Home » Search results for 'tout le monde en parle'

Search Results for: tout le monde en parle

Tout le monde en parle (#1)

“Tout le monde en parle” (Everyone is talking about it) is Québec’s most watched weekly television program (with millions of viewers per episode).  The viewer numbers are so large, that it actually is not an exaggeration to say the streets of Québec and Francophone Canada are quiet on Sunday evenings because everyone is inside watching the program.

The show regularly interviews headline news makers, and often in a controversial manner.   The irony is because the interviews are so audacious, Tout le monde en parle itself regularly becomes Québec’s headline news story the day after it airs.  There has been nothing quite like it in Canadian or Québec history (and possibly nothing like it in the history of North American television).

It is a long-running TV interview show (since 2004), filmed in front of a live-audience, broadcast once a week (two hours every Sunday evening, from 8pm to 10pm) on Radio-Canada.  It is broadcast across Canada – thus regardless where you are in the country, you will be able to watch it.  It is not broadcast during the summer.   It was created by household-name Guy A. Lepage (one of Quebec’s best known actors, comedians, and interviewers).

It takes the format of Guy, and his sidekick Danny Turcot, interviewing well-known personalities from cultural, media, news, or political spheres — sitting at a table opposite to the hosts.  Topics are most always on current events related to those being invited.  Several invitees will often appear in one show, sitting side-by-side.  Often the invitees will have opposing points of views.  Because of this configuration, sparks can sometimes fly, and unexpected debates can ensue, especially if the opposing views of the invitees are of an emotional nature (think politics, or ethical issues).

The program often has heavy societal, social, and political overtones — often shrouding subjects in a serious overtone.   The host has entrenched political views, and his questions can become very pointed, critical and less-than-subtle (aimed at both friends and foes alike).   However, regardless of the host’s own political or social views (which do come through on the show – there is no doubt about it) Guy A. Lepage plays it cool, adds a lot of humour, and it makes for a great entertainment factor.

The program also provides the audience with a rare chance to see celebrities, politicians and other newsmakers in either a relaxed setting, or under the heat (questions and criticism of the invitees can become very unbalancing — which is precisely one of the reasons the show is so popular).   For this reason, it’s one of the highest rated, and best known television shows in Quebec — hence “Everyone is talking about it”.

The most famous names in society appear on the program, but even if someone is not so well known, they will be a household name after appearing on the show (in the hours running up to the show’s airing, Lepage has even been known to tell lesser known guests to get ready to become a household name and recognized everywhere as soon as the show goes to air).

Because of popularity of the interviewees, this is one of those shows which is a sure-fire fast-track to familiarize oneself with popular topics and people being currently discussed in Quebec society during at the office water-cooler, among friends, or in the news.

For Anglophone Canadians, it is also a great way to improve your level of French (you’ll find guests speak with a mix of styles of French, be it standard québécois, local accents, and sometimes joual).

– The show’s official website is http://ici.radio-canada.ca/tele/tout-le-monde-en-parle/2014-2015/

– The show’s wikipedia article has highlights of some of the better known moments:

Qu’est ce qui est arrivé durant les quelques années suivant l’arrivée des Britanniques au Québec? (#379)

Il y a plusieurs billets, je vous ai offert une vidéo d’un discours qu’a tenu Jason Kenny lorsqu’il était ministre fédéral Conservateur de Citoyenneté et Immigration Canada : Funny what gets dragged from the attic when politics get involved.  

C’est une vidéo qui a fait jaser au Québec.  Dans cette vidéo, il parlait de sa manière de voir le rôle qu’a joué les Britanniques et le multiculturalisme dans le contexte du transfert de la Nouvelle-France.

La vidéo a tant fait jaser que Rad-Can sentait le besoin de mettre les choses au clair il y a un couple de jours.

Comme j’ai souligné dans le billet ci-dessus, je ne suis pas d’accord avec la caractérisation que nous a présenté Kenny sur les origines des politiques du multiculturalisme moderne du Canada.

Toutefois, ceci étant dit, j’ai mentionné que l’approche Britannique quand-même se basait sur une idéologie assez laissez-faire (même malléable et ductile) quant à leur système de gouvernance au cours du siècle suivant le transfert du pouvoir (du moins dans le contexte de l’époque, et surtout comparé aux autres systèmes ailleurs au monde).

J’ai mentionné que cette approche elle-même a pu poser les fondements sur lesquels on a pu bâtir un bon nombre de projets de société… des legs dont on ressent toujours, et dont on ne devrait pas considérer sous un angle négatif.

C’est une époque dont on ne parle très peu, et qui est très mal comprise.

Nous sommes tous le produit de notre passé.  Et l’ère des britanniques fait autant partie de notre passé (et de notre identité collective) que l’époque coloniale française, ainsi que tout le kit qui nous est arrivé au vingtième siècle jusqu’au présent – tant au niveau de la société que personnel.

Le voici le récit de Rad-Canada.  Je le trouve assez intéressant.

orgns.mltcltsm1

(Voici le lien pour l’émission complète:  http://ici.radio-canada.ca/emissions/les_samedis_du_monde/2015-2016/chronique.asp?idChronique=386638)

The party leaders’ final major interviews before the election (#373)

You know the election is (finally) winding down when you see the leaders start to wind down.  They just gave their last major interviews to one of Québec’s most popular television programs.

Tout le monde en parle (TLMEP = “Everyone is talking about it”) often jockies for the 1st spot place in Canadian television ratings along with Québec’s other top rated show, La Voix. 

I have spoken many times before about TLMEP.   In fact, TLMEP was the subject of my very first blog post.

It is a left of left (yup, that’s left), very sovereignist friendly interview program which has interviewed thousands and thousands of Québec’s who’s who (and to a certain extent, others from elsewhere in Canada who are able to muddle through in French).

