Home » Posts tagged 'politiques'

Tag Archives: politiques

Advertisements

Louis-Jean Cormier – A politically charged singer (#317)

Here is a more-than-interesting experience I had last night in Dundas Square which demonstrates a couple of things:
(1) the two solitudes which exist between some (but not all) Francophones inside Québec and some Francophones outside Québec, and
(2) the awkwardness which can occur when sovereignists and federalists meet on the field of culture.
I wish the following had not happened, and that everyone could have just behaved without people having to score political points in public like this.
To battle out ideological differences in the written press and on internet is one thing (I do so in my own blog, but people can chose to not read).  Yet to do so in a public square and / or concert?   For crying out loud.  Not cool.
Fortunately, these sorts of “hiccups” occur less and less frequently, so I do believe the situation is much better than it used to be (and indications are that it will continue in that direction).

A snapshot of the de-politicization of young artists in Québec:

If we were to describe Québec’s artists’ “public political” involvement 20 years ago compared to today, the story would be very different.

40, 30 or 20 years ago we would have been able to classify large swaths of Québec’s artists in a category named “the politically involved” — which, by default, would have meant lending their public support towards nationalist and sovereignist movements.

Yet something has happened over the last 20 years.  A new generation of “artists”, and a new generation of “fans” has come along (a generation which was not even born at the time of the 1995 referendum, or at the very least, was quite young in 1995).  These new generations tend to be “indifferent” towards patriotic politics, or at the very minimum, they are un-engaged towards the subject.

What I am saying is not new news.

Many in the Parti Québécois have been openly complaining about this situation (Jean-François Lisée has been the most vocal, but PKP, Alexandre Cloutier and Bernard Drainville have also said they need to do more to try to capture this new and “lost” generation).

The Federalist parties (provincially and federally) also publicly talk about this phenomenon, usually with the tone that Québec’s youth “are just not interested in sovereignist politics” (without mentioning they’re equally unengaged towards federalist positions).

I think that the Premier of British Columbia, Christy Clark, may have most aptly summed up the reasons “why” youth are detached from “local” nationalist questions.  A few days ago at the Premiers’ Counsel of the Federation she stated that she believes the PQ will no longer succeed in its goal for Québec independence because

“Québecers are no different from British Columbians… There is a generation of people who are forward looking global citizens who are interested in creating wealth, building their lives, being able to be a part of the world — not just a part of Quebec or a part of Canada.”

The above statement is also not new.  Others have drawn similar parallels (I too have made similar statements elsewhere in this blog).  Yet Christy Clark’s wording is perhaps the most “concise” I have seen yet.

In addition to how she views the “average” person, she also added emphasis on the younger generations.

Will this new trend be a lasting trend?  I don’t know.

The PQ believes things are going so bad for them that they have nowhere else to go but up; slowly wooing the younger generation simply by way of the vacuum effect (or even more if the PQ makes an extra effort — which they are trying to do).

Yet there are others who say that this is a lasting trend owing to the fact that the world is a different, more global, more connected place compared to 20 years ago.  They argue that starting now, future generations will remain in this “detached-from-sovereignty” mindset, regardless if the Federalist side seeks to woo these generations or not (unless some major constitutional crisis or major economic shake-up comes along).

How does this fit in with Louis-Jean Cormier?

Louis-Jean Cormier is a very popular singer in Québec, especially with younger people.   Cormier (born in 1980) has become a chart-topping pop-singer (I have written a few posts which provided top chart music listings – and Cormier has appeared in those lists).

Corm1

Yet, despite the fact that his fan-base is not politically engaged, he is one of the most politically, pro-sovereignty engaged artists of his generation.

With the exception of a very small handful of other young artists, you would be hard-pressed to find other singers in Québec who are his age or younger and who are as politically engaged as Louis-Jean Cormier.  He is now a rare-breed, and perhaps part of what will continue to be a dying breed ??  Only time will tell (I don’t know any more than the next person).

This past winter, he became heavily involved in Parti Québécois politics, going so far as to write rallying poetry for them.  He publicly supported Alexandre Cloutier for PQ leader, he appeared on the popular television program Tout le monde en parle (in front of a million people), asking the public to take out PQ memberships and to support the cause.

He even described how his first name “Louis” was actually given to him by his parents to signify “OUI” (yes), in support of sovereignty (Louis).

Fast-forward to 8:25 in the video below.

His concert yesterday in Toronto

Louis-Jean Cormier is a very talented singer.  He is very popular and very well known in Québec (and most Francophone music enthusiasts elsewhere in Canada also know who he is – particularly younger people).  I like his music, even if I do not agree with his politics.

He was invited to Toronto to perform at Franco-Fête.

Here is a Radio-Canada interview with Cormier not long before his concert in Toronto:  http://ici.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7318918##

Considering the degree of his very vocal politics, I was initially a bit surprised he was invited to Franco-Fête.  After all, he advocates for the demantalment of Canada – a country which Francophones outside Québec tend to be profoundly attached to and engaged towards.

In all honesty, I was not all that keen on attending his concert.  I suspected that it would be filled with nationalist speeches, remarks on giving “us” (outside Québec) lessons on how we should think and act, and I wasn’t sure that the crowd would be very big, nor was I sure if they would be enthusiastic (after all, who wants to attend a concert when the crowd is not enthusiastic?).

Regardless, all said and done, just before the end of the day I decided that if the organizers of Franco-Fête could take the moral high road and place themselves above petty politics by inviting Louis-Jean Cormier in the name of culture and music, AND if Cormier could do the same by accepting an invitation to come to Toronto, then I too should do the same and attend his concert.

If anything, I thought that perhaps a strong and enthusiastic “Québec friendly” crowd may actually send a message to Louis-Jean Cormier that Canada is actually a pretty cool country which holds a special place in its heart for Canada’s and Québec’s Francophone culture and music.

I showed up 20 minutes before the concert, and just as I predicted, hardly anyone was there.  The other Franco-Fête concerts I attended were packed with waiting crowds long in advance.  I thought to myself that perhaps Cormier’s performance wouldn’t fly owing to his political affirmations.

But a few minutes before the concert, people began to arrive.  This crowd was much younger than previous Franco-Fête concerts I attended (mostly an under 30 crowd).   The crowd did not become as big as the other Franco-Fête concerts, it was not as enthusiastic, but Dundas Square (Canada’s equivalent of Times Square) was full of fans by the time the concert started (Dundas Square is not very small, so that says something).

Error 1:  When Cormier was introduced, Franco-Fête’s M.C. not once, but twice introduced him as one of “Canada’s” great singers (or something of the like).  Yes, fine – technically correct — but I think it may have rubbed Cormier and his political complex the wrong way (setting the tone for what you’re about to read).

If it had been any other singer, that would have been fine to say.  But Cormier this past spring was “PQ Darling #1”.   Would you also introduce Mario Beaulieu one of the countries “greatest Canadians” if he were in Toronto (his head would explode).

Granted — we’re all proud of our country despite any issues it may sometimes have.  And granted, if I thought he would be receptive to being called one of “Canada’s” greatest singers, then by all means, do so.

But this is Louis-Jean Cormier.  For crying out loud, don’t rub the “great Canadian” title in his face seconds before you give him a microphone on a stage in front of a crowd he doesn’t necessarily understand or identify with.

Did you seriously think he would take the title of “greatest Canadian” sitting down? 

Because of Cormier’s advocacy, the Franco-Fête should have known such an introduction could have wound him up and ready to fire back – especially in what he may perceive as the Anglo-heartland epicentre of Toronto.

And fire back he did with a couple of shots of his own.

The M.C. should have just kept the peace and should have simply introduced him as “a” great singer who they were happy to have travel from Québec for our entertainment.  If they had done that, then Cormier perhaps may have not felt provoked (regardless if no harm or ill-will were intended).

Error 2:  As I predicted, Cormier spared no time in quickly uttering several “nationalist” words to the crowd with a theme of what could be interpreted by some as preaching morals to Francophones outside of Québec (For cripes sake!  sigh).

He said something to the effect he was going to sing a song about taking political action, and that perhaps it would inspire Francophones in the crowd and outside Québec to rise up and not put up with their situation (am paraphrasing, but it could be interpreted by some as such).

IF this was his intention (and again, it’s open to interpretation), it could be considered condescending and ignorant — as if Francophones outside Québec are “colonized” victims or something.

They’re as engaged as the rest of the lot in the country:  citizens who care about their country and who are working hand-in-hand with their Anglophone compatriots to make it a better place in a better world.

I mean, seriously – who does he think he is and what does he expect people to do?   Take pitch-forks and chase everyone we live with, grow up with, and care about down the street if they’re Anglophone?

Such an approach is a sure-fire way to get people’s backs up.

I believe he must have also been completely oblivious to the fact that around 1/3 of the crowd seemed to be composed of Anglophones who are standing side-by-side with their Francophone compatriots and embracing Canada’s Francophone fact – a trend I have noticed from one Franco-Fête concert to another.  Franco-Fête is not the Fête nationale au parc Maisonneuve.  Francophones and Anglophones in Canada’s other provinces are proud to mix and share in each other’s cultures… Just as there are many in Québec who are also doing so.   His shots were a direct insult to that fan base who came out to see him.

Cormier also said he was happy to be in Toronto and performing a concert in “Canada” with extra intonation when he said “Canada” (inferring he is not in Canada when he performs in Québec).  Again, an insult to the many Québécois in the crowd who have transplanted themselves to Toronto, or others like myself whose lives have much to do with Québec (and for whom Canada would not be the same without).

Error 3:  Of course, the next song was one which contained a line which could be interpreted as a veiled reference to the nasty Anglophones who oppress French, and that you have to fight until you are free (sigh x 10).

A number of us in the crowd couldn’t help but exchange looks, sigh, shake our heads, and shrug our shoulders.  These are Francophones I am talking about.

As far as the Anglophones in the crowd, they simply stayed stone-faced when he sang it – I mean seriously, I wonder what they were thinking.  After all, Anglophones are NOT the devil in disguise, and the proof is that a large part of the audience was Anglophone — who expressively came to watch Cormier perform (It was completely uncalled for to sing insults to them).

Error 4:  One older guy in the crowd with a very noticeable Montréal East-End French accent (perhaps in his late 50’s) standing not far from me pulled out a large enough Québec flag and started to shout pro-sovereignty affirmations in response to the song (I have to ask myself why a guy like that would even be in Toronto if such a place is enough of hell-on-earth that he needs borders to feel secure, but whatever – free country).

Error 5:  A couple of younger people with Ontario French accents and another with a Montréal French accent (all in their late 20s or 30s) standing beside the yelling guy with the flag “took him to task” and quickly put him in his place (I’ll leave it to you to interpret what that means).

That put a bit of a damper on part of the crowd’s enthusiasm for the concert (and it also demonstrates the generational difference involved in these issues).

There are a couple of lessons in all of this unnecessary madness:

LESSON ONE:

If you are famous, especially within cultural circles, and you have already made a name for yourself owing to highly controversial or divisive political actions, you can consider yourself to be forever walking on eggshells in the eyes of one segment of the population or another (regardless of your political stripes).

Thus, people will have pre-conceived notions that you could be entering the stage with an ulterior-motive, and everyone around you will be looking for the slightest message from you (regardless of how subtle it may be).

Thus you can chose to do one of two things:

  1. You can either continue to send messages, regardless how strong or weak they are, or
  2. You can be on your best behaviour, a pleasure for everyone, and you can make an effort to keep things on an even keel by not rocking the boat.  This means remaining politically neutral and choosing your words wisely.

It’s not for me to decide which one of the two choices a person elects to pursue.  But if you do chose the first option, be prepared for a backlash in one form or another (and live with the consequences when they occur – because there more than likely will be a backlash).

LESSON TWO:  

If you provoke someone (ie: you label someone something you know they will react to — such as calling Louis-Jean Cormier one of the greatest “Canadians” out there), then yeah, you’re going to get a reaction.

Even if the intentions were innocent and pure, still, what was the M.C. thinking ??

Had it been Arianne Moffatt, Kevin Parent, Lisa Leblanc, Marc Duprès or Garou or dozens and dozens or other singers, I am more than sure they would have been flattered (even Robert Charlebois would likely be flattered considering he views the nationalist questions from a distance now).

But Louis-Jean Cormier?  C’mon!  He just finished being one of the biggest and most public cheerleaders for the PQ leadership race and recruitment campaigns.

Who is Louis-Jean Cormier’s fan-base?

I asked a Francophone group of younger people beside me if they also understood what was happening (they were perhaps in their early 20s).  I was simply curious to know if they were aware of Cormier’s political activism (I wasn’t telling them anything… I simply asked a couple of questions to see if people in their age bracket were aware or following these issues).

They told me they did not know anything about Cormier’s politics.  I asked why they attended the concert.  They said that Cormier’s music is top of the charts, and they really like his music (the same reasons why I also attended).

That probably sums up his fan base.  It is generally non-political, despite Cormier’s own political affirmations.

But more importantly, it likely sums up young people’s sentiments across the country; they are more interested in their daily activities, relations, global connectiveness, and the welfare of those around them than they are with nationalist politics.

And the concert itself?

Cormier ceased the political rhetoric for the rest of the concert and simply concentrated on his performance. He thanked the crowd and Toronto numerous times for attending.

He seemed to loosen up and have more fun with the crowd as the night went on, and the crowd loosened up too.

All-in-all, with the exception of the one “hiccup” I mentioned above, the rest of the concert was non-political and the crowd eventually got into it.  (These sorts of “hiccups” are fewer and fewer as the years go on, even in Québec.  It is a very noticeable change).

The concert may not have started on the best note, but it ended well.  I think we all had a relatively good time.

Here is a video of various clips I made.

If you fast-forward to the end of the video I made below, the lack of enthusiasm on my face after attending this concert is quite evident when you contrast it to the videos I made for the previous two concerts (especially with the last one in which I was super excited to meet Lisa Leblanc!)

Nonetheless, I was happy to have gone, and Louis-Jean Cormier is an extraordinarily talented singer.  I’m grateful he made the gesture to come to Toronto and play to his fans here.  Sometimes gestures count more than anything.

And one last note:

When I got home, a friend gave me a call and asked how the concert was.

I told him that it went well and Cormier’s performance was very enjoyable.   I also mentioned the little political hiccup which occurred.  My buddy’s reaction: “Câlique!  Y en a encore de ces vieilles chicanes?  Pas croyable!” (For crying out loud, these old muck-ups are still happening?  Unbelievable!).  My buddy is from Québec, he doesn’t speak much English, and he also was turned off by what happened.

When he said that, my response was “Ouais, ça reflète mes sentiments, moi aussi” (My sentiments, exactly). 

Advertisements

Julie Snyder : « Je ne peux plus produire des émissions de télé » (#299)

Ce billet en sera parmi les plus directes que j’ai écrit jusqu’à présent.

Bien qu’on en parle très peu au Québec, il demeure un fait que partout au Canada, nous sommes tous impactés par les ruses politiques de Julie Snyder et son but ultime.  Hier, devant les caméras, elle a pleuré sa maison de production – son « bébé » comme elle a dit – sans jamais démontrer le moindre égard pour les millions de gens ailleurs au Canada et au Québec qui auront bien plus en jeu que le bien-être de sa société.

En effet, nos vies — telles qu’on les connaît — sont en jeu.

Je ne peux simplement me contenter laisser-faire l’ironie, l’hypocrisie et la tromperie que j’ai vue aujourd’hui à la télévision.

Même le TVA 22h d’hier n’y a pas passé plus que 40 secondes sur l’histoire.   40 seconds: À mon avis, c’est bien courte comme « manchette de la soirée » – et peut-être un message en cachette qui pourrait en dit long sur l’avis de l’entourage à Snyder.  Radio-Canada en a parlé plus longtemps au Téléjournal d’hier (après un reportage sur la situation en Grèce), mais d’un œil bien plus critique.

Les réseaux principaux ont fait allusion à ce que je m’apprête de vous dire.   Mais en raison des politiques qui entourent l’affaire, ils étaient bien plus polis et diplomatiques dans leur choix de mots que moi.  Bien qu’ils ne soient pas prêts à prononcer ce qu’ils en pensent vraiment, cela ne m’empêche pas de prononcer mes pensées à moi.

(Voici une version “polie et discrète de Radio Canada qui explique l’affaire des crédits d’impôts et comment ils sont liés à la maison de production de Julie Snyder:  http://ici.radio-canada.ca/audio-video/media-7309274/le-fonctionnement-des-credits-dimpot)

————————————————

Hier, Julie Snyder a annoncé qu’elle ne peut plus « produire des productions de télévision pour son entreprise», Productions J. (sans les détails, on n’a aucune idée de ses intentions).

Voici la couverture de LCN sur la conférence de presse de Julie Snyder:  http://tvanouvelles.ca/video/4328615372001/julie-snyder-se-dit-laquoforceeraquo-dabandonner-la-production-demissions-point-de-presse/

Le voici le reportage de LCN sur l’histoire même: http://tvanouvelles.ca/video/4328956566001/julie-snyder-abandonne-la-production-tele-reportage/

Voici l’article écrit de LCN :   http://tvanouvelles.ca/lcn/artsetspectacles/general/archives/2015/06/20150629-114846.html

Voici l’émission 24/60 à RDI :   Anne-Marie Dusseault était absente aujourd’hui, et on est chanceux que Sébastien Bovet était à la barre de l’émission.  Alors, finalement on a pu voir les bonne questions posées à 24/60 à l’endroit des intentions de Snyder / PKP :  http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7309403  (Bravo Sébastien!  Très bonne entrevue.)

Mais attention:  Snyder n’a jamais dit qu’elle « fermerait la boutique! ».

J’ai l’impression qu’elle se réserve pas mal plus de cartes à jouer.

Nous allons à très bientôt découvrir les projets pour son entreprise.   Je ne serais pas étonné de voir plus qu’un lapin sauter de son chapeau.  Peut-être elle va se métamorphoser dans un autre genre d’actionnaire assez créative à la scène de sa société.  Ou peut-être elle donnera pour 1$ vendra la division de télévision de sa société à un « frontman » personnage bien connu afin de s’assurer que son entreprise demeure à l’avant plan aux feux de la rampe nationaliste, et dans « le cœur et l’esprit » du public (malgré tout, si vous êtes une politicienne de facto comme Julie Snyder, à quoi sert-il de détenir une société médiatique si vous ne pouvez pas exercer un control orwellien d’une échelle massive sur gagner le cœur et l’esprit des téléspectateurs?)

Snyder invoque le fait qu’elle est privée des crédits d’impôts gouvernementaux comme raison de ne pas pouvoir continuer produire des productions pour son entreprise (les « crédits d’impôts » est un nom de « fantasie » pour les cadeaux gratuits en forme de subventions gouvernementales).

Sa déclaration pourrait facilement donner l’impression au public que Productions J. n’est plus rentable sans subventions (mais garder à l’esprit que Snyder n’a jamais prononcé le mot « rentable » au cours de son discours.  Alors, je me pose la question si la question de « rentabilité » est la vraie question dans l’équation).

En mars 2015, le gouvernement Couillard coupa les crédits d’impôt pour les sociétés de production qui ne produisent que pour un seul réseau médiatique.  La raison invoquée est qu’une telle société est quasiment une compagnie interne par extension du réseau médiatique qui achète ces productions en question (Productions J. ne produit que pour TVA, tandis que d’autres entreprises de production – telle Fabienne Larouche – produisent pour plusieurs réseaux).

Le système des crédits d’impôts est en place afin de permettre une meilleure rentabilité pour les maisons de production qui doivent éliminer considérablement leurs marges face à leur concurrence, qui tentent eux aussi obtenir les mêmes contrats.

Cependant, si une maison de production ne doit pas livrer concurrence (telle Productions J., qui d’ailleurs est assurée une rentabilité en raison de la promesse d’octroi de contrats par TVA – la société de PKP), on pourrait dire que d’octroyer des subventions à une telle maison de production n’est qu’un gaspillage de fonds des contribuables.

Je vous offre un exemple simple::

Imaginez que vous êtes le/la propriétaire d’une épicerie.  Vous avez une équipe de 8 commis aux caisses qui mettent les produits achetés dans les sacs de plastique pour les clients.

Supposons que l’industrie de “l’emballage” (pas dans les épiceries) a droit aux crédits d’impôts du gouvernