréal to found the West (#347)

  • A societal post on how the founding of the West, and subsequent “building” of the West (into the early 1900s) was largely driven by hopes and dream from Montréal.  It’s a major part of history which binds the West with the East (and more specifically, Montréal).

Immigration et certaines prises de position des associations francophones hors Québec (#342)

  • Ma critique envers les organismes nationaux francophones hors Québec, et leur manière de traiter des questions relatives à l’immigration hors Québec.

Philippe Couillard’s “premptive” damage control positioning and constitutional preps (#334)

  • How Premier Philippe Couillard is beginning to position himself in a constitutional and referendum showdown with PKP-Snyder.

Poll: How certain celebrities may vote (#332)

Two “mystery forts” tied to Québec’s role in founding Alberta and Western Canada (#330)

  • A bit of history which is not necessarily taught in Eastern Canada (but which students in Western Canada learn)

Louis-Jean Cormier – one of a few political rarites (#317)

  • A lesson on the awkwardness which can occur when sovereignist and federalists meet on the field of culture (quite an interesting experience which occurred in Toronto).

Julie Snyder : « Je ne peux plus produire des émissions de télé » (#299)

  • Je ne me suis pas retenu face à la manque d’assumer la responsibilité de ses propres actions.

Julie Snyder’s statement today stating she can no longer run her production company (#298) — Including a MAJOR addendum at the end.

  • My candid thoughts on what I see as a move to mark political points and garner public sympathy.
  • Exactly as I predicted — She “sold” Productions J to a friend (this is all getting easier and easier to see).   Owing to the fact that her friend likely wasn’t making all that much in his former position, I can’t help wonder how much Productions J was sold for (perhaps a “nominal” sum which could facilitate “selling” it back to Julie in the future after she leaves politics?).  We’ll never know because, guess what… they won’t talk to the media about it (Shock!).   Funny how the writing was on the wall, isn’t it?

Chantal Hébert (#297)

  • One of Canada’s foremost political journalists and commentators.  Known to Francophones and Anglophones alike.  It is worth following her in both languages.

24 June: La Fête nationale du Québec / La Fête St-Jean Baptiste (#293)

  • Changes are in the wind… and they might not be as small as you think.

Is there a “personality difference” between Francophones and Anglophones? (#291)

  • A post which is more social / societal in nature than political.  But because of misunderstandings, such issues can “become” political.

200e anniversaire de la bataille de Waterloo : Comment elle a pu façonner à jamais le Québec et le Canada (#290)

200th Anniversary of the Battle of Waterloo:  How it shaped Québec and Canada (#289)

————————————————————

SERIES:  EVENTS IN MODERN HISTORY WHICH HAVE CONDITIONED US ALL (13 POSTS)

A series regarding how the omission of facts and the conveyance of an incomplete picture can affect Québec society’s view of it’s place in Canada.

————————————————————

Texto Lingo, and the debate about dedicated cycling lanes (#274)

  • How the issue of urban bike paths, dedicated biking lanes and biking as a “commuter lifestyle” is viewed in Québec versus the rest of Canada.

The first poll & interviews since PKP became head of the PQ (#272)

A widely read opinion article on PKP and the question of his shares in Québecor (#271) — written by Sébastien St-François (and features in the Huffington Post Québec)

A very interesting French-language experience in Anglophone regions of Canada (#270)

  • A good example of how Canada continues to change and move in the right direction since 1995.
  • Un bon exemple qui démontre comment le Canada continue d’évoluer sur le front linguistique, surtout depuis 1995.

Québec’s 20 most trusted individuals: 16th, 17th & 18th positions [post 9 of 10] (#264)

  • A brief, but telling analysis and summary of Julie Snyder’s in-depth involvement in Québec politics from 2012 to now (11 May 2015).  And for the first time, a few thoughts on the uncomfortable position in which this must be placing other high profile celebrities, such as Céline Dion.

————————————————————

(French / Français) SERIE:  LES PRÉJUGÉS À L’ÉGARD DE L’ALBERTA (6 billets)

————————————————————

Ville d’Ottawa: Mouvement pour le bilinguisme official (drive to make the city of Ottawa officially bilingual) (#248)

  • FRENCH AND ENGLISH POST:  Les enjeux dans le débat pour faire d’Ottawa une ville bilingue (avec l’exemple de Moncton comme point de repère)
  • The current questions in the drive to designate Ottawa an officially bilingual city (using Moncton’s case as a reference point).

Les publicités négatives 2015 / 2015 Attack ads (#229)

  • Il en existe toujours “une”  /  There’s always that “one”

How a little bit of ignorance of the Two Solitudes can lead straight to failure (#227)

  • I wrote this in the context of how I predict that the Canada-Australia-New Zeland-UK freedom-of-movement initiative is likely to fail if leaders of the initiative do not change their arguments from the standpoint of being firmly entrenched in on of the two camps of the Two Solitudes.

UNIS (Canada’s newest French-language TV station) — Tout franco, tout beau (#225)

  • Although this station is not political in nature, it nonetheless has the potential to fill a very large, long-standing void in Québec — in the sense that Québec’s traditional media (and education system) is so Québec-centric, that it rarely gives Québec’s population a (positive and balanced) view of the lives of Francophones outside of Québec.   UNIS has the ability to change that (and it possibly is).   Projections cast through the media have the ability to change societal and political perceptions.   It’s called “soft power” — and I am keenly watching what might happen.
  • That being said, I do NOT believe there is any hidden political agenda with the launch of UNIS (after all, it is owned by Télé-Québec, Radio-Canada, and TFO, and two of the owner networks produce shows such as Bazzo.tv, Tout le monde en parle, Les Francs-tireurs, 24/60, Deux gars en or, La soirée est encore jeune — some of the most “nationalist” programming in Québec).
  • But as UNIS evolves, it will be very interesting how it may change public perceptions (for the better) of what is going on outside Québec, and how people live and view their lives elsewhere in Canada.   In this sense, UNIS can serve as a real game-changer to make headway regarding the “Québec-towards-other-Francophones”, and the “Québec-towards-the-rest-of-Canada” Two Solitudes.

——————————————-

SERIES:  FRANCOPHONE ONTARIO & ONTAROIS — These are the more political/societal posts in a several-post series which talk about sensitive issues regarding Ontario’s Francophone population:

——————————————-

“Les Ontarois”: More than double Acadia’s population, yet they rarely get outside attention (#219)

  • A whole lot of Two-Solitudes, on many many levels.  The title speaks for itself.

PKP’s major Anti-Immigrant, Anti-Immigration Muck-up (#213)

  • This is regarding the super-controversial remarks PKP made during the leadership campaign which referred to immigrants as a ticking time-bomb against sovereignty.

Even the media can have a bad day, week… or year (#211)

  • Highlights how different elements of the Left and Right media can sometimes be at each other’s throats, and how they can sometimes abuse the “broadcast to air” button, but hitting it a bit too quickly.

Une pub forte intéressante “pro-français” à la télé en Saskatchewan, qui passe à l’écran aux heures de grande écoute (#207)

  • Un exemple de la vague d’ouverture envers le français, de la part des anglophones à travers le Canada.
  • Je discute, d’ailleurs, des nuances et différences entre certaines groupes d’anglophones au Québec même, et d’autres groupes d’anglophones qui se trouvent á l’extérieur du Québec.  Parmi ces nuances, certaines ne seraient pas nécessairement perceptibles au francophone moyen du Québec.  Mais ce sont quand même des nuances importantes, surtout lorsqu’on se laisse former des opinions au sujet des anglophones et leur interactions avec la culture francophone au Québec et ailleurs au Canada (un sujet assez délicat et sensible).

An Interesting, “Pro-French” Advertisement on Prime-Time TV in Saskatchewan (#206)

The 24/60 Charkaoui interview (#203)

  • An example of how emotions can immaturely get out of hand in the media (this time on Radio-Canada’s 24/60).

An embarrassing example of the “Two Solitudes” (#197)

  • When English Canada’s media and film industry was, well… not at their best.

Denys Arcand: A quick Québec film industry backgrounder — Post 1 of 2 (#189)

  • Discusses some of the political history in Québec’s film-making industry.

————————————————————

SERIES:  MULTICULTURALISM AND INTERCULTURALISM (8 POSTS)

————————————————————

Elvis Gratton – “Unveiled” (#188)

  • Perhaps Québec’s own post-referendum “Truth & Reconciliation Commission”, but expressed through a comedic film and television series

Multiculturalism Redefined? (#179)

  • J.Trudeau’s more-than-interesting definition of multiculturalism… one which could bridge the gap between Federal multiculturalism and Québec interculturalism (a possible happy definition for everyone).

Le multiculturalisme redéfini? (#178)

  • Une découverte surprenante – J.Trudeau, réécrit-il la définition même du multiculturalisme pour le rendre plus réaliste pour les besoins du Canada et le Québec?

The Duo “Coderre – Lebeaume” (#175)

  • They’re quite the pair.

The significance of Canada’s French Immersion Program – for Québec (#165) – Part 3 of 4

  • A must read for those who say nothing has changed in Anglophone Canada since 1995.

L’Importance du programme d’immersion française au Canada anglophone – pour le Québec (#166) – Part 4 of 4

  •  Pour ceux au Québec, un billet à lire absolument (pour ceux qui prétendent que rien n’a changé au Canada anglophone depuis 1995).
    • 1,000,000 (million) d’élèves…
    • 2,000,000 (million) parents…
    • des milliiers et milliers d’écoles et commissions scolaires…
    • ainsi que la force de toutes les machines gouvernementales de toutes les provinces, territoires et le gouv’t fédéral.
    • Là là… les chiffres parlent fort!

“L’autre midi, À la table d’à côte”; Nadeau-Dubois / Payette discussion summary post 3 of 3 (#155)

  • A friend, who I would consider a “Soft” Sovereignist, kicked my butt encouraged me to be a bit more forward in my blog (at least in one post) on my own views towards sovereignty.  The commentary in this post did just that.

Gabriel Nadeau-Dubois – An “eavesdropping” short series: Nadeau-Dubois / Payette – Post 1 of 3 (#153)

  • A summary of Québec politics from March 2012 to January 2015 – and how public sentiment was shaped in part by the public strick and activism activities involving Gabriel Nadeau-Dubois.
  • Addendum 2015-04-01:  A quick addition on what is happening with renewed student strikes in the spring of 2015 in Québec.

Julie Snyder (#9)

Guylaine Tremblay – An “eavesdropping” short series: Moffatt-Tremblay – Post 2 of 3 (#151)

  • In this post, I briefly share my own thoughts (in one paragraph) about what I think when I see actors & actresses (and singers too) politicize themselves by declaring a partisan affiliation (regardless of the affiliation).

La tragédie cette semaine en France – partie II. (#145)

  • People all across Canada showed tremendous solidarity with France & Charlie-Hebdo. But unfortunately, despite gestures going on for days, media reported very little across linguistic lines on grass-roots events across the country – a perfect example where the media can contribute to the notion of the Two Solitudes.    The post makes for interesting reading & perspectives (post written in French)

Comparisons can be a good thing (#137)

  • Some thoughts on why it’s twisted to focus on negative differences rather than seeing them as positives (unfortunately too many columnists, PQ politicians and BQ politicians absolutely love to twist differences between people to make anyone else seem like the devil who you have to flee from at a billion miles an hour).   The French equivalent of this post is here:  Comparisons can be a good thing (#137)

Végreville — et les petites villes du Canada (#125)

  • Our small towns across Canada, in every corner of the country, including Québec, are undergoing tremendous changes.  It’s time to lay-off them and stop thinking of them as small kingdoms of hickdom-come (I mean, really… lay off).

Gérald Fillion – Watch this guy if you want to know about Québec’s economy (#124)

  • Contains a commentary and examples on how little national coverage there can be on on major national events, especially by Francophone media coverage of major news of national importance outside Québec.  It even highlights how Anglophone media does not report major events in other parts of Anglophone Canada.  All this directly contributes to reinforcing the notions of The Two Solitudes.

Oil Pipelines in Québec – A Hot-Button issue (#123)

  • How various regions and aspect of Québec society and government are hotly debating the whole issue of new pipelines being laid in Québec — and how this fits into politics.

Bouleversement politique en Alberta (#122)

  • A post (in French) pertaining to Alberta’s mass Wild-Rose defections, and the direction the PC party seems to be going in (on the “progressive” and “conservative front) when faced with major demographic changes in Alberta.
  • Un billet en français portant sur la défection en vrac des députés du Parti Wild-Rose, et la direction que prend le PCP (sur les fronts “progessistes” et “conservateurs), et ce, comme résultat des changements démographiques massifs en Alberta.
  • Contains a February 2015 addendum with a link to a very interesting updated analysis from CBC

Premier Philippe Couillard’s Year-End Interview (#120)

  • A sit-down interview with Céline Galipeau.  Footage available online (see link in post)

Québec’s network of opinion-makers (#111)

  • A discussion of the close-knit nature of Québec’s political & societal commentary community (opinion-makers) in the media, and the implication of this realm’s unique structure in Québec.

Official Francophone Representation Outside Québec (#107)

  • A brief summary of organizations which represent Francophone communities across Canada (socially and sometimes politically), as well as some thoughts on the meaning of the Francophone community flags.

Michaëlle Jean & La Francophonie (#106)

  • A discussion of some implications for Canada with Michaël Jean as the new head of La Francophonie, the future of French in the world, and the place of La Francophonie in that world.

Sugar Sammy – People generally love him, yet some others… well… (sigh). (#103)

  • A discussion of the echos of yesteryear’s language politics

Some thoughts on common values (#100)

  • How Québec & Québecor print media has helped to forge a sense of local community across Canada,
  • How Francophone values and Anglophone values have become interwoven through progressive causes like health-care,
  • Some thoughts on Equalization and mutual assistance through the decades (with a very interesting photo).

ar.dp

Une de mes photos que je considère parmi mes plus chères, prise par mon arrière grand-père sur les prairies dans le sud en Saskatchewan dans les années 1930:   Le gouvernement arrive avec urgence dans l’ouest du Canada avec des provisions parachutées à la population durant la “Grande dépression” (à Pasqua, entre les villes de Moose Jaw, Rouleau et Belle-Plaine, Saskatchewan).  Les provisions étaient envoyées par le peuple du Québec (par des gens ordinaires)  pour éviter que les gens de la Saskatchewan ne meurent de faim.  C’est une des plusieurs raisons pour lesquelles l’ouest est tout à fait d’accord avec la notion de contribuer au système de la péréquation — une valeur profondément ancrée dans l’esprit des gens de l’ouest du pays.  C’est un geste que l’ouest n’a jamais oublié, et on est toujours reconnaissant envers le Québec.  Mais malheureusement, il me semble que le Parti québécois l’avait rayé des cours d’histoire au Québec dans les années 1970 dans leur but exprès d’effacer tout lien émotif avec le reste du pays (Merci beaucoup M. Jacques-Yvan Morin, ministre de l’education péquiste de ’76 à ’81 — C’était très gentil de votre part!).

One of my most cherished photos, taken by my great grandfather on the Prairies in Southern Saskatchewan in the 1930s:  The government arriving in the West, parachuting supplies to the population during the Great Depression, in Pasqua, between the towns of Moose Jaw, Rouleau and Belle-Plaine, Saskatchewan.  The supplies were specifically sent by the people of Québec so that the people of Saskatchewan did not die of starvation (one of the many reasons why the West has no problem with the notion of providing equalization).  The West has never forgot it, and is still thankful towards Québec.  But unfortunately the Party Québécois seems to have erased it from Québec’s history textbooks in the 1970s.

Louis Morissette (#93)

  • Contains an example of how the cultural world and the Québecor corporate world could clash, and questions that may pose now that PKP is running for the PQ leadership.

No way, le Figaro (#76)  (This post is a running post on matters involving PKP).

  • 2014- 11-04 – My response to Le Figaro’s Alberta-bashing comment, and some related thoughts on PKP’s politically motivated media and investment strategies
  • 2014-12-03 – Addendum:  Suspicions appear to have materialized
  • 2014-12-14 – Addendum:  (1) Translation of original French post, (2) New controversies seems to have come to light
  • 2015-02-08 – PKP doesn’t like people who sing in English in Québec.
  • 2015-02-13 – Sun News TV (the subject of this initial post) got shut down.

Le Plateau (#72)

  • One of Canada’s and Québec’s most influencial urban areas and ridings which receives some of the most attention – culturally, politically and socially.   A discussion of the influence certain political critics feel this riding holds, and their definition of La clique du plateau.

Political interview series of major Federal party leaders (#62)

  • Radio-Canada interviews which can be streamed online.

Anglo-Franco cultural nuances in the use of humour and comedy (#58)

  • Discusses how differences in humour can have a political impact on public perception.

Maurais Live (#49)

  • Discusses the concept of “soft sovereignists”

Les états généraux du Canada français en 1967 — Autrement surnommé “La première Nuit des longs couteaux” . 

http://journallareleve.com/wordpress/?page_id=609

(Ooof… que je touche des sujets sensibles! Non?) … …

  • Du côté linguistique (envers le français), les changements qui auraient eu lieu à travers le Canada auraient été profonds, bien plus vites, et auraient changé le Canada à jamais (même la Colombie-Britannique s’appretait à imposer des menus bilingues dans tous les restaurants de la province au début des années 1970).    Mais hélas, la trahison de Jacques-Yves Morin et sa délégation du Québec aux assises des États généraux du Canada français en 1967 a fait que les changements les plus radicaux et les plus beaux qui auraient eu lieu partout au Canada fussent tous tombés à l’eau — Et les Francophones hors Québec (et de nombreux Anglophones sympatiques à leur cause – beaucoup d’Anglophones d’ailleurs) étaient laissés à leur propre sort pour ramasser à eux seuls les morceux du pot brisé (car le “syndicat” des francophone pan-canadien pour le changement – [faute de trouver une meilleure définition] s’esteffondré d’un seul coup suite aux actions de Jacques-Yves Morin et ses délégués).
  • Certains francophones hors Québec l’appellent encore une trahison sans précédente dans l’histoire moderne du Canada – peut-être même plus grande que la deuxième Nuit des longs couteaux de 1981.   Tout le progrès linguistique et historique qui allait être implanté au Canada au cours des années 1970, et tous les efforts des francophones hors Québec (et leurs nombreux alliés Anglophones) qui allaient porter fruit dans un avenir très très prôche…  le tout s’est vu poignardé dans le dos par Jacques-Yves Morin et sa délégation du Québec dans un seul jour, en 1969.
  • Si cette acte n’aurait pas eu lieu, le Canada d’aujourd’hui aurait pu être un pays bien différent:  bien plus bilingue, et bien plus bi-culturel qu’il l’est à présent.   Et la Deuxième Nuit des longs couteaux de 1981 — celle qui est tant évoquée par les souverainistes comme la cause des malheurs des malheurs — n’aurait probablement pas eu lieu si ça n’aurait pas été pour les actions de Jacques-Yves Morin cette seule et sombre journée en 1967.
  • C’est une version d’histoire bien connue par les francophones hors Québec, mais c’est une version d’histoire carrément rayée des livres des cours d’histoire dans les écoles du Québec.  Malgré tout, les péquistes veulent éviter à tout prix de donner l’impression à leur propre électorat que leurs prôches collaborateurs (et leur ministre d’éducation lui même) étaient les instigateurs de la mort de ce qui aurait pu être une des plus belles révolutions envers la francisation du Canada – point.  Ils parlent si souvent, les péquistes, d’un génocide “culturel” des francophones hors Québec dans les années 1970s et 1980 (jusqu’au début de la nouvelle remontée des communautés francophones hors Québec dans les années 1990).  Mais si c’est ainsi, et si c’est la façon dont ils veulent bien le décrire, il tombe alors sur leurs mains aussi ce “génocide métaphorique” — Car c’était leur gang qui a mis les batons dans les roues pour ceux qui étaient sur le point de faire avancer la situation à grand pas partout au pays.   Bien sûr, ils n’oserait jamais faire réapparaître ce chapitre triste dans les livres des cours d’histoire au Québec.  Cette réingénierie de l’histoire est honteuse (Pour eux, c’est toujours la faute à quelqu’un d’autre et surtout aux “méchants anglos” ailleurs au Canada).
  • Mais, à la fin de la journée, tant pis pour eux.   Moi, au moins, j’ai le sentiment gratifiant que je contribue pleinement et activement à l’amélioration et l’édification de ce beau pays qui comprend non seulement le Québec, mais la francophonie canadienne dans son ensemble – et je suis loin d’être le seul.  Lorsque je vois des anglophones qui y participent avec enthousiame, et qui eux aussi font de partenaires et compatriotes hors paire, moi, je dors la nuit avec un sourir, et je me lève le matin plein d’énergie.  Mais comme j’ai dit, tant pis pour ceux qui ne le voient pas du même oeil.
  • Pour moi, les péquistes, bloquistes, et les Onistes (l’Option nationale… et surtout l’Option nationale) n’ont aucune crédibilité.  Ils voient l’histoire avec les oeillères sur la tête — comme une personne qui se plaint d’être la victime éternelle.  Ils feraient mieux de recanaliser leurs énergies pour coopérer avec les millions de gens au Canada qui veulent vraiement améliorer le pays – sur le plan linguistique, économique, culturel, et social.  Mais ils ne le feront jamais.  Je me sens toujours un peu mal pour ceux qui décident, à travers leurs propres actions, de mourir en “tristesse” lorsqu’ils refusent d’ajuster leur propre entêtement et bloc mental – surtout lorsqu’il y a des gens qui sont là pour les acceuillir ailleurs à bras ouvert.  Mais ils ne veulent pas… Ils ne le voient pas (encore la question des oeillères… Ben coup donc !!  On n’est plus en 1995!  Kessé ki s’passe?!  Voyons!).
  • C’est tout pour dire que je suis FORT FORT sur le principe d’appuyer sur le “bouton de réinitialisation”.   Que le passé appartient au passé… et que nous “vivons, construisons, et aimons à partir d’aujourd’hui” plutôt que de vivre âme et coeur par la devise “Je me souviens”.  Certes, une telle divise est belle, remplie de symbolisme glorieux sur plusieurs niveaux.  Mais aussi belle qu’elle soit, il faut regarder en avant sans assumer la notion saugrenue qu’il faut se venger des torts faits contre nos ancêtres qui sont déjà morts depuis des décennies, voire des siècles, et par des gens d’une époque qui n’ont rien à faire avec nos concitoyens et compatriotes d’aujourd’hui (qu’ils soient anglophones ou francophones).
  • En tout cas, je vous avais déjà averti au préalable que j’ai des opinions 😉

Les préjugés à l’égard de l’Alberta : Le monde de la politique provinciale récente – une histoire progressiste – 5 sur 6 (#253)

Au moment d’écrire ce billet (#5) en fin avril 2015, le NPD n’était pas encore au pouvoir en Alberta.  Le fait que le NPD a pu gagner l’élection albertaine avec une victoire majoritaire écrasante ne fait que confirmer et qu’accentuer les indices et tendances dont j’ai parlé dans cette série de six billets.  Et oui, le choix d’orange pour cette préambule n’est pas un hasard ;).  
Le billet #6, celui qui suit billet (#5), expliquera un peu plus ce que cherchaient les Albertains lors de l’envoie de leur vote au NPD — qui, d’ailleurs, a du s’adapter autant aux attentes des Albertains (surtout sur le conservatisme fiscale) que les Albertains devaient s’adapter à ce que le NPD voulait leur présenter (vis-à-vis la patience que les Albertains prêtent à l’égard du NPD lorsqu’ils disent vouloir respecter la rigeur financière dont s’attendent les Albertains).   Une convergeance incroyable…
À partir du jour de l’élection, ni l’un ni l’autre serait jamais le même.

————————–

Ce billet et le prochain seront les derniers dans une série de six sur les attitudes politiques et sociales des Albertains.  Il s’avère toujours tâche difficile de décrire les positions, pensées et tendances d’une population au complet sans risquer d’embarquer dans des généralisations grossières.

SERIE:  LES PRÉJUGÉS À L’ÉGARD DE L’ALBERTA (6 billets)

Alors, j’avoue que je m’engage sur un terrain assez fragile lorsque je vous tente de décrire en quelques mots qui sont les Albertains, dans le sens qu’ils ne sont ni des extrémistes de droite, ni des fanatiques religieuses, ni un élément socialement régressif de notre société canadienne.

Au cours des quatre billets précédents, nous avons regardé les tendances plutôt laïques de l’Alberta, ainsi que l’effet de modérateur qu’a eu la population albertaine sur le mouvement Conservateur fédéral au cours des 20 dernières années; malgré tout, l’Alberta en général voit les enjeux de société d’un œil assez “modérée”.

Étant Albertain moi-même (francophone et anglophone en même temps), un qui connait le Québec aussi bien que je connais l’Alberta, je me sens privilégié d’être en mesure de vous amener ces perspectives.

Dans ce billet, nous allons regarder comment les Albertains se voient eux-mêmes, sous l’optique des enjeux provinciaux – et les tendances politiques provinciales.

Commençons par les enjeux dans le cadre de la campagne électorale provinciale actuelle

Avant de continuer : Je veux mentionner que le parti des Progressistes-Conservateurs de l’Alberta (les PCA) n’est pas la même formation que le Parti Conservateur du Canada (PCC).  Les deux ne sont pas liés.   Pourtant, les Libéraux fédéraux et provinciaux relèvent de la même formation, et le NPD fédéral et ceux des provinces relèvent eux aussi de la même formation en termes d’idéologies.  Les PCA et les Conservateurs se font confondre assez souvent au Québec, et assez souvent par les médias Québécois.  À chaque reprise que l’on voit un reportage à TVA, Radio-Canada, ou dans les journaux du Québec qui parle des PCA, on les appelle, faussement, “les Conservateurs”.  Mais les PCA ne sont pas les Conservateurs.   Les seuls Conservateurs au Canada se trouvent à Ottawa (il n’existe pas de parti “Conservateur” au niveau des provinces du Canada).  Il ne faut pas les confondre.  Leurs idéologies ne sont pas les mêmes, et leurs histoires sont différentes.

L’Alberta se trouve encore aux urnes.  La date de l’élection sera le 5 mai 2015.  La dernière élection relève à 2012.

Dupuis presque 45 ans, l’Alberta se voit gouverner par le parti provincial des Progressistes-Conservateurs de l’Alberta (les PCA).   Au Québec, on a tendance à croire, à tort, que les Albertains se sont accrochés toujours aux PCA sous le biais qu’il s’agit d’un parti de l’extrême droite, faisant l’affaire d’une population droitiste.

Pourtant, la réalité est l’inverse – et d’ailleurs elle est très mal comprise par le Québec.

Ce n’est pas une question que les Albertains appuyaient, sous le biais d’être “droitiste”, un parti qui incarnait ses valeurs.  Le parti PCA n’est pas un parti de l’extrême droite.  Il est plus à gauche que les Conservateurs fédéraux, mi-chemin entre les Libéraux et les Conservateurs fédéraux (un peu plus à droit du centre, comme les anciens Progressistes-Conservateurs fédéraux de Brian Mulroney).   Alors, les Albertains y accrochent car les PCA ont su s’adapter et ils se sont réinventés à l’interne à maintes reprises.

Souvent les PCA se sont réinventés de façon dramatique au cours des 45 dernières années pour suivre le rythme de l’évolution sociale, progressiste, lucide, et économique d’une population albertaine modérée et en pleine transformation.  On peut même considérer que les PCA ont réussi à relever ses transformations sans pépin pour répondre aux besoins modérés des Albertains, mieux que toute autre formation politique dans l’histoire du Canada moderne.

Cela ne veut aucunement dire que les PCA n’ont pas eu sa part de difficultés au cours de leur temps au pouvoir.  Mais cela veut dire tout simplement qu’ils ont pu s’adapter et surmonter les défis qui leurs ont été lancés par une population qui était toujours de plus en plus exigeante à leur égard.

À titre d’exemple, je pourrais vous offrir des moments clés dans l’histoire récente du parti dont je me rappelle très bien (cela vous ferait mieux connaître c’est qui justement les Albertains) :

La fin de l’ère Getty – Début de l’ère Klein

Don Getty, le premier ministre Progressiste-Conservateur à la fin des années 1980 / début 1990, a pris certaines décisions économiques considérées dévastatrices par la population albertaine. La dette et les déficits provinciaux ont atteint des niveaux insupportables.  La province était sur le bord de la faillite.  Les Libéraux provinciaux, pour la première fois, dépassait la barre de 40% d’appuis face aux PCA.

Les membres du PCA étaient furieux contre Getty, tout comme la population albertaine en générale.  Getty était mis à la porte par son propre parti, et le parti a fait la décision sage de couronner le ministre le mieux aimé par la population, Ralph Klein.   Klein ne mâchait jamais ses mots.  Sa réputation était d’un homme qui faisait toujours ce qu’il disait, et il avait la confiance de la population.

Fidèle à sa parole, il fit entièrement redresser les finances de la province.

Lorsque j’étais en école secondaire en Alberta en 1993, je me rappelle très bien que nous devions garder fermées les lumières dans les couloirs et les salles de classe afin d’économiser de l’argent (on étudiait à la lumière qui entrait par les fenêtres).   Toute excursion scolaire était annulée.  Et même les photocopieurs étaient débranchés et rangés dans la pièce de rangement, car il y avait un moratoire rigide sur toutes photocopies en école pendant un an.

Alors, il va sans dire que lorsqu’on parle de l’austérité dans un contexte Québécois aujourd’hui , je constate que l’on ne sait même pas ce que ce mot veut dire au Québec (si ceux qui prétendent que le Québec est en train de vivre dans un contexte d’austérité, il est plus qu’évident qu’ils n’ont jamais vécu sous la règne de Ralph Klein!)

À la fin, Klein a su regagner la confiance de la population envers les PCA, et la montée des Libéraux s’est effondré.

 La fin de l’ère Klein – Début de l’ère Stelmach

Après plus d’une décennie de gestion conservatrice petite “c” de l’ère Klein, la population voulait un peu de répit de la fiscalité assez restreinte. Avec les redevances pétrolières et une gestion saine des finances, les Albertains voulaient un nouvel investissement massif dans les écoles, dans l’infrastructure, et dans les hôpitaux, entre autres.

La pendule s’oscillait encore.

Ed Stelmach (qui d’ailleurs était le député de la circonscription dans laquelle j’ai grandi, celle où mes parents demeurent toujours) s’est emparé des rênes du pouvoir en 2006.  Son “vœu” envers la population en était un de “stabilité”, de “modération”, et “d’investissement”.   Et bon sang, de l’investissement qu’il en a fait!

Les déficits étaient de retour.  Au début, la population ne savait pas quoi penser des déficits.  Il fallait faire de l’investissement malgré tout.  Mais le sentiment populaire dans la rue disait qu’il s’agissaient d’investissements “vides” et sans “âme”

Mais que prétends-je dire par-là?

On bâtissait les écoles, les hôpitaux, les autoroutes, le transport public, les trains à passagers, et toute une nouvelle gamme d’infrastructure grâce à l’industrie du pétrole.  Mais on sentait, de la part des Albertains, qu’il manquait “quelque chose”.  C’est dur à expliquer… il fallait vivre dans cet environnement pour le ressentir (c’est toujours difficile de décrire l’humeur du citoyen lambda dans la rue).  C’est comme si on vivait une nouvelle révolution tranquille à petite échelle, mais sans le côté progressiste (malgré tout, le mot progressiste devait également se trouver en avant-plan dans le nom du parti Progressiste-Conservateur).

Du même coup, on investissait massivement dans tout ce qui étaient relié à l’industrie du pétrole, mais sans grande discussion autour des impacts environnementaux.

On bâtissait plus d’écoles et d’hôpitaux qu’à tout autre moment de l’histoire du Canada, mais sans les programmes de soutien aux étudiants, aux patients, et aux professionnels.

L’Alberta devenait de plus en plus cosmopolite — et bien plus sophistiqué — en raison de l’explosion de la population.  Mais les programmes dédiés aux arts, à l’industrie cinématographique, à l’industrie de littérature et au soutien du réseau bibliothécaire n’était pas à la hauteur.

Les villes étaient pleines à craquer.  Les maisons et les nouvelles villes dortoirs autour d’Edmonton et Calgary se bâtissaient à grande vitesse.  Mais les services sociaux à l’égard de ceux qui en avait besoin n’étaient pas là (il manquait les banques alimentaires, les services aux sans-abris qui étaient attirés par le boom et le rêve albertain, et les services de soutien communautaires et aux enfants).  Les familles se sentaient un peu délaissées.  Les frais de garde d’enfants montaient aux coûts astronomiques, et la pression des coûts grimpants de l’immobilier, de l’épicerie, des biens de consommation, du transport, et le temps perdu dans le trajet quotidien s’est fait sentir par les familles (l’aspect néfaste d’une économie en plein essor).

Ne me comprenez pas mal.  Le monde en Alberta à cette époque était très heureux du boom économique, et d’être à l’abri de la crise économique que vivaient les États-Unis et d’autres juridictions.   Mais il y avait quand-même un certain sentiment “d’instabilité” – comme l’incertitude que l’on ressent lorsqu’on se croit vivre dans une bulle immobilière (un sentiment que les gens de Toronto et Vancouver peuvent bien comprendre, et même certaines personnes à Montréal).

La population de l’Alberta disait qu’il en avait assez de l’investissement surchauffé.  Le nouveau parti Wildrose a pu saisir l’occasion pour trouver sa place au soleil pour faire face à ce que la population voyait comme une expansion économique aveugle, trop vite, et sans âme.   La popularité du parti Wildrose posait une véritable menace pour les PCA.  Le Wildrose a promis de restreindre les dépenses pour donner un peu de répit à ce sentiment de vivre dans une bulle et au-delà des moyens de l’état (malgré tout, trop de croissance à un rythme hors contrôle ne peut mener à qu’à la catastrophe – et du moins c’est cela que pensait la population Albertaine).

La fin de l’ère Stelmach – Début de l’ère Redford

Une fois de plus, le parti PCA a su s’adapter. C’est un des rares partis au Canada où les membres sont plus puissants que le chef — et ils ont évincé Ed Stelmach.  Il a démissionné et le parti a fait venir Alison Redford en 2011.  Ses points de vue étaient situés plutôt au centre.  On pourrait même dire que dans une autre vie, elle aurait été un Libéral du centre-gauche sur plusieurs fronts.

Le couronnement de Redfort fut le troisième réalignement du parti Progressiste-Conservateur depuis Getty (après Klein et Stelmach).  Le parti s’est réinventé de nouveau encore une fois.

Sous la direction de Redford, les projets en cours n’arrêtaient pas, mais elle a amené un côté “humaniste” à la table.   Elle a implanté les programmes qui manquaient, dont je vous ai parlé en haut.  La population s’est sentie un peu plus réconfortée.

Mais l’argent coulait à flot, et la population se demandait si l’argent n’aurait pas pu être mieux géré.   Malgré tout, les recettes extraordinaires provenant de redevances pétrolières auraient pu être investies à long terme, comme on faisait en Norvège.   On se demandait si la gestion des retombés n’aurait pas pu être mieux planifiée afin d’avoir des effets bénéfiques pour des générations à venir plutôt que sur les projets favoris à la saveur du jour.  (Malgré tout, la Norvège s’est doté d’un fond souverain, alimentait des redevances pétrolières, qui fait vivre la population norvégienne).

La brève montée et la rechute du Parti Wildrose –

Et l’affirmation du côté social-progressiste de l’Alberta

Le Wildrose s’est précipitée sur l’occasion et finit par fondre sur Redford et les PCA.  Sa popularité chutait aussi vite que celle du Wildrose montait.

Au moment du scrutin de 2012, les sondages indiquaient que les PCA pourrait perdre le pouvoir pour la première fois depuis le début des années 1971. Une combinaison d’effervescence et de tension était palpable.   Sondage après sondage, les Albertains disaient croire que le PCA allait perdre le pouvoir.

Mais ce qui suivi fut vraiment phénoménal – un premier dans l’histoire du Canada:  un évènement qui démontre jusqu’à quel point l’Alberta est devenu une province avec des valeurs progressistes à cœur sur le plan social (malgré ses valeurs toujours conservatrices petite “c” sur le plan économique).

Lors de la campagne électorale entre le Wildrose et le PCA du printemps 2012, un vieil article écrit par un des candidates du Wildrose a fait surface.  Dans le récit, il disait croire que les gais irait à l’enfer.  La presse albertaine s’est jetée dessus.  Avec seulement deux semaines avant l’élection, la population s’est montrée outrée.  Elle se questionnait si le Wildrose était vraiment le bon parti qui incarnait les valeurs albertaines.   La chef du parti, Danielle Smith, a été pris au dépourvu.  Elle refusait prendre position, et sa popularité s’est effondrée.

Quelques jours avant le scrutin, Smith (la chef du Wildrose) reconnaissait publiquement son erreur.  Elle a fait volte-face.  Elle a condamné son candidat voyou et ses propos homophobes, mais c’était trop peu, trop tard.  Le mal était déjà fait.  Les sondages indiquaient que tout le monde en Alberta croyait que le Wildrose allait faire des gains importants en raison des problèmes associés à la gestion économique d’Alison Redford, mais le même sondage démontrait que tout le monde était sévèrement contre ce qu’ils percevaient d’être des valeurs reculées du Wildrose.

Le jour de l’élection, la population est venue voter en grand nombre – et le Wildrose n’a obtenu que 19,5 % des sièges contre 70 % pour le parti Progressiste-Conservateur, malgré le mécontentement populaire envers les PCA et leur gestion de l’économie et des redevances pétrolières.

Pour la première fois dans l’histoire du Canada, un parti qui aurait pu gagner une élection majeur l’aurait perdu sur le biais d’être du mauvais côté de la clôture sur une question des droits et valeurs sociaux modernes, tel l’égalité des gais et des lesbiennes.

Un symbole fort!

D’un coup, l’Alberta s’est montré une des places les plus tolérantes et les plus exigeantes en Amérique du Nord sur les enjeux modernes en matière des droits d’égalité.

C’est quelque chose que le Québec n’a jamais compris.   Hélas, l’Alberta se fait toujours injustement pointée le doigt par le Québec comme bastion d’intolérance.   C’est le plus loufoque des gestes que le Québec pourrait faire à l’égard de l’Alberta.

La chute d’Alison Redford comme chef des Progressistes-Conservateurs de l’Alberta

En 2012, Alison Redford a pu garder son siège et la chefferie du PCA .

Cependant, peu après l’élection, d’importantes lézardes dans son propre personnage devenaient évidentes, prenant tout le monde par surprise.

Une part de la population croyait qu’elle gouvernait avec l’attitude du « tout m’est dû ».    Cette notion était davantage renforcée par le fait qu’elle s’est construit une résidence « officielle » aux frais des contribuables – un véritable « château dans le ciel ».  C’était un condo de luxe, qui occupait tout un étage en haut d’un tour d’habitation à Edmonton, à deux pas de l’Assemblée législative de l’Alberta.   Elle n’a même pas eu la « gentillesse » d’informer le public ou d’autres membres de son cabinet avant sa construction.   D’autres histoires sortaient.  Elle s’en servait du flot d’avions privé du gouvernement albertain pour ces vacances personnelles, et elle s’est achetée des billets d’avion de 40,000 $ pour des voyages en Afrique aux frais des contribuables.  (Note : il y a quelques jours la GRC a finalement pu trancher au sujet de ses dépenses… et ils n’ont rien trouvé d’illégal au sens strict du terme).

Les chicanes entre elle et ses ministres étaient nombreux.  Elle a vitement acquis la réputation d’être quelqu’un qui croyait qu’elle ne pouvait jamais commettre d’erreurs.

Dans le contexte de la politique Albertaine, ce genre d’attitude est voué à l’échec.  Le succès des 45 ans de pouvoir des PCA réside dans le fait que le/la chef du parti suivait l’avis des membres, et écoutait attentivement les conseils de son propre cabinet (l’Alberta n’est peut-être pas unique dans ce sens au Canada, mais ce principe est peut-être plus pertinent et plus pratiqué en Alberta que dans toute autre juridiction au Canada).   C’est justement pour cette raison que les PCA ont pu s’adapter au cours des décennies.  Les PCA ont toujours su s’adapter, d’une manière très rapide, aux changements de direction du vent de son électorat, afin d’être toujours le parti de choix.

Alison Redford rompait les rangs.  Elle a perdu pied avec la réalité, avec les attentes de son parti, et avec celles de sa province.   Elle a été rapidement évincée par le parti, au grand plaisir de l’électorat.

Les sondages indiquaient que l’électorat croyait que le parti progressiste-conservateur de l’Alberta, encore une fois, avait agi dans le meilleur intérêt du peuple.  La province allait encore donner une nouvelle chance aux PCA, qui semblaient pouvoir, une fois de plus, s’adapter et se réinventer de bonne foi selon les appels de l’électorat.

— — — — —

Dans le prochain et dernier billet de cette série qui porte sur les réalités albertaines, je vais vous parler des enjeux actuels en Alberta.  Spécifiquement, je vais vous parler des

  • Politiques actuelles
  • L’industrie pétrolière, et les attitudes et avances qui y sont reliées.

À bientôt!


(French / Français) SERIE:  LES PRÉJUGÉS À L’ÉGARD DE L’ALBERTA (6 billets)

Post #200 — Un mot sur l’épanouissement du français au Canada anglais

Wow!  Today is already 200 posts.   (Le français suivra ci-dessous). For post #100, I wrote about some thoughts on common values.  It was something I felt strongly about, and it was a message I wanted to relay. I feel I should use post 200 to also relay a topic I feel strongly about. I received an email a couple of days ago from an education coordinator who is directly involved in French education and French immersion (in her province a full 21% all Anglophone students — yes 21% of every single Anglophone student in her Anglophone province is enrolled in the French Immersion program). It got me thinking about a few things.

I went back to the original post I wrote in French on the topic of Immersion (not the English version), and I added much more substance to it  (The English version remains the same and has not been “scaled up”, considering it is for a different audience.  The English version is here: The significance of Canada’s French Immersion Program). Also, I should mention that I’m fully aware that the Immersion programs are not specifically necessarily “for” Québec… (what they are for is for Canada’s cultural and linguistic duality as a whole- which is found country-wide, ocean-to-ocean-to-ocean, and which includes Québec).  But my message in this post here is primarily for readers in Québec. I just added a significant segment to the French version – including a rather meaningful message, if you will.

I’d like to republish it for for post 200, but with the new additions.   Here it is.


Ce billet découle d’un billet précédent en anglais, French Immersion across Canada – Some maps.

imsn1

Un bon nombre de personnes qui suivent ce blogue se trouvent aux États-Unis.   Une de ces lecteurs des É-U m’avait envoyé une fiche avec des statistiques sur la situation d’éducation d’immersion aux États-Unis.

Les statistiques démontrent que les écoles d’immersion aux É-U offrent une formation en 22 langues, parmi lesquelles les trois premières sont

  • 45% l’espagnol
  • 22% le français
  • 13% le chinois

J’ai particulièrement trouvé les statistiques sur le français très intéressantes.

Alors, comparons le programme d’éducation d’immersion aux É-U et au Canada :

J’admets que je ne suis pas expert dans le domaine de l’éducation (pourtant mes études de premier cycle ont débuté en pédagogie).  Mais, il existe quand même une différence assez importante entre les systèmes des deux pays.

Qu’est-ce que c’est l’immersion française?

D’abord, pour ceux qui ne connaissent pas l’éducation d’immersion, c’est un programme conçu pour les locuteurs non natifs d’une langue quelconque, afin qu’ils puissent devenir courants dans cette langue.  On leur offre une éducation dans le cadre de cette langue non native (de la prématernelle ou maternelle jusqu’à la fin de l’école secondaire – ou au moins une grande partie de cette période entièrement dans la langue non maternelle).

Les écoles d’immersion ne sont pas des écoles francophones (les écoles francophones se trouvent elles aussi partout au Canada, mais elles sont désignées pour les enfants issus d’au moins un parent francophone, ou des enfants qui antérieurement fréquentaient déjà des écoles francophones ailleurs.   Ce droit de fréquenter des écoles francophones est consacré dans la constitution canadienne, et ces enfants s’appellent informellement « les ayants droit »).

Dans les écoles d’immersion (conçues pour les Anglophones du pays), la langue d’enseignement (c’est-à-dire la langue dans laquelle les cours sont donnés) serait la langue non native – une langue autre que la langue maternelle.  Cela vaut également pour les manuels scolaires (en mathématiques, sciences, sciences sociales et humaines, etc.).  Au Canada, la plupart des programmes d’immersion pour les Anglophones sont 100% en français à l’année longue, depuis la maternelle jusqu’à l’âge de 18 ans.

Mais il pourrait y avoir des variations.   Il existe certaines options pour des étudiants Anglophones, qui étaient auparavant dans le système anglophone ordinaire, de se faire transférer dans le programme d’immersion française plus tard (dans la sixième année, par exemple).  D’autres variations pourraient exister de temps en temps, tels les programmes « moitié-moitié », ce qui veut dire que la moitié des cours sont donnés en français, tandis que l’autre moitié est en anglais.  Dans certaines régions, il existe l’option d’une approche dite « comprimée », où on se voit donner la moitié des cours au début de l’année scolaire en français, et l’autre moitié à la fin de l’année en anglais (ce qui permet de réaliser des gains d’efficacité dans les écoles qui accueillent les systèmes anglophones et d’immersion sous le même toit).

Toutefois, le résultat est le même – avec le but de s’assurer que les étudiants anglophones grandissent et sortent du programme complètement bilingues, et ce avec un fort esprit de dualisme culturel anglophone/francophone.

Je peux citer mon cas à moi : J’ai grandi dans les régions rurales de la Colombie-Britannique et particulièrement de l’Alberta, et j’en suis un bon exemple de quelqu’un qui était dans le programme pendant plusieurs années.  Ma belle-sœur est elle aussi un exemple : elle a grandi dans le coin d’Ottawa, où elle a fait ses études dans le programme d’immersion (du début jusqu’à la fin).  Certains de mes cousins et quelques-uns de leurs enfants étaient, ou sont eux-aussi dans le programme d’immersion dans quelques villes différentes en Saskatchewan.  Mes neveux sont sur le point d’entrer dans le programme dans le coin d’Edmonton en Alberta.  J’ai connu beaucoup d’autres anglophones, partout au Canada qui incarnent aujourd’hui les résultats du programme, et j’en rencontre de plus en plus (peut-être pas à chaque jour, mais hébdomairement, certainement oui).

sch.im3

Qu’est-ce qui distingue le programme au Canada de celui aux É-U?

Au Canada, tout comme aux É-U, parfois on pourrait y avoir accès à d’autres programmes d’immersion alternatifs (il existe des programmes chinois, ukrainiens, allemands, espagnols et islandais dans quelques villes dans l’ouest canadien, ainsi que d’autres langues en Ontario).  Mais c’est l’immersion française au Canada qui dépasse de loin toute autre langue d’immersion (franchement parlant, il n’y a même pas de comparaison à faire à cet égard).

Dans le billet d’hier, j’ai mentionné que j’ai appris que dans seulement 4 sur 10 des provinces (sans compter le Québec) il existe  980 programmes individuels d’immersion française.  Selon la tendance de ces chiffres, je me risquerais à dire qu’il pourrait exister autour de 1500 programmes d’immersion française, partout au Canada, d’un océan à l’autre, pour les anglophones hors Québec.

Quand on compare ces chiffres canadiens aux chiffres des 500 programmes aux É-U (grosso modo), il vous offre un aperçu à quel point le « système » d’immersion française est important au Canada.   (Pour égaler la « proportion » canadienne, les É-U devrait générer 15,000 programmes d’immersion, mais elles n’en comptent que 500 à l’heure actuelle.  Cela pourrait vous donner une idée de la largesse du programme au Canada).

J’irais même jusqu’à dire que notre programme d’immersion française est probablement le plus grande programme d’immersion au monde.  Une fois qu’un tel programme atteigne ce point, je pense pouvoir dire sans me tromper qu’il s’agit d’une véritable « institution nationale ».

Une des différences majeures qui existe entre les programmes d’immersion au Canada et aux É-U (ainsi que dans d’autres pays comme l’Australie, le R-U, l’Allemagne, ou l’Inde) réside dans la nature, le but, les résultats escomptés, et les résultats souhaités du programme canadien.

Il ne sert à rien de me tourner précautionneusement autour des aspects controversés, car à mon avis il n’y a pas de controverse.  Alors, parlons de l’éléphant dans la pièce.  Dans le premier cas, le programme au Canada trouve ses racines dans un sens de devoir civique — et alors, pourrait être considéré éminemment politique – tout autant qu’avec les autres atouts, tels l’accroissement de l’employabilité, la mobilité et l’ouverture sur le monde pour ceux qui y sont inscrits (dont seuls ces derniers trois points sont les préoccupations principales du programme aux E-U, avec parfois le raccrochage avec l’héritage familial).

Pourquoi en est-il ainsi au Canada?

Le Canada, y compris le Québec, devait faire face à la dure réalité des années 1960 et 1970.  Les iniquités linguistiques ont heurté le pays comme une tonne de briques.  Le Canada Anglophone commença à se rendre compte que le français était autant une langue « indigène » petit “i” du Canada (faute d’une meilleure expression) que l’anglais, avec le respect que cela implique.  Le Canada se rendait compte que le français n’était ni une « langue folklorique », ni une langue réduit au pied d’égalité avec les langues d’immigrants (le français est, et sera toujours aussi canadien que l’anglais).  D’ailleurs, à cette époque-là, le monde changeait autant à l’intérieur des frontières canadiennes qu’à l’extérieur, et il n’était plus acceptable d’assujettir un groupe fondateur à la volonté d’un autre.

Constatant qu’il fallait faire quelque chose, des Anglophones, des parents inquiets (soucieux et préoccupés par ces questions), les commissions scolaires, les gouvernements provinciaux, et le gouvernement fédéral ont entrepris un exploit extraordinaire de coopération afin d’essayer de régler la situation.  Ils ont mis en place les premiers programmes d’immersion (dont je faisais partie moi-même à titre de cobaye à l’âge de trois ans en prématernelle , durant la toute première vague d’immersion dans l’ouest canadien rural).   Peu après, le pays était aux prises avec le premier référendum de 1980, suivi par le rapatriement de la constitution, les rondes constitutionnelles de Meech et Charlottetown, et ensuite le deuxième référendum de 1995.  Ce fut tout un choc au pays pour le moins dire, et la situation — ce qui veut dire “le pays” — devait changer.

Sans vouloir paraître trop négatif (au contraire, j’en suis très optimiste et positif quant à ce sujet), je pourrais vous présenter toute une liste de politiciens au Québec, surtout souverainistes, ainsi que d’autres éminentes personnalités qui ont largement dénoncé et passionnément décrié le Canada anglophone pour avoir assisté le rallye monstre pré-référendaire de 1995 à Montréal.  Des dizaines de milliers de canadiens et canadiennes anglophones venant de tous les quatre coins du Canada ont afflués de toutes parts dans la Place du Canada à Montréal.  À ce moment-là, j’étais moi-même étudiant à l’université francophone à Edmonton.  J’essayais d’arrache-pied, avec un grand groupe d’amis, de se procurer de billets d’avion à Edmonton pour se rendre à Montréal, mais il n’y en avait plus de disponible.

Au Québec, il y avait de grandes critiques formulées à l’égard des Anglophones qui y sont allés (en rétrospective, moi aussi je partage certaines critiques à l’égard de ceux qui l’y ont assisté, et je comprends les points de vue des deux côtés de la médaille).   Sans parler de l’aspect “financier” de l’évènement, la plupart des critiques initiales se sont centrées sur l’apparence que ces Anglophones se sont donnés en spectacle, en essayant de convaincre toute personne qu’ils traversaient dans la rue de voter “non” – mais le tout en anglais.  Les critiques ont prétendu que c’était de la pure hypocrisie, prétendant que ces interactions dans la rue devaient avoir lieu en français.  Selon les critiques, ils maintiennent que si le « love-in » de proportions gigantesques était bel et bien sincère, les choses auraient dû changer depuis 1995.

Bon.  Mes amis, les choses ont changé.  Pourtant ces changements ne font pas la une dans les médias du Québec.  Il y a quelques années, une grande partie de mes amis et d’autres que je connais au Québec (y compris certains de mes collègues québécois au fil des ans) n’étaient même pas au courant de l’existence du programme d’immersion française hors Québec – à tout le moins jusqu’à ce qu’ils m’ont rencontré.  Mais c’est une situation qui change, malgré le silence médiatique à ce sujet.  Lorsque les souverainistes pures et dures essaient d’expliquer leur proposition sur la souveraineté à la population (car ils prétendent que la population « n’a pas compris » jusqu’à présent), ils sortent souvent l’argument que rien n’a changé au Canada Anglophone depuis 1995 – une période de 20 ans.

Cependant, à la façon dont je vois les choses actuellement, le “love-in” géant de Montréal n’était que le début d’un mouvement plus large d’individus ordinaires qui prenaient les choses en main… et qui continue de prendre de l’ampleur jusqu’à nos jours (car ses mêmes gens savaient qu’aucun gouvernement, n’importe où au monde, ne peut de par sa nature livrer des résultats instants… que ce soit un gouvernement dans un Canada uni, ou que ce soit un gouvernement dans un Québec souverain – Là, je pense qu’on peut s’entendre là-dessus).

Depuis le « love-in » de ’95, l’inscription dans les programmes d’immersion française à l’extérieur du Québec s’est envolée.  On ressort des chiffres astronomiques.  Je crois bien que le programme est devenu le plus grand programme du genre au monde, et même aujourd’hui, le programme continue de repousser les limites de ce qu’on aurait pu rêver en 1995.  Les raisons pour cet envol sont justement parce que les gens ordinaires à travers le Canada ont à cœur le Québec et l’avenir du pays, et ils veulent prendre en main des mesures eux-mêmes.

Il y a deux billets intitulé Learning French – don’t be afraid to take things to the next level, j’ai attiré votre attention aux chiffres presque incroyables du nombre d’étudiants à travers tout le Canada (hors Québec) qui sont inscrits dans ce qui constitue ce relativement nouveau programme d’immersion (il faut se rappeler que la plus grande partie de l’histoire du programme ne s’est déroulée qu’au cours des dernières 20 à 30 ans).

À l’heure actuelle, il y a à peu près 320,000 étudiants inscrit dans le programme.  À tous les deux ans, ce chiffre grimpe encore de l’ordre de 10,000 à 20,000.   Depuis le début du programme, il est possible qu’un million (oui! 1,000,000) d’Anglophones l’y avait été inscrit à un moment ou à un autre – la grande majorité étant inscrite depuis 1995.

J’ai également fait mention que derrière chaque élève, il existe deux parents debouts, qui ont explicitement placé leur enfant dans le programme (alors, on est rendu à quoi?… 3 millions d’Anglophones qui soutiennent le mouvement pour assurer son succès? – sans compter tous ceux dans l’énorme bureaucratie reliée dans les 10 provinces, 3 territoires, ainsi que le gouvernement fédéral).

J’ai également fait référence aux listes d’attente qui existent pour s’inscrire dans le programme, ainsi qu’une pénurie de professeurs en raison d’une si forte demande (j’avais même des professeurs qui sont venus de la France en raison d’une pénurie de profs… et quand je vivais au Manitoba pour un bout de temps temporaire à l’age de 20 ans, j’avais trois colocataires venus du Québec qui se sont trouvés des postes à titre de professeurs dans le programme d’immersion en dedans de seulement une ou deux semaines en raison de la forte demande).  Et ces chiffres ne tiennent même pas compte de l’expansion et du potentiel du programme à l’avenir.

bcab1
mb.fi1wl.ont2

PEI1

Les villes qui comptent des programmes d’immersion en Colombie-Britannique, en Alberta, au Manitoba, dans le sud de l’Ontario et à l’Ile-du-Prince-Edouard — et ce sans compter les multiples écoles d’immersion à l’intérieur même de beaucoup de ces même villes.

Vous auriez du mal à trouver une ville de 7,000 et 10,000 habitants, n’importe où au Canada anglophone, qui ne compte pas au moins un programme d’immersion.  Il y a quelques jours à peine, j’ai entendu dire qu’une autre école Anglophone dans la ville où j’ai grandi en grande partie (Végreville en Alberta, population 5,800), songe y introduire un nouveau programme d’immersion – une tendance qui se répète à travers le pays.  Ici à Toronto même, tout comme à Vancouver, le programme continue de faire la une, de manière régulière, en raison du fait que les gens se battent pour inscrire leurs enfants.

Comme j’ai déjà dit, parfois j’entends des souverainistes pures et dures dirent que le Canada n’a pas tenu sa promesse de changer depuis le referendum de 1995.  Mais bon, vu ce que je viens de décrire, je crois que cet argument n’est plus valide, car il devient difficile de contrarier ces chiffres.

Les chiffres qui sortent du programme d’immersion française ont rapport directe avec des gens ordinaires qui s’impliquent directement pour réaligner des iniquités linguistiques et culturelles sur plusieurs fronts.  Contrairement à l’époque de 1995, ces gens-là qui sont issus du programme d’immersion méritent d’être entendus.  Leurs actions montrent qu’ils ont le Québec à cœur.

sch.im2


Quelques commentaires “accrus”

À ce sujet, je vous offre quelques commentaires supplémentaires, mais hautement sensibles (alors je les mets à l’écart du reste du text (dans quelques paragraphes indentés):

Ce que je redoute, c’est que les médias au Québec, dans l’ensemble, continuent de contourner ou détourner à la marge tout ce qui se passe quant aux programmes d’immersion au Canada anglophone.  C’est comme ils sont en plein déni et ils refusent de reconnaître l’importance du programme, non seulement pour le Québec, mais pour la dualité culturelle et linguistique du Canada dans son ensemble.  On pourrait même penser que la question des programmes d’immersion française serait le scoop national du siècle.  

Ce qui se passe maintenant au Canada anglais n’aurait même pas pu faire partie des rêves les plus fous des plus pures et dures des nationalistes au début du movement nationaliste québécois, autour de 1960, ou même dans les années 70 et 80, jusqu’en 1995.

Mais, hélas, il n’y a pas de manchette au Québec.  Et personne n’y semble manifester le moindre intérêt.  Pourquoi est-il ainsi?  Pourquoi ne voit-on pas de telles manchettes?  Pourquoi personne n’en parle au Québec?

D’abord… regardons c’est qui le patron de Québecor (le plus grand diffuseur médiatique au Québec, dont l’accent est mis seulement sur ce qui se passe à l’intérieur des frontières du Québec — de manière intentionnelle je soupçonne, car c’est PKP qui avait le droit de décider quel serait l’objectif de sa propre société lors de sa création).

Et regardons comment beaucoup de journalistes ailleurs, aux “autres” réseaux et sur les autres plateformes médiatiques ne semblent pas vouloir reprendre et développer cette nouvelle — un scoop énorme pour ainsi dire — dont la manchette pourrait se lire:  “C’est incroyable !  Des millions de gens ordinaires, partout au Canada anglais, indépendants de tout parti ou toute allégeance politique, sont en train de finalement faire ce que nous leur avons demandé depuis 400 ans!  C’est un movement énorme, et c’est une réussite! – Merci du fond du cœur !  Il ne peut mener qu’à de bonnes choses !”.

Alors, puisque c’est l’omerta total chez les médias au Québec, on en vient à se demander s’il existe d’autres motivations qui incitent d’importants segments des médias francophones à ne pas vouloir raconter cette histoire à la population.

Je ne veux absolument pas laisser entendre que je fais du Québec-bashing… au contraire.  N’oublions jamais que dans un sens, je me considère aussi francophone que vous qui lisez ce billet.  Le Québec, ses gens, ses préoccupations et ses intérêts me sont toujours à l’esprit – autrement, vue mes origines de l’Alberta rural, je ne serais même pas en mesure de vous écrire ce billet.

Mais, lorsqu’on parle des médias et de leurs choix, celle-ci est une des questions politiques les plus sensibles au Québec… un sujet particulièrement délicat.  Alors, quant à la question des nouvelles que choissisent les médias à diffuser à la population au Québec, j’arrête drette-là de parler du “pourquoi” et du “comment”.  C’est un carrefour difficile et hautement chargé.  Je suis désolé, mais c’est juste trop sensible pour en parler davantage dans ce billet (je laisse cela pour un autre jour, et j’en parlera, peu à peu, au cours de mes billets à l’avenir).

Cependant, je dirai ceci: Mes amis, bienvenu à l’univers souvent très loufoque, voire irrationnel, de l’excès de zèle de la politique nationaliste Québécoise – souvent qui se voit propager de manière endémique, aveuglée (volontairement aveulgée dois-je avouer) et structurelle dans les parages de ceux qui tirent les ficelles dans certains secteurs médiatiques.  Bien sur, le nationalisme pourrait être une force positive.  Mais lorsqu’on franchit une certaine ligne, c’est là où on rencontre des problèmes, car il devient une force aveulgante, floue est basée sur l’irrationalisme – voire autodestructeur.

Moi aussi, je suis nationaliste sur plusieurs fronts (envers toutes les réussites extraordinaires du Canada dans son ensemble, et envers le Québec, ses accomplissements et mes préoccupations et fierté envers sa population), mais je crois savoir où devraient être les limites de mon nationalisme.  Et je sais qu’il faut faire entrer des points de vue différents, et de laisser la chance aux autres pourqu’ils puissent réfléchir sur le spectre complet des idées — car personne, absolument personne, n’a le monopole sur les idées.

En tout cas, revenant au sujet du mouvement énorme de l’immersion française et du silence total de la part des médias québécois… Un tel silence n’est pas sans risque.

Il existe bien sur le risque évident que les Québécois seraient privés d’un morceau important du casse-tête lorsqu’ils continuent à former leurs opinions au sujet du Canada anglais et des anglophones ailleurs au pays (malgré tout, on a des partis politiques au Québec – le PQ, le BQ, le QS, l’ON – dont leur but principal est d’influencer ce que les Québécois pensent du reste du Canada, et de s’assurer que les québécois ne tissent jamais de liens émotifs avec le Canada anglophone).  Les sentiments sont importants au moment du scrutin, et il n’est pas dans l’intérêt de ces quatre partis de discuter de ce sujet.  Ça va de soi.

Mais ce mur de silence court un autre risque – un effet secondaire si vous voulez.   Que ce soit au Yukon, en Terre-Neuve, au Manitoba, ou en Nouvelle-Écosse, on a deux million de parents anglophones qui ont décidé, expressément, que leurs enfants (un million d’enfants) allaient “vivre” en français, à l’école – sept heures par jour, cinq jour par semaine, année après année – afin qu’ils sortent avec un sentiment de dualité culturelle et linguistique.  Quant à une telle décision, on n’est plus dans le domaine des “discussions abstraits” des rondes constitutionnels tenues dans des coulisses d’une terre lointaine par des hommes et des femmes dont on ne connaît pas leurs noms – et qui ne touchent guère la vie quotidienne du citoyen ordinaire.  Là, ce que j’entends dire c’est que ces trois millions d’anglophones font des gestes qui affectent, et qui changent leurs vies.  Songez pour un instant à ce que cela veut dire.

Une pleine et ouverte participation de la part des anglophones dans le fait français du Canada – notre fait français – n’est pas à prendre pour acquis.  Il faut impliquer ces anglophones directement dans le dialogue et dans nos vies.  Il faut les reconnaître.  Ils nos partenaires, nos alliés, nos compatriotes – nos ponts.  Et ils sont de plus en plus nombreux.

Les médias au Québec sont en train de nier purement et simplement leur existence.

Mais au fond, ce sont des gens ordinaires, et des êtres humains (des bouchers, des gestionnaires, des cadres, des agriculteurs, des soudeurs, des courtiers d’assurance – la liste est sans fin).  Mais puisqu’ils sont des êtres humains, cette sacrifice qu’ils font est grande (ils changent leur mode de vie malgré tout, et le destin de leurs enfants).

Comme tout être humain, leur patience aura des limites.   Le Québec voulait que les Anglophones du Canada se rangent à ses côtés, et ces gens, des les millions, ont entendu l’appel du Québec au cours des quelques décennies précédentes.

Ils sont là — maintenant.

De les repousser continuellement, de les nier, et de les écarter du revers de la main (comme s’ils ne valent rien) pourrait être vu à un moment donné, dans leurs yeux, comme l’hypocrisie pure, et comme un affront suite à tout ce qu’ils sont en train de faire et de sacrifier suite à cet appel du Québec.

Je sais très bien que ce qu’ils font est un sacrifice – car je me compte parmi eux.  C’est carrément un genre d’exercice de “francisation des anglos” volontaire, suite à une décision des parents d’inscrire leurs enfants en immersion dès l’enfance.  Au Québec on sait très bien c’est quoi le fardeau qui accompagne toute décision de se “conformer” à une autre langue et culture.  C’est lourd, et ce n’est pas facile.  Mais ces anglophones sont en train de le faire – dans leur propre milieu majoritaire, pour le moindre dire (un défi encore plus grand).

Mais encore, leur patience n’est pas sans limites.  Heureusement, ils ne sont pas encore rendus au bout du rouleau (et je présume qu’ils n’en y seront pas d’ici 15 ou 20 ans).  Mais un jour peut-être ils y seront rendus.  Soyons honnêtes… Les budgets des gouvernements sont limités, le programme d’immersion coûte une fortune, et à un moment donné, dans un avenir lointain, des gens qui contrôlent les budgets provinciaux pourraient poser la question “Quels étaient les résultats… au Québec?”  Mais comme j’ai dit, on est encore loin, très très loin de ce point-là.

Ces anglophones sont vos partenaires et vos ponts entre le Québec et le Canada anglais.  Et il faut les reconnaitre et les traiter ainsi.  Je sais, et vous savez, qu’ils ne seront jamais invités, défendus ou discutés sur la scène des émissions comme Tout le monde en parle, Bazzo.tv, Deux gars en or, les Francs tireurs, ou même 24/60.  Il n’apparaîtront jamais dans les chroniques du Devoir (à moins qu’ils subissent des critiques, pour aucune autre raison  qu’ils ne parlent avec un accent qui “n’est peut-être pas à l’hauteur”, ou qu’ils fassent des fautes de grammaire car ils ont besoin de rafraîchir un peu leurs compétences linguistiques quelques années après leur graduation).  Ils ne seront jamais mentionnés dans les paroles de chansons de Loco-Locasse, et même s’il y en a parmi eux qui soient les meilleurs chanteurs en français, il ne seront jamais invités à chanter à La Voix (l’émission de…  Julie Snyder”).  Il va sans dire qu’ils ne seront jamais salués lors de la St-Jean-Baptiste au Parc Maisonneuve (je ne rêve jamais en couleur).

Toutefois, ces gens sont tout simplement “du bon monde”, des gens très ordinaires – des hommes et des femmes honnêtes qui travaillent fort comme du monde.   Mais il faut dire aux médias que vous voulez les voir et de les entendre, que vous voulez qu’ils se voient tailler une place dans les articles, les chroniques, les émissions de la radio et de la télé, et qu’ils méritent d’être là à vos côtés – où vous pouvez les voir.  Malgré tout, ils sont là suite à l’appel du Québec.

Chose certaine : Autant que les médias créent leurs “propres” saveur du mois nouvelles (peut-être trop souvent, ose-je le dire), ils sont aussi susceptibles de répondre aux demandes de la société si la pression est là, et si la pression est grande.

Comme société, le Québec doit mettre cette pression sur ses médias, ou à long terme, on risque de perdre ces alliés et ces compatriotes anglophones; ces “ponts” les plus inattendus, mais les plus dévoués – et en grand nombre.

Fin de mes commentaires “accrus”

sch.im

Un autre argument que j’entends de temps-en-temps du camp souverainiste (mais pas autant qu’avant), c’est que le français hors Québec s’est vu relégué au second plan, au même niveau des langues d’immigrants.  Ce qu’ils prétendent dire, c’est que le français, par biais du multiculturalisme, se voit traité comme toute autre langue au Canada anglais – tel le chinois, l’hindi, l’espagnol, l’arabe, pour n’en nommer que quelques-unes (je vous suggère de lire mon billet sur le multiculturalisme – cliquer sur le lien dans la phrase précédente).

Mais là encore, les faits sur le terrain et tout ce qui se passe démontrent le contraire.  Cet argument révolu essaie de déformer le sens du multiculturalisme afin de marquer des points politiques.  Si cet argument restait en partie viable, il n’y aurait pas de programme d’immersion, il n’y aurait pas d’écoles francophones, il n’y aurait pas de régions du pays légalement obligées d’accorder des services en français, et tout ce que je viens de décrire serait en déclin.  Pourtant, regardez ce qui est en train de se passer.  C’est n’est plus l’époque de 1995.   Il est tellement encourageant de constater que les choses changent, même sur le plan annuel — et de savoir que ces changements vont continuer d’avoir un impact positif.

“Oui”… il demeure encore plusieurs enjeux politiques Québec-Canada qui n’ont pas encore été résolus.  Mais les enjeux de gouvernance sont toujours compliqués, partout au monde.  Ce sont les sentiments des masses qui sont au-dessus de tout gouvernement.  Les gens ordinaires ainsi que leurs valeurs et gestes valent bien plus que tout processus politique.  Ce sont les intentions, sentiments, et ceux qui parlent du cœur qui importent bien plus que toute querelle et tout défi constitutionnel.

Dans ce même esprit, lorsqu’on entend certains politiciens dire qu’il pourrait y avoir des changements majeurs sans devoir ouvrir de nouveau les rondes constitutionnelles (du moins pour le moment), c’est exactement ce genre de programme dont ils parlent (il ne fallait aucun changement constitutionnel afin d’implanter le système d’immersion française).  Le reste va découller avec le temps (le bon moment au bon endroit).

Il n’y a pas si longtemps, j’ai entendu une souverainiste très respectée et très éminente (une des doyennes de la souveraineté) dire une chose très intéressante.  C’est une personne pour qui j’ai beaucoup de respect (même si nos buts ultimes ne sont pas les mêmes).  En bref, elle a fait le point qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.  C’est-à-dire, si votre bonheur se base sur des enjeux comme la formulation d’un texte écrit sur un morceau de papier blanc (telle la constitution), vous allez alors mener une vie triste, déçue et mécontente – peu importe si vous vivez à la scène d’un Canada uni ou d’un Québec indépendant.

Elle postulait qu’il fallait regarder au-delà des chicanes politiques et qu’il fallait trouver du réconfort dans le fait qu’il y aurait toujours une population autour de vous qui serait là en temps de besoin.  Parfois ce soutien pourrait se voir manifester soit en forme de solidarité financière (c’est-à-dire nos impôts sont au profit de tout le monde), soit dans l’appui moral de la population – car on vit dans une société dans laquelle les gens cherchent à faire une différence (nous sommes tous dans le même bateau, et le programme d’immersion démontre clairement qu’on est bien plus de gens qu’on aurait jamais cru possible – et nous ramons tous ensemble).  J’en suis entièrement d’accord avec ses sentiments.  Et moi, je pense bien que ce mouvement massif envers le bilinguisme hors Québec incarne justement des points qu’elle tient à cœur au plus haut point.

Des millions de canadiens hors Québec ont porté cette cause à bout du bras, en solidarité avec le Québec, et en solidarité avec le fait français au Canada.  Le français au Canada ne va nulle part car il fait partie intégrale de l’âme du pays, de notre âme.  Les Anglophones à travers le Canada ont pris fait et cause en grands nombres – et l’immersion française est un outil dont ils se dotent.

À mon humble avis, depuis 1995, quand le Canada a dit qu’il allait changer, les citoyens ordinaires (qui n’ont rien à faire avec les enjeux gouvernementaux) ont joint le geste à la parole.

Et c’est ça ce qui différencie les programmes d’immersion du Canada de ceux des É-U.


sch.im4

L’organisme “Canadian Parents for French” (Les Parents canadiens pour le français) est un organisme énorme qui regroupe les parents anglophones soucieux et sensibles au fait français du Canada.  Il compte des chapitres dans toutes les provinces anglophones.  Comme organisme, ils travaillent plutôt en coulisse – et il est rare d’entendre parler d’eux (parfois, mais rarement ils se font parler dans les médias anglophones, mais “jamais” dans les médias francophones — jamais — un constat qui me laisse perplexe.  Bienvenue au monde des Deux Solitudes!).  

Malgré qu’il s’agit d’un organisme anglophone, ils coordonnent beaucoup d’aspects de ce mouvement populaire envers la françisation et le bi-culturalisme au Canada anglais.  Ils travaillent de concert avec les commissions scolaires, les gouvernements, et les parents anglophones qui exigent que leurs enfants puissent se faire éduquer en français, partout au Canada anglais (dans les petites villes comme dans les grandes).  

C’est incroyable de constater ce qu’ils on pu accomplir dans une si courte période de temps.  À mon avis, c’est un des moteurs de changement et un des organismes les plus puissants en Amérique du Nord.  Ils sont en train de changer le visage, les moeurs, et l’âme d’un pays dans son entier.  Ce n’est rien de moins qu’une nouvelle révolution cultural-linguistique, une redéfinition des rapports entre les anglophones du Canada et le fait français du pays et la société francophone du Canada.  

Je leur lève mon chapeau!

Cette vidéo en français est bien mignonne!  Je soupçonne que ces enfants sont dans la première année d’école primaire en immersion — mais ils se débrouillent déjà très bien.  Ça me fait rappeler de mes propres expériences au début des années 1980.

La prochaine vidéo en français est assez intéressante.  Elle provient de la Colombie-Britannique, et elle démontre bien les réussites du programme (tous les jeunes qui parlent dans la vidéo sont maintenant en université, mais sont issus du programme d’immersion en Colombie-Britannique). Pour que les finissants du programme d’immersion puissent poursuivre leurs études universitaires en français sans devoir quitter la Colombie-Britannique, l’Université Simon-Fraser (à Vancouver) a converti une partie de ses programmes universitaires en français (en effet, c’est une continuation du programme d’immersion, mais au niveau universitaire — ce qui fait que Simon Fraser est maintenant une université en partie bilingue – d’où se tient cette conférence que vous voyez dans la vidéo).

Le programme a déjà duré assez longtemps qu’il existe un assez grand nombre de Canadiens anglophones qui sont issus du programme, qui sont maintenant dans la trentaine, et qui sont bien intégré dans le marché du travail.  

Au cours des prochaines années, les ressortissants de la toute première “vague” d’immersion (aussi modeste quelle soit) va accéder à la quarantaine — l’âge à laquelle on commencer à laisser sa marque sur la société.

————————————————————

SERIES:  FRENCH IMMERSION (4 POSTS)

Public Systems:

Private Systems:

mmersion du Canada de ceux des É-U.

Port-Alberni – Les pires villes? — Ne soyez pas si prompt à « appuyer sur la détente » — Partie 3 (#159)

I’m writing this post in French, for a those following from Québec.  This post will look at the lowest ranked city in the MoneySense rankings (a continuation from the last post) – Port-Alberni.  Most Anglophone Canadians would be familiar with Vancouver Island, and perhaps even Port-Alberni, but I’m not so sure many Québec Francophones would be as familiar with this region of the country – or even know that the SW coastal region of B.C. is Canada’s snow-free & palm-tree all-season playground region (the blog is about tearing down the Two Solitudes, and it’s a two-way street after-all — so I have to get the odd French-post in from time-to-time 😉 )

Dans les deux billets précédents, on a jeté un coup d’œil sur le classement (« très médiatisé » d’ailleurs) des 201 villes canadiennes, classées par le magazine MoneySense.  Chaque année ce magazine fait le bilan des « meilleures » villes et les « pires » villes où vivre au pays.   Pourtant, comme j’ai dit dans les deux billets précédents, les facteurs que MoneySense prend en considération sont tirés d’un spectre très mince, et ne ils ne prennent pas en considération d’autres facteurs, parfois subjectifs, mais souvent très importants.   Les seuls outils dont ils se dotent pour faire leur évaluation ne sont que les indicateurs sur le revenu personnel, prix de maison, combien de temps il faut pour payer l’hypothèque, la valeur nette familiale, les taux de chômage, la croissance de la population, et les impôts fonciers.   Portant, ce classement annuel attire beaucoup d’attention médiatique, malgré la faiblesse de ses données.

Pas fort à mon avis!  Car la qualité de vie qui se découle de notre décision où mener notre vie penche sur bien plus que ces quelques facteurs plutôt limités.   MoneySense se justifie en disant qu’il faut être capable de se trouver un emploi et de se payer la vie pour en profiter du reste.  Mon argument, c’est qu’il est l’ensemble de beaucoup plus de facteurs qui détermine si la vie est bonne ou pas (côté financier, mais aussi les autres aspects que nos villes peuvent nous offrir).

À mon avis, si vous cantonnez vos recherches à des lieux paradisiaques (qui, franchement, n’existent pas – peu importe où on vie au monde), et si vous déguerpissez dans la stratosphère ou sur une autre galaxie, vous êtes cuit!  Vous ne trouverez jamais le « paradis » que vous cherchez.  Il faut trouver le bon dans ce qu’on a déjà.  La vraie vie, et la satisfaction que s’en suit, se font à partir de la réalité.   Nos sentiments de satisfaction s’en découlent seulement lorsqu’on se met en première loge pour bien apprécier ce que nos villes peuvent nous offrir.

Oui, le fait d’être dans le moyen et d’avoir un ménage de quatre personnes qui gagne $120,000 par an dans une ville en pleine croissance peut faire qu’on se trouve en tête du classement des villes.   Mais s’il faut quand-même payer une hypothèque de $550,000 et travailler 60 à 70 heures pour gagner sa croûte, reste-il vraiment les moyens de s’en profiter des autres plaisirs qu’une telle ville pourrait nous offrir?   Les facteurs que nous présentent MoneySense ne me semblent pas en soi constituer la route vers la joie.

Dans leur classement des 201 « villes » du pays, MoneySense désigne Dolbeau-Mistassini à l’avant dernier rang (c’est la deuxième ville du Saguenay Lac St-Jean), et MoneySense réserve l’honneur du tout dernier rang à Port-Alberni, sur l’Île de Vancouver en Colombie-Britannique.   MoneySense prétend que ces deux villes (maintenant jumelées à jamais sous les plus improbables des circonstances) sont les « pires » places où vivre au Canada.

J’ai consacré le dernier billet pour déboulonner les notions que les facteurs pris en conscience par MoneySense sont les facteurs déterminants quant à la qualité de vie.  En effet, je vous ai offert un tour guidé « virtuel » de Dolbeau-Mistassini pour bien démontrer qu’elle ne mérite pas un tel classement, et qu’elle possède les atouts dont on s’attend de nos villes, d’un océan à l’autre (sinon pas plus).

Ce dernier billet sur Dolbeau-Mistassini était à destination des lecteurs anglophones d’un bout du Canada à l’autre, afin de leur présenter Dobeau-Mistassini, et de leur donner l’occasion de mieux connaître la ville et sa region.  J’espère qu’ils ont pu avoir une bonne impression de la ville, et qu’ils réalisent que ces classements ne sont qu’un jeu de chiffres, et non pas un mesure de la qualité de vie.    Ce billet, pourtant, est à destination des francophones du pays – particulièrement ceux du Québec.

Je vais mettre la ville « jumelle » (symbolique) de Dolbeau-Mistassini, celle de Port-Alberni (la ville le plus en bas du classement canadien, le 201rang), sous les projecteurs, tout comme j’ai fait d’ailleurs avec Dolbeau-Mistassini.  Cela aura pour effet de vous offrir un point de vue sur un coin du pays auquel vous n’aurez peut-être jamais pensé auparavant (si vous en étiez même au courant de cette région).

Port-Albanie, rue principale

pa9.07

Deux prises de vue aériennes de Port-Albernie (cliquer pour agrandir)

pa001.02 pa001.01

Dans le même ordre d’idées, je considère le classement MoneySense un peu trop sévère à l’égard de Port-Alberni.  Comme c’est le cas pour Saguenay Lac St-Jean, l’Île de Vancouver est un coin que je connais, et je dirais que les différences entre les 50ième, 100ième, et 200ième rangs des villes ne sont pas si grandes (malgré tout, le Canada compte des milliers de villes et villages de toutes tailles).   Je crois bien que vous seriez étonné de voir les similitudes entre Dolbeau-Mistassini et Port-Alberni — des similitudes qu’ils partagent avec des villes classées plus haut, tels les Boucherville (QC), Stratford (ON), Camrose (AB), ou Saint-Georges (QC) du pays.   Malgré tout, les villes et les provinces respectives redoublent leurs efforts (et ose-je dire, leur collaboration en forme de péréquation) au service de leurs citoyens pour s’assurer qu’on partage tous un niveau de vie relativement similaire, peu importe la taille de notre ville, peu importe où se situe notre ville, et peu importe le coin de notre pays.  À mon avis, c’est ça la beauté de l’affaire.

À la fin, la cerise sur le gâteau c’est toujours les efforts des habitants eux-mêmes, qui assurent que nos villes demeurent des communautés de choix – grâce à la générosité de leurs habitants, leurs accommodements envers les nouveaux membres de leurs communautés, et leur esprit de « bon voisinage ».   Mes sur ces derniers points, j’en ai très peu à craindre, car ce sont nos valeurs communs qui font toujours briller nos villes à travers le pays (qu’elles soient des villes anglophones ou francophones).

En gardant tout cela à l’esprit, entrons donc dans le vif du sujet… prochain arrêt :  Port-Alberni!

—– —– —– —– —– —– —– —– —– —– —– —– —– —– —–

Avec 17,000 habitants, la ville de Port-Alberni compte un peu plus d’habitants que Dolbeau-Mistassini, mais elles sont plus au moins des villes de la même taille.

Port-Alberni se trouve dans la province de la Colombie-Britannique, sur la côte Pacifique du Canada.

ca.1.1

Drapeaux de la Colombie-Britannique (gauche) et de la Colombie-Britannique francophone (droit).  Les deux sont des drapeaux officiels de la province.

drpcb

cb-ptc

À mon avis, un des facteurs qui fait que la ville est très spéciale, c’est le fait qu’elle est située sur l’Île de Vancouver (une région à part, tout comme Saguenay Lac St-Jean est une région à part).   C’est une grande île au large du continent nord-américain et qui, à part son nom, n’a rien par rapport avec la « ville » de Vancouver (les deux ne sont même pas prôches l’une à l’autre… il faut prendre un traversier de quelques heures de la ville de Vancouver pour se rendre sur « l’Île » de Vancouver).   L’Île est « très » grande (même plus grande que beaucoup de pays).  En effet, elle est six fois plus grande que la province entière de l’Île-du-Prince-Édouard, avec plus de cinq fois la population de l’Île-du-Prince-Édouard.

Un des traversiers qui relient le continent et l’Île de Vancouver

bc3

vi.2

C’est une des régions du Canada où il ne neige pas l’hiver (du moins que si l’on se retrouve en haute altitude dans les montagnes).

Et c’est également une des rares places au Canada (hors la partie continentale du sud-est de la Colombie-Britannique) où les palmiers poussent l’année longue (c’est toujours une chose qui surprend beaucoup de Québécois – ceux qui n’ont jamais visité l’ouest du pays – et lorsqu’ils constatent que le Canada compte des régions sans neige et avec des palmiers).  Ce phénomène est dû à la manière que les courants d’eau chaud de l’océan Pacifique frappent la côte ouest du Canada – tout juste dans le bon endroit.  Et c’est pour cette même raison que les palmiers ne poussent pas (ou ne poussent pas si bien) juste un peu plus au sud, de l’autre côté de la frontière avec les Etats-Unis (du moins que si on voyage vraiment dans le sud vers la Californie).

Pourtant, parfois il pourrait y neiger.  Il est rare, et il ne neige jamais beaucoup (généralement elle fond tout de suite, les rares instances qu’il arrive…)

pa10

Mais a des altitudes plus hautes, dans les montagnes durant l’hiver, il ne faut pas monter très loin pour trouver de la neige (et des conditions de ski hors pair!)

pa7

Voici quelques photos des palmiers en Colombie-Britannique.  Il va sans dire que l’immobilier est assez cher dans les deux grandes villes Victoria (sur l’Île), et dans le métropole de Vancouver (sur le continent)… car on est dans la « Côte d’Azure » du Canada malgré tout — mais au moins les prix sont très abordables à Port-Alberni

pt.1 pt.2Ooof !! Je pense que le propriétaire de cette maison (en haut) est allé un peu “trop loin” avec ses arbres (mais, qui sait… peut-être il est d’origine d’une région du pays avec des “vrais” hivers !!  Alors, est-ce qu’on peut vraiment lui rapprocher d’aimer ses palmiers? 🙂 )

pt.3

pt.4 pt.5

Voici des vidéo des palmiers dans la région de l’Ile de Vancouver, ainsi qu’à Vancouver même:

I’Île de Vancouver est assez spéciale en soi.   La ville de Victoria, capitale de la Colombie-Britannique, se situe dans l’extrême sud de l’Île de Vancouver, tandis que Port-Alberni de situte dans le centre-sud de l’île.

C’est un fait peu connu dans l’est du Canada que l’Île de Vancouver était son propre colonie (qui était gouverné comme un pays quasi-indépendant) avant la confédération canadienne en 1867 – ce qui a mené à sa fusion avec le continent et la province de la Colombie-Britannique.  Et un fait encore plus inattendu, c’est que les colons français (de la France) ont fondé une communauté à Victoria durant cette époque-là – avec une communauté francophone qui y demeurent toujours à ce jour.

Dans l’est du Canada, la ville de Québec représente « l’ancienne ville à l’Européenne » de l’est du pays, tandis que dans l’ouest du Canada, la ville de Victoria représente « ancienne ville à l’Européenne » de l’ouest du pays. La vieille architecture de Victoria, la grandeur et l’élégance de l’hôtel Empresse (un peu comme le Château Frontenac), l’imposant édifice qui est l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique, la terrasse qui longe le vieux port, et les ruelles cachées à l’ancienne partagent beaucoup de traits en commun avec Québec.  Et comme Québec est la grande ville la plus proche à Dolbeau-Mistassini, Victoria est la grande ville la plus proche à Port-Alberni (qui est 2.5 heures de route vers le nord).

(Quelques photos de Victoria ci-dessous)

vi.4.3 vi2

Cliquer pour agrandir

vi3 Victoria - Inner Harbour vi4.2

Le drapeau de la Colombie-Britannique Francophone (en bas) flotte devant l’Assemblée législative à côté du drapeau provincial (étant moi-même né en Colombie-Britannique, j’en suis pas mal fier de voir le drapeau francophone de la C-B hissé devant l’Assemblée… pourtant, ma ville natale, Terrace, est assez loin de Victoria.  Terrace se trouve dans une autre partie de la Colombie-Britannique, 20 heures de route de Victoria, et 22.5 heures de route de Port-Alberni.  Ce n’est pas seulement le Canada qui est énorme, mais les provinces elles-mêmes sont parfois gigantesques — dirais-je des continents en soi!   S’il vous intéresse, par hasard j’ai déjà écrit un billet en français sur ma ville natale de Terrace — vous pouvez y accéder en cliquant ici.).

B.C. Francophone Day

L’Assemblée législative de la Colombie-Britannique à Victoria (ci-haut et ci-dessous).vi.4.5 vi.4.6

L’Hôtel Empresse et la terrasse du vieux portvi4

Les atouts spécifiques à Port-Alberni:

La région de Port-Alberni, toute comme la région où se situe Dolbeau-Mistassini, est un vaste terrain de jeux plein air qui offre des possibilités à l’infinie;  du ski, des sports aquatiques, des plages, la pêche, les sports d’hiver, les activités d’été – la liste est sans fin!

C’est une région où se trouve une bonne portion des forêts pluviales du Canada (en effet, ces forêts sont très prôche à Port-Alberni), qui elles-mêmes offrent une multitude de possibilités d’activités pleine air.  (Voici un lien sur les forêts pluviales de la côte ouest du Canada s’il vous intéresse:  -ICI-  et  -ICI-  et  -ICI-).

pa2 bc1.1 bc1 pa9.02 pa9.09

Les environs de Port-Alberni comptent également des vignobles et des vergers

DSCN8947

Les autres activités plein air sont sans limites, toute l’année longue…

pa9.10

Voici le terrain de golf de Port-Alberni

pa9.12

De l’escalade à volonté (la chaîne de magasins MEC doit adorer des gens de ce coin !!!! – et moi, j’adore les magasins MEC!)

bc2 pa9.04

Le canotage autochtone traditionel est devenu un passe-temps communautaire à Port-Albani (fait en équipe et ouvert à tous).  Il y a des équipes de femmes, hommes, enfants, et groupes mixtes.pa9.08pa9.05

Quelques photos du Fjord Albani…

pa9.03

pa1 pa9.11 pa8 pa1

Comme Dolbeau-Mistassini, l’industrie de la pâte et papier est l’employeur principal de la ville.  Mais ces deux villes, comme j’ai mentionné dans mon dernier billet, sont bien plus que son industrie principale.  Elles sont l’ensemble de tout ce qu’ils peuvent offrir à leurs citoyens, et de tout ce que leurs citoyens s’offrent entre eux.   Une communauté est véritablement la somme de ses habitants – pas la somme des chiffres qui leur sont désignés par un magazine dans un classement annuel.

pa9.06

Port-Alberni se trouve à l’extrême intérieur d’un fjord navigable, longue de 40 kms (le Fjord Alberni).   Les rues de la ville se terminent souvent au bord de l’eau.   Malgré le fait que Port-Alberni est relié à la grande autoroute expresse principale (Nord-Sud) de l’Île de Vancouver par une route d’une heure très boisée (avec des arbres si larges qu’il faudrait deux ou trois personnes pour mettre des bras autour des troncs — photo ci-dessous), un des moyens de transport à longue distance demeure des hydravions (reliant Port-Alberni à Victoria) — des avions à passagers qui décollent et atterrissent sur l’eau, dans le fjord (pas besoin d’un aéroport alors).

at.rt1

pa9

Pour toute famille qui doit décider où s’installer et vivre, l’accès aux écoles, ainsi que la qualité de ces mêmes écoles deviennent des enjeux primordiaux.   Dans le dernier billet sur Dolbeau-Mistassini, j’ai fourni des liens pour vous laisser voir ses écoles.  Port-Alberni offre également un bon nombre d’écoles, dont une vient tout juste d’être construite (photos ci-dessous).  Il y a également une école française (” l’École des cèdres”), où les élèves peuvent poursuivre leurs études entièrement en français, de la maternelle, jusqu’à leur graduation (avant de poursuivre leurs études post-sécondaires).

pa5 pa4 pa3

Il va sans dire que Port-Alberni, comme Dolbeau-Mistassini se dote de tous les services et convenances nécessaires pour bien vivre (dentistes, médecins, hôpitaux, magasins et supermarchés à grande surface, des industries et services assez diversifiés – tout ce qu’il faut au fond).

(photo de l’intérieur de l’hôpital de Port-Alberni ci-dessous).

hsp.int.1

Et un des meilleurs avantages qu’apportent les villes de Port-Alberni et Dolbeau-Mistassini demeure toujours le faible coût de la vie!    On peut facilement se payer une maison, sans avoir les inconvénients de devoir faire la longue navette entre la maison et le travail chaque jour.   C’est un atout qui garantit qu’il y aurait toujours assez de temps avec la famille, et de s’en profiter des trésors naturels qui entourent la ville et la région – le tout à très bas coût, et avec le moindre effort!  N’est-ce pas la vie idéale et convoitée pour élever une famille? Surtout si on peut profiter de la vie, de ses amis, ainsi que d’activités culturelles et de ses passe-temps!

Alors, quand je vois un magazine tel MoneySense nous dire que nos trésors comme Dolbeau-Mistassini ou Port-Alberni ne valent que le fond du baril – là, je ne peux m’empêcher de prendre position et d’y mettre le hola!  Oui, j’aime moi-aussi nos grandes villes et leurs traits, mais ce sont nos petites communautés, précisément les villes comme Dolbeau-Mistassini et Port-Alberni, qui font la première ligne de défense pour empêcher que le pays, dans son entier, ne devienne un pays composé que de six grandes villes et peut-être 15 autres villes de tailles moyennes.

Ce sont les Dolbeau-Mistassinis et les Port-Albernis qui protègent notre héritage culturel, qui élèvent nos enfants, et qui tissent les liens essentiels entre la grande nature, les forêts, l’agriculture, l’eau, l’industrie, et le peuple du pays.   On ne peut jamais attribuer un « classement » à ce rôle essentiel, du moins du genre qu’elles se voient accordé par MoneySense.  Alors la prochaine fois que vous entendez tout ce tapage et tintouin médiatique autour du classement annuel des villes du Canada, assurez-vous non seulement de bien vouloir le prendre avec un grain de sel, mais plutôt sortez-vous un grand bloc de sel, bien carré et lourd – car la réalité le dicte!  😉

En terminant, je vous offre quelques liens de Google Streetview — un tour virtuel de Port-Alberni (comme j’ai fait d’ailleurs avec Dolbeau- Mistassini).

La rue principale

Des palmiers devant une maison à Port-Alberni:

L’Hôtel de ville

Le Quai publique principal

Le marina de ville

Le train historique à vapeur qui offre des tours de la région 

Une des hôtels historiques

Vieux styles d’architecture des maisons 1

Vue de la ville d’en haut

L’hôpital

L’Entrée principale à la ville

Rivière en ville

L’École des cèdres (une école française / d’immersion française)

Quartiers boisés:

Tour d’habitation (un autre genre d’habitation qui offre plusieurs choix de style de vie)

Complexe sportif, piscine, arène:

Styles de maisons des années 1980s:

La route de “connection” de 40 minutes (la seule route) qui relient Port-Alberni à la grande autoroute expresse de l’Île de Vancouver:

Une autre tranche de cette même route à l’entrée de la ville: (c’est un petit morceau de paradis, non?)

Et encore cette même route à quelques minutes à l’extérieur de la ville:

Le terrain de golfe de la ville:

Comme je l’ai dit dans le billet précédent sur Dolbeau-Mistassini, si Port-Alberni est la pire des pires villes au Canada… là, je crois qu’on est en train de faire quelque chose de bien correcte!   Continuons !!

SERIES: THE WORST CITIES??  SERIOUSLY??  DON’T BE SO QUICK TO JUDGE!! (5 POSTS):