Despite being well-known as being well-entrenched politically, people of all political strips love this show because we get to see how politicians fare under intense circumstances (especially when they are out of their element… it ain’t no Peter Mansbridge interview!!).

Case in point:  The show does not really align with my own political views, but nonetheless, I like it as much as everyone else!

It is also a very pop-culture friendly show, which allows us to see and hear the inside stories behind some of the most famous faces in Québec, French Canada, and the Francophone world.

It airs every Sunday night on Radio-Canada, for two hours per episode, and has been on the air for over 20 years.

Despite the show’s the far left and sovereignist leanings, they’ve toned down the leftness over the years.  You can see the host and his sidekick gritting their teeth as they forceably tone it down – likely because of Radio-Canada management directives to tone it down. 

This latter link is for a post I previously wrote… It’s talks about quite an unbelievable series of events involving Radio-Canada which likely led to TLMEP having to tone itself down.  It is worth a read if you have not read it before (but grab a drink before you do… you’ll likely need it when you read what is in that post).

With average show ratings hovering between 1.5 million to over 2 million views, TLMEP has made the careers of numerous invitees, and it has broken the careers of others.

One thing has remained constant.  If it becomes publicly known that someone has refused an invitation to appear on TLMEP, they are instantly (and very vocally) labelled as a coward by both Québec’s media and by Québec’s public.  This in itself can become a career breaker.

In this sense, I am not sure if there has ever been a more politically and socially powerful program in Canadian history.

With the exception of Stephen Harper, all of our political party leaders attend interviews on the program at least two or three times a year.

But because of the burdens of our mighty democracy, Harper as always hid been too busy and has refused to be interviewed been permanently “unavailable” (Oh, the hectic schedule of a Canadian Prime Minister.  Fortunately President Obama’s schedule is far less cumbersome, since he has lots of time to appear on shows like Jimmy Fallon… Poor poor Canadian Prime Ministers… gotta feel for ’em).

This has drawn the ire of Québec’s public for many years, and has resulted in Harper becoming the butt of countless everyday jokes:

(Example:  Two Joe Blow warehouse workers might have a colleague who is late for work.  One warehouse worker would ask the other one “So where is Johnny X this morning?”.  The other warehouse worker might answer “You didn’t know his middle name was Harper?  He confused work with TLMEP and was too chicken shit to get here on time”.

If your constant refusals to attend Canada’s & Québec’s #1 show (in terms of overall ratings) gives you that sort of overtly negative reputation among your electorate, it shows you are grossly out of touch with your electorate.  Perhaps you should throw in the towel before your electorate takes it from you (unless you turn to less-than-noble tactics to sneakily maintain power, such as Niqab bashing two women at a citizenship ceremony as if it were a greater threat to humanity than an asteroid headed for Earth).

On October 4th, Thomas Mulcair was one of TLMEP’s guests.

Last night, Justin Trudeau and Gilles Duceppe were TLMEP’s guests (appearing separately on the show, of course).

I have not yet seen the ratings, but based on how the shows were hyped in advance, I would not be surprised if they crested somewhere between 2.3 and 2.8 million viewers.

These were the last major interviews for the party leaders before E-day.  Many voters missed the televised debates, and so the TLMEP interviews would have been the leader’s last major opportunity to appeal to a large audience.

I was actually quite surprised by how the interviews went.  The host, Guy A. Lepage, never let any of them off the hook for a second (you sense that Mulcair has become too centrist and soft for him, Trudeau is too much of a joke for him, and Duceppe is too passé for him).

My take on the final results (and boy, I really tried very hard to come to objective conclusions… you have no idea how much I tried):

  • Mulcair remained average (not great, not bad) and explained his positions quite thoroughly.  It was OK, but he didn’t appear to say anything which would stop his downward slide in Québec.   Usually it is Mulcair who aces TLMEP intervews.  I didn’t get the sense he did this time.  Usually it is Trudeau who fares far worse than Mulcair, but not this time.  Read on for the big shocker…
  • Trudeau gave what was probably his best interview of the entire election campaign (I have been less than kind to Trudeau throughout the election campaign, much less kind to the man than I am to his party – so for me to say this is no small thing).

The TLMEP audience is carefully screened weeks in advance, and the waiting list is supposed to be half a year to a year (I know this because I wanted to attend one of the airings, and I had to present a CV of my life, I was ready for the blood tests and retina scans.  But I drew the line when cavity probes were likely to be performed — I don’t think I would have fit their ideal audience member).  The audience tends to be staunchly far-left, and staunchly pro-sovereignty.

So with this said, by simple nature of who the TLMEP audience is, the audience generally has not bee kind at all to the son of a man who forced a constitution on Québec Trudeau.  Yet, when Trudeau held his ground with curve-ball questions being thrown at him in all directions, a number of his responses were so good that even the traditionally hostile audience broke out in applause (there was one time they even broke out in cheers for Trudeau).  I have never before seen this happen for Trudeau on TLMEP, and I was even surprised at how good he came across.

  • Duceppe’s interview was miserable.  You had to feel bad for him.  Usually he owns TLMEP, but this time he sounded like a broken record with nothing new to add.  The fact that he was being lambasted on the show by his own base left him nowhere to hide.  I was shocked actually.   At the very end of the interview, the TLMEP co-host and long-time Duceppe supporter, Danny Turcot, bluntly told Duceppe he was no longer going to vote for him.  You should have seen Duceppe’s speechless face (that has to hurt, especially when you know “you got taught” by your own base in front of over 2 million people – perhaps closer to 3 million).
  • And Harper… Oh yah, I forgot… No Harper… Too busy (they should have invited Obama).

Will these interviews translate into a shift in voting patterns?

I don’t know.  It is possible.  After all, a much larger swath of the electorate saw these interviews than the debates.

There were surprises during these interviews, so perhaps (just perhaps) they may influence the final vote

You can watch the interviews yourself by clicking below (all interviews are in French):

Thomas Mulcair:

TLMEP 1

Justin Trudeau:

TLMEP 2

Gilles Duceppe:

TLMEP 3

Let’s go fishing… and learn hard-core French while you’re at it! – Post 1 of 6 (#323)

SERIES:  COLLOQUIAL (SPOKEN) FRENCH – HARD-CORE LEARNING EXERCISE (6 POSTS)

————————————————————

The last few posts which combined some language learning exercises garnered some pretty high traffic.

I guess that means that a good chunk of people found them interesting or useful to study spoken French.

Those could be considered rather straight forward in the sense that post #321’s conversation was rather short (even if it was colloquial / verbal), or in a controlled interview, such as in the case of post #322.

Regardless, such exercises give you a perspective and an opportunity to learn French as it is spoken in every day speech.

Textbook French only gets you so far.   The true key is if you can put yourself in a situation where you have to use your French, you understand what is going on around you, and you can follow it enough to respond.

In the next few posts, I’m going to give you the opportunity to practice your listening skills, to learn some colloquial (oral) French vocabulary as it is spoken in everyday situations, and to challenge yourself a little.

I’m going to provide you with six texts, each with a different level of difficulty.   I’ll rank them for you on a scale of one to six.

Because there is quite a bit of work involved in putting these together, I won’t be able to do them every day.  But I will do my best to put one together every couple of days.

Also, I UNDERLINED some very colloquial words and expressions which might be of particular interest.

SCENARIO:  This past long weekend I spent some down-time doing some camping, and some friends went fishing.  on the way home, I was listening to Radio-X in the car (a very well known talk radio station).  The coincidentally were talking about fishing stories.

I obtained clips from the show, edited them, added subtitles, and am presenting them to you with translated texts.   I feel they provide you with the real-deal on how people speak to each other in French using relaxed, everyday colloquial French — at least on this side of the Atlantic, in Québec, and across Canada.

This first clip introduces what’s about to come with the real fishing stories (the subjects of the next few posts).

Lets dive into it.

Colloquial Difficulty Level:  1

Difficulty levels 1cc

Host A :

  • 0:00 – Ça fait toujours réagir quand on parle de chasse et pêche ici sur nos ondes. Beaucoup de chasseurs sont à l’écoute, et beaucoup de pêcheurs.
  • It always gets a reaction when we talk on air about hunting and fishing. Many hunters are listening, as are many fishermen/women

Host B :

  • 0:07 – Oui. C’est la saison. 
  • It’s the season.

Host A :

  • 0:09 – Mais pas de la chasse, par exemple. Il n’y a pas plus grande chose à chasser à ce temps de l’année.  Vous autres, les gars, vous n’avez jamais pêché?
  • Well, not for hunting. There isn’t much to hunt at this time of the year.  You, you guys, you’ve never fished before?

Host B :

  • 0:16 – J’étais supposé aller pêcher avec mon propriétaire, qui est le cousin à Véronique Bergeron, pis il avait dit…
  • I was supposed to go fishing with my landlord.  I told you he’s Véronique Bergeron’s cousin.

Host A :

  • 0:23 – “Je vous sors”, Véro c’est une pêcheuse aussi.
  • “I’ll take you out”… Vero is also a fisherwoman.

Host B :

  • Ben oui
  • Of course

Host A :

  • 0:26 – Parlant de filles qui font de la chasse et de la pêche,
  • Speaking of women/girls who hunt and fish, well

Host B :

  • 0:29 – Je me demande, elle est supposée prendre son permis de port d’arme…
  • I wonder, she is supposed to get her firearm holder’s permit…

Host A :

  • Ouais
  • Yup

Host B :

  • 0:33 – … pour aller à la chasse. Mais c’est une grande pêcheuse, Véro.  Pis mon propriétaire m’avais dit « On va aller pêcher le soir.  On va se faire du fish ‘n chip.  On va cuisiner tout ça avec une bonne bouteille de vin.
  • … to be able to hunt. But Vero, there’s a big fisherwoman.  And my landlord has always said to me “We’re going to go fishing tonight.  We’ll make some fish ‘n chips.  We’ll cook it all up with a good bottle of wine.”

Host A :

  • 0:44 – T’étais prêt .
  • And you were like ready to do it.

Host B :

  • 0:45 – J’étais prêt. J’étais cranké.  Et quand on était dans la voiture, on allait mettre du gaz dans le bateau.  Mais la température et des vagues de 3 pieds dur le fleuve, fait-que c’était vraiment pas idéale
  • I was ready. I was all geared up / on my mark / cranked up.  And when we were in the car, we were all ready to put gas in the boat.   But those temperatures and the 3 foot waves on the river… it made it so that it really wasn’t ideal.

Host A :

  • 0:55 – Les conditions intactes.
  • The conditions lined up.

Host B :

  • 0:56 – Les conditions étaient absentes. Non, non.  C’était vraiment sur le fleuve là.   Donc on a oublié le projet.  Mais il y avait quand-même du bon poison.  Fait-qu’on s’est fait pareille du fish ‘n chip, mais sans avoir été sur le fleuve.  La seule fois chu allé pêcher, dans un petit lac quand j’étais jeune, avec mes parents.  C’était à l’Île d’Orléans.  Pis moi, la seule fois que j’ai swingé la channe à pêche, c’était comme dans les cartoons. 
  • The conditions were not there. No, no.  It was all that on the riverSo we simply forgot our project.  But we still had good fish, even without having gone on the river.   The only time I’ve gone fishing, it was in a little lake when I was young, with my parents.  It was on Orleans Island.  And me, the only time I swung a fishing rod, I ended up looking like a cartoon.

Host A :

  • 1:17 – Tu l’as accroché par le col en arrière!
  • You hooked / caught the back of your collar!

Host B :

  • 1:19 – Pas loin! Ou c’était… j’ai vraiment swingé!
  • Pretty close! Where it was sitting, I really was swinging!

Host A :

  • 1:23 – À deux bras?
  • With both arms?

Host B :

  • 1:24 – Comme dans les cartoons!
  • Like in the cartoons!

Host A :

  • 1:25 – Ouais? C’est dangereux, .   Ça, je sais panoute, mais il y avait du monde autour?
  • Really? Like, that’s dangerous.  Ya know, I have no idea, but there was nobody around you?

Host B :

  • 1:29 – Non, non! Mais c’était « Fuck! Whoa, whoa, whoa, whoa! ».  Je veux pas ça de mêmeFait-que c’est la seule expérience que j’ai, de pêche, dans ma vie.  C’était une expérience qui a complètement tombé à l’eau.  Et l’autre expérience, que c’était pas super fameux.  J’étais trop jeune pour m’en souvenir .
  • No, No! But I was like « Shit!  Whoa, whoa, whoa, whoa!”  I’m not hot on thatSo it’s the only experience I have, with fishing, in my whole life.  It was an experience which totally fell through.  And the other experience, it wasn’t so hot  I was like too young to remember it.

Host A :

  • 1:48 – , t’as comme jamais pêché. T’es jamais allé à Costco.
  • So like, you’ve never fished, and you’ve never been to Costco (Costco is a running joke between the hosts).

Host B :

  • 1:52 – Je ne suis jamais allé à Costco.
  • I’ve never been to Costco.

Host A :

  • 1:54 – Mais t’as pas ta carte de membre.
  • Well, you don’t have your member’s card.

Host B :

  • 1:55 – Je n’ai pas ma carte de membre.
  • I don’t have a member’s card.

Host A :

  • 1:56 – D’ailleurs là, salutations à ton père, qui était à l’écoute, et qui t’a envoyé une preuve d’amour. Il t’aime quand-même.
  • By the way, hi to your dad who was listening and who sent you a few words of love. He loves you regardless.

Host B :

  • 2:01 – Il m’a texté, et je cite : « Ben oui, je t’aime mon garçon. »
  • He sent a text, and I quote “Oh yes, I love you son”.

Host A :

  • 2:06 – Ça me rassure.
  • That makes me feel better (in the sense of being reassured).

Host B :

  • 2:06 – Oui, ça me rassure, moi aussi.
  • Yes, that makes me feel better too.

Host A :

  • 2:07 – Ouais, de bon moments.
  • Yup, beautiful moments.

Host B :

  • 2:09 – Mais il n’y avait pas de lol, ni de bonhomme clin d’œil, fait-que je ne sais pas si c’était sarcastique.
  • But there was no lol, no winking man, so I don’t know if it was sarcastic.

Host A :

  • 2:13 – Ah, ok. Toi tu penses que ça pourrait pas être vrai. 
  • Oh, ok. Tu think it wasn’t sincere.

Host B :

  • 2:16 – Non, je ne pense pas que mon père est assez développé, technologie texto, pour faire des bonhommes sourire encore.
  • Non, I don’t think my dad is with it enough, regarding texting technology, to be able to send smiling men.

Host A :

  • 2:20 – Oh ya ya. Écoutes, un jour ça viendra.  Et quoi de mieux que d’aller au Costco avant un voyage de pêche.  Ça là, c’est comme, c’est comme Noël.
  • Oh man. Listen, one day you get it.  And what’s better than going to Costco than a fishing trip.  And once there, it’s like, it’s like Christmas.

Host B :

  • 2:29 – Tu sais, quand tu joins l’utile à l’agréable
  • Ya know, when you combine usefulness and likeable together…

Host A :

  • 2:31 – La gang de boys qui débarque au Costco pour faire l’épicerie avant le voyage de pêche , pis là tu sais que c’est le lendemain, il y a comme une effervescence… Toi Alex, toi non plus tu n’étais jamais aller pêcher?
  • The group of guys who head off to to Costco to do their grocery shopping before, like, a fishing trip, and you know that the next day, it’s like riding on cloud nine…. You Alex, you neither have never been fishing?

Host C :

  • 2:41 – La chasse, zéro fois, pis la pêche ça se compte su’les doigts de la main. J’aimais mes expériences, mais je ne sais pas pourquoi ç’a jamais vraiment donné que j’aille à la pêche et au camping, ou des choses comme ça.   Si ça se compte, c’était peut-être à trois ou quatre fois que je suis allé à la pêche de même.
  • Hunting, not once, and fishing I can count the number of times on one hand. I liked the times I had done it, but I don’t know why, but it never quite fit me to go fishing or camping, or anything like that.  If I count, it was maybe three or four times that I’ve been fishing like that.

Host A :

  • 2:54 – Je pense qu’on est dû, les gars, pour vous donner un peu d’expérience par procuration. D’après moi, on est dans un cas de spotted
  • I think it’s about time, guys, to let you live a little vicarious experience. In my opinion, we’re in a situation of having been caught with our pants down / being able to identify / bring to the fore / highlighting things…

Host B :

  • 3:01 – Parce que des histoires de pêche, il y en a. Regarde, mon propriétaire, chaque fois que je le croise en partant de chez nous , y a toujours une histoire de pêche à me conterPis c’est minimum une demi-heure par histoire de pêche
  • Because when it comes to fishing stories, there certainly are those. Look, my landlord, each time I cross paths with him when I like leave our place, he always has a fishing story to tell meAnd it’s like a minimum half hour per story for fishing.

Host A :

  • 3:13 – Mais , je veux des histoires de pêche, de chasse, avec un « H » majuscule. Pas des histoires de pêche « Aw, j’en ai poingé une grosse de même, pis… ». 
  • But like, I want fishing stories, hunting stories with a capital « H » (for “H”ell). I don’t want to hear fishing stories which go like “Aw, I got such a big one and …”

Host B :

  • 3:21 – Non, non, des vraies histoires. Parce qu’il y en a toujours des histoires, des bateaux qui partent à la dérive quand on est au chaletUne petite raconte « Ouais, j’ai oublié d’attacher le bateau ».  Pis le bateau s’en va, pis t’es obligé d’aller nager.
  • No, no, give us real stories. Because there are always stories, like boats which go off on their own when we’re at the cabinHere’s a little story, “Yup, I forgot to tie up the boat…”.  And off the boat went, and you had to go swimming.

Host A :

  • 3:33 – Mais t’arriverais à un moment donner. On allait dans un chalet, mais tu sais, spotted, chasse et pêche, chalet :  670-9098, 1-877-440-2464, et il y a toujours le « live » à Radiox.com.   Je sais qu’il y a ben de gens qui dans leur première semaine de vacances de la construction sont allés dans des chalets, sont allés pêcher, sont allés faire un peu de plein air, et plus souvent qu’autrement il y a des histoires d’alcool, de boisson. 
  • Well, we’ll get to you at a certain point. You went to a cabin, and you know, caught with your pants down, hunting, fishing, and cabins:   670-9098, 1-877-440-2464, and there’s always “live” at Radiox.com.  I know there are many out there in their first week of construction vacations who went to cabins, fishing, who went to take in a bit of the great outdoors, and who more often than not have stories involving alcohol, of drinking. 
  • 4:02 – Il ne faut pas que ça tombe mal, mettons. Il ne faut pas que ça tombe mal ces histoires-là.  Mais, mettons que des fois il y a des trucs quand-même assez cocasse qui se passe quand tu t’en vas à la pêche.  Pis souvent, ce n’est pas pour être sexiste, mais souvent t’sais, c’est les boys, y vont à la pêche pis il y a toujours un paquet d’histoires.  Moi j’avais déjà oublié d’attacher le pédalo au chalet.  Pis le chalet était devant la rivière.  Fait-que calcul-le comme tu veux. 
  • It doesn’t have to end badly, let’s say. These stories doesn’t have to end badly.  But, let’s say that sometimes there are things which can yet be wacky enough which can happen when you go fishing.  And often, it’s not to be sexist, but often, ya know, it’s the guys, they go fishing and there are always a ton of stories.   Me, I even forgot to tie up the water-cycle to the cabin.  And the cabin was in front of the river.  I’ll leave it to you go guess what happened.

Host B :

  • 4:26 – Bye-bye pédalo.
  • Bye-bye water-cycle.

Host A :

  • 4:28 – Il aurait fallu remorquer le pédalo. Il était rendu comme 500 pieds plus loin poigné dans des roches.  C’était pas ma meilleure celle-là.  OK, les lignes sont pleines.  Je pense que vous nous avez des histoires à nous raconter.   Spotted, chasse et pêche, plein air, ou appelez ça comme vous voulez.  Peut-être sauf une fois au chalet, aussi ça peut entrer dans cette catégorie-là.  On s’en va au téléphone.   Allô, Radio-X…
  • We had to tow the water-cycle. It went 500 feet down and go caught on the rocks.  I wasn’t at my best with that one.  OK, the lines are lit up.  I think we’re going to have stories for you.  Caught with your pants down, hunting and fishing, great outdoors, or call us about whatever.  Except for that “one time” at the cabin, that can also enter into that category.  Ok, let’s get to the calls.  Hello, Radio-X…

—————————————————————–

SERIES:  COLLOQUIAL (SPOKEN) FRENCH – HARD-CORE LEARNING EXERCISE (6 POSTS)

Julie Snyder : « Je ne peux plus produire des émissions de télé » (#299)

Ce billet en sera parmi les plus directes que j’ai écrit jusqu’à présent.

Bien qu’on en parle très peu au Québec, il demeure un fait que partout au Canada, nous sommes tous impactés par les ruses politiques de Julie Snyder et son but ultime.  Hier, devant les caméras, elle a pleuré sa maison de production – son « bébé » comme elle a dit – sans jamais démontrer le moindre égard pour les millions de gens ailleurs au Canada et au Québec qui auront bien plus en jeu que le bien-être de sa société.

En effet, nos vies — telles qu’on les connaît — sont en jeu.

Je ne peux simplement me contenter laisser-faire l’ironie, l’hypocrisie et la tromperie que j’ai vue aujourd’hui à la télévision.

Même le TVA 22h d’hier n’y a pas passé plus que 40 secondes sur l’histoire.   40 seconds: À mon avis, c’est bien courte comme « manchette de la soirée » – et peut-être un message en cachette qui pourrait en dit long sur l’avis de l’entourage à Snyder.  Radio-Canada en a parlé plus longtemps au Téléjournal d’hier (après un reportage sur la situation en Grèce), mais d’un œil bien plus critique.

Les réseaux principaux ont fait allusion à ce que je m’apprête de vous dire.   Mais en raison des politiques qui entourent l’affaire, ils étaient bien plus polis et diplomatiques dans leur choix de mots que moi.  Bien qu’ils ne soient pas prêts à prononcer ce qu’ils en pensent vraiment, cela ne m’empêche pas de prononcer mes pensées à moi.

(Voici une version “polie et discrète de Radio Canada qui explique l’affaire des crédits d’impôts et comment ils sont liés à la maison de production de Julie Snyder:  http://ici.radio-canada.ca/audio-video/media-7309274/le-fonctionnement-des-credits-dimpot)

————————————————

Hier, Julie Snyder a annoncé qu’elle ne peut plus « produire des productions de télévision pour son entreprise», Productions J. (sans les détails, on n’a aucune idée de ses intentions).

Voici la couverture de LCN sur la conférence de presse de Julie Snyder:  http://tvanouvelles.ca/video/4328615372001/julie-snyder-se-dit-laquoforceeraquo-dabandonner-la-production-demissions-point-de-presse/

Le voici le reportage de LCN sur l’histoire même: http://tvanouvelles.ca/video/4328956566001/julie-snyder-abandonne-la-production-tele-reportage/

Voici l’article écrit de LCN :   http://tvanouvelles.ca/lcn/artsetspectacles/general/archives/2015/06/20150629-114846.html

Voici l’émission 24/60 à RDI :   Anne-Marie Dusseault était absente aujourd’hui, et on est chanceux que Sébastien Bovet était à la barre de l’émission.  Alors, finalement on a pu voir les bonne questions posées à 24/60 à l’endroit des intentions de Snyder / PKP :  http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7309403  (Bravo Sébastien!  Très bonne entrevue.)

Mais attention:  Snyder n’a jamais dit qu’elle « fermerait la boutique! ».

J’ai l’impression qu’elle se réserve pas mal plus de cartes à jouer.

Nous allons à très bientôt découvrir les projets pour son entreprise.   Je ne serais pas étonné de voir plus qu’un lapin sauter de son chapeau.  Peut-être elle va se métamorphoser dans un autre genre d’actionnaire assez créative à la scène de sa société.  Ou peut-être elle donnera pour 1$ vendra la division de télévision de sa société à un « frontman » personnage bien connu afin de s’assurer que son entreprise demeure à l’avant plan aux feux de la rampe nationaliste, et dans « le cœur et l’esprit » du public (malgré tout, si vous êtes une politicienne de facto comme Julie Snyder, à quoi sert-il de détenir une société médiatique si vous ne pouvez pas exercer un control orwellien d’une échelle massive sur gagner le cœur et l’esprit des téléspectateurs?)

Snyder invoque le fait qu’elle est privée des crédits d’impôts gouvernementaux comme raison de ne pas pouvoir continuer produire des productions pour son entreprise (les « crédits d’impôts » est un nom de « fantasie » pour les cadeaux gratuits en forme de subventions gouvernementales).

Sa déclaration pourrait facilement donner l’impression au public que Productions J. n’est plus rentable sans subventions (mais garder à l’esprit que Snyder n’a jamais prononcé le mot « rentable » au cours de son discours.  Alors, je me pose la question si la question de « rentabilité » est la vraie question dans l’équation).

En mars 2015, le gouvernement Couillard coupa les crédits d’impôt pour les sociétés de production qui ne produisent que pour un seul réseau médiatique.  La raison invoquée est qu’une telle société est quasiment une compagnie interne par extension du réseau médiatique qui achète ces productions en question (Productions J. ne produit que pour TVA, tandis que d’autres entreprises de production – telle Fabienne Larouche – produisent pour plusieurs réseaux).

Le système des crédits d’impôts est en place afin de permettre une meilleure rentabilité pour les maisons de production qui doivent éliminer considérablement leurs marges face à leur concurrence, qui tentent eux aussi obtenir les mêmes contrats.

Cependant, si une maison de production ne doit pas livrer concurrence (telle Productions J., qui d’ailleurs est assurée une rentabilité en raison de la promesse d’octroi de contrats par TVA – la société de PKP), on pourrait dire que d’octroyer des subventions à une telle maison de production n’est qu’un gaspillage de fonds des contribuables.

Je vous offre un exemple simple::

Imaginez que vous êtes le/la propriétaire d’une épicerie.  Vous avez une équipe de 8 commis aux caisses qui mettent les produits achetés dans les sacs de plastique pour les clients.

Supposons que l’industrie de “l’emballage” (pas dans les épiceries) a droit aux crédits d’impôts du gouvernement à l’ordre de 14% à 20% sur le montant de leurs dépenses totales et sur leurs revenus.   Le gouvernement donne des “remboursements” car l’industrie de l’emballage est hautement compétitive – au point où les marges (et les chances d’obtenir de nouveaux contrats) sont si minces qu’il est trop facile de faire faillite.

Mais vous, avec votre épicerie, vous n’avez pas besoin d’embaucher une tièrce compagnie d’emballage (aux frais supplémentaires) pour mettre les produits dans les sacs des clients.  Alors l’industrie d’emballage n’a rien à faire avec vous.  Vous avez votre propre équipe de 8 commis (emballeurs).

Pourtant, un jour, vous constatez que si vous détachez, sur papier, votre équipe de 8 emballeurs de votre épicerie — et encore sur papier, si vous faites en sorte que l’équipe devienne sa propre société (à l’intérieur de votre épicerie même), vous aussi, vous pouvez recevoir un rabais gratuit du gouvernement de 14% à 20% sur l’équivalent de la valeur de tous les produits mis dans les sacs en plastique.

Mieux encore, vous auriez l’avantage de ne pas avoir les maux de tête des autres sociétés d’emballage qui doivent faire promener leurs commis ailleurs à la recherche du travail supplémentaire.  Et de plus, vous ne serez pas obligé de faire venir d’autres sociétés d’emballage travailler à l’intérieur de votre épicerie.

Vous demeurez content(e) parce que vous pouvez toujours controler les hausses salariales de votre équipe de commis, et votre équipe de commis demeureront heureux car ils seront toujours payés et n’auront pas a craindre d’être mises à la porte par d’autres travailleurs concurrentiels moins chers.

Bref, la seule chose qui change, c’est que vous, en tant que propriétaire de l’épicerie, reçevez une maudite grande somme d’argent gratuit des contribuables pour n’avoir rien fait — à part une modification sur papier du statut de vos employés.

C’est une situation semblable à qui est en train de déjouer devant nos yeux au petits écrans (sauf que Snyder et sa société se sont jointes à celle de PKP suite à leur rencontre).  La maison de production de Julie Snyder serait l’équipe de 8 commis (la société d’emballage), et vous êtes TVA (l’épicerie).

Puis il y a un hic additionnel:   Vous, le/la propriétaire de l’épicierie, est marié(e) avec le/la chef de l’équipe des commis emballeurs.   Félicitations!  Vous êtes riches, tous les deux!!

Dans de telles circonstances, les subventions ne servent que de remplir les poches de la maison de production plutôt que de la rendre plus rentable face à sa concurrence.  C’est un transfert direct des fonds des contribuables au bilan de l’entreprise.

En mars 2015, le gouvernement Couillard a déclaré que cela suffit.  Il a terminé l’ancien régime de crédit d’impôt aux sociétés qui ne livraient pas concurrence (et à l’heure actuelle, la société à Julie Snyder est la seule au Québec qui fonctionne de cette manière hautement bizarre).

Des restrictions aux subventions devraient exister pour toute société qui conclut un accord de relation exclusive.  Et il va de soi qu’une règle semblable s’appliquerait pour n’importe quelle société qui ne livre pas concurrence, et qui n’est pas exposée aux risques des pertes financières — même s’il n’y avait pas de question à l’égard de la société de Julie Snyder (N’ai-je pas raison?)

Fait peut-être plus intéressant encore; Snyder ne semble pas récolter aucun appuis publique des autres maisons de production.   Hormis un groupe de pression, personne dans l’industrie n’est sorti publiquement pour dire que le gouvernement avait tort (en effet, le premier ministre est allé jusqu’à dire qu’il avait l’appui de l’industrie, qui d’ailleurs se réjoui de sa décision).

Il ne fait aucun bon sens de donner de l’argent à volonté lorsque le récipiendaire ne livre aucune concurrence et n’en a pas besoin.  C’est plus vrai encore lorsque d’autres maisons de production qui livrent concurrence ont réduit leurs offres de contrat (et leur rentabilité), faisant qu’ils ont besoin désespérément des fonds afin de rester concurrentielles.

L’Hypocrisie des revendications à Snyder

Avant février 2014, une maison de production comme celle de Julie Snyder n’avait pas droit aux crédits d’impôts.

Il semble que tout allait bien à la société de Snyder avant février 2014, et ce sans recevoir des crédits d’impôts.  Malgré tout, La Voix et Le Banquier se trouvaient en haut des cotes d’écoute.  Et corrigez-moi si j’ai tort, mais j’avais le sentiment particulier qu’une petite et obscure émission qui s’appellait “Star Académie” aurait connu un certain succès… un tout petit succès.   Est-elle le fruit de mon imagination?

Mais sérieusement, peu après Star Académie, en hiver 2014 est venue l’amie à Julie Snyder Pauline Marois et son gouvernement péquiste.  Dans sa grande générosité, le gouvernement Marois a alloué des crédits d’impôts aux sociétés comme celles de Snyder.  Ce versement a eu lieu tout juste avant que PKP a fait le saut à deux pâtes dans l’arène avec le poing en l’air pour se joindre aux rangs de Marois (la table se dressait).

C’est par pure coïncidence que mon p’tit doigt me dit que les locaux du Parti Québécois se situaient convenablement au bout du même couloir, du même étage, du même édifice qu’occupaient les locaux de Productions J. de Julie Snyder (1200, avenue Papineau – Bureau 160 dans le cas de Snyder, Bureau 150 dans le cas du siège social du Parti Québec… Bon!  Regardez — Ils sont des voisins!  La porte à côté!  Voilà!!  Pourquoi j’ai l’image en tête d’une chambre d’hôtel avec une porte qui s’ouvre à la chambre d’à côté?)

Maintenant, revenons à hier, et Julie Snyder dit qu’elle ne peut plus fonctionner sans ses subventions.  Elle n’offre pourtant aucune explication pourquoi elle n’éprouvait aucune difficulté avant l’entrée en vigueur des subventions il y a 16 mois.

Mais aux fins de son allocution « tragique » d’hier, elle plaidait qu’elle ne pouvait tout simplement pas vivre sans ses subventions (« She could not live without them » — je crois bien qu’il s’agit d’une chanson de Mariah Carey, non?).

I CAN’T LIVE WITHOUT YOU — Mes subventions!!

Dans sa façon habituellement grandiloquente, Snyder a convoqué les caméras du Québec à sa conférence de presse afin de prononcer sa victimisation aux mains odieuses de Philippe Couillard.  Elle proclame la fin de sa carrière comme réalisateur des productions à la télé.

Pendant qu’elle faisait la morale au monde, on apprenait que la vie devait être tellement dur pour une certaine productrice nommée Julie Snyder.  Mais sur une note plus optimiste, on est sorti avec le sentiment que le séparatisme ne poserait aucune inconvenance pour personne!   Non — pour absolument personne – pas une âme.  En effet, la vie post-indépendance sera merveilleuse.  Malgré tout, les efforts de Julie feront qu’on devrait se réjouir à l’idée des familles brisés à travers le pays, d’un peuple brisé, et au fait que nos cœurs seraient arrachés de nos corps encore chauds avant d’être piétinés dans la boue.

Dans une performance digne du mauvais côté du monde du show-biz, pourquoi se contenter d’avoir le projecteur sur soi-même lorsqu’on peut l’arracher de ses adversaires? 

Je le trouve fort intéressant que Snyder ait choisi la journée d’hier pour lancer son cri de rivière souffrante.  Les preuves démontrent à quel point elle est une adepte du show-biz – in extrēmus.

Au début de sa conférence de presse, elle a dû croire le pointage Julie-0, reste du monde (RDM)-1.

Mais il est devenu vite évident qu’elle semblait vouloir régler son compte, et probablement bien plus encore.

  1. Elle a amené une avocate sur scène de sa conférence de presse pour déclarer que Snyder est la victime aux mains des Libéraux provinciaux. Pointage dans sa tête : Julie-1, RDM-1.
  2. Elle a fait venir une deuxième avocate pour dire que Snyder est la victime du sexisme et qu’elle ne se trouverait pas dans une situation semblable si elle était un homme (Vraiment? Sérieusement?  Alors, cela veut dire que PKP est une femme déguisée comme homme?  Car lui aussi, il subit les mêmes pressions de se dessaisir de son empire médiatique).  La carte maîtresse du sexisme qu’elle prétend nous flasher a rapport aux commentaires de François Legault (chef du parti CAQ) qui remontent à novembre 2014 lorsqu’il a appelé Snyder « la femme de l’autre ».  Dans sa tête:  Julie-2, RDM-1.
  3. Elle a décidé tenir sa conférence de presse la même journée que les Libéraux de Couillard annonçaient leur premier grand réinvestissement multi-milliardaire (La stratégie de la voie maritime) suivant la fin des compressions budgétaires de l’année. Snyder semble avoir choisi cette journée-là afin de voler la vedette à Couillard, et de recentrer les feux de la rampe directement sur son visage plein de larmes de crocodile.  Dans sa tête:  Julie-3, RDM-1.
  4. Par pur hasard (ouais), sa conférence de presse se tenait en même temps que l’annonce de la nouvelle plateforme Libéral fédérale sur l’environnement de Justin Trudeau (une que tout le monde attendait depuis longtemps… trop longtemps [et peut-être trop tard]). Encore, l’adepte du jour semble savoir comment jouer les caméras à son avantage.  Il va sans dire que les amis de Snyder au Bloc devaient se réjouir d’une telle tactique.  Dans sa tête:  Julie-4, RDM1.

Mais à la fin de la journée, il est devenu assez évident que Snyder voulait passer le message qu’elle demeure la seule personne au monde lésée.   Malgré tout, elle n’agirait jamais de façon sournoise elle-même (non… jamais — baff!).

J’ai hâte de voir comment elle va “manipuler” le sort de sa société.

Je conclurai par un ou deux conseils pour Julie

Si vous allez, en tant que femme d’affaires, vous engager de façon très publique au jeu très risqué qui joue sur la rupture d’un des meilleurs pays au monde, et la destruction des vies des millions de gens et de familles qui sont profondément attachés les uns aux autres (peu importe leur origines linguistiques), bon, vous devez être prête à subir les grosses bosses et les courbes raides de la chaussée sur laquelle vous vous êtes embarquée.

Et c’est d’autant plus important de faire ce constat si vous vous utilisez de vos affaires pour s’élever au-dessus des autres afin de gagner cœurs et âmes dans cette lutte politique.

La performance d’hier n’était qu’un exercice de marketing afin de marquer des buts politiques et pour recueillir l’appui public.

Tout comme vous voulez créer le pays de vos rêves (pour que vous puissiez se vanter être « la » superstar de votre propre pays à vous), il y a bien plus de gens au Canada (au Canada anglais et au Québec) qui partagent un intérêt très profond à se battre pour la survie de leur pays, et leur famille Francophone-Anglophone qu’on a tous créé ensemble.

Cependant, quand les choses ne se sont pas passées comme vous auriez voulu, pas besoin de brayer que vous êtes la victime des politiques d’amertume lorsque vous avez créé ces politiques vous-même (car si je ne me trompe pas, c’est vous qui avez fait le saut en politique bien avant votre mari).

Août 2012 (18 mois avant le saut en politique de son époux, PKP)

« Comme on fait son lit, on se couche », selon le proverbe connu.

C’est dommage: Les productions de votre maison de production sont d’une grande qualité et me plaisait vraiment avant que vous et votre époux les avez politisé.   Je me sens mal pour tous les merveilleux chanteurs et artistes qui sont entraînés dans le bourbier de vos actions (mais je présume que vous allez continuer opérer le côté musique de votre société comme d’habitude).

—————————————-

ADDENDUM:  2015-06-30

Voici un excellent reportage de RDI avec les chiffres qui vient de confirmer beaucoup de ce que je viens de dire:  http://ici.radio-canada.ca/audio-video/media-7309560/mur-video-julie-snyder-abandonne

ADDENDUM MAJEUR QUI CONFIRME JUSTEMMENT CE QUE J’AVAIS PRÉDIS ALLAIT ARRIVER: 2015-07-13

Bon, regarder ce qui viens d’arriver…

Pour un montant “secret” ($1??), Julie viens de vendre l’aspect télévision de Productions J à son ami et ancien collaborateur, Benoît Clermont.  Clermont va continuer produire les mêmes émissions de Productions J (La Voix, etc.).

Il aurait du être très bien payé ces quelques dernières années afin de pouvoir acheter une telle société pour une valeur juste.  Mais tout ce gang refuse d’en parler aux médias, alors nous sommes dans le noir quant à tout sujet qui touche cette transaction.

Intéressant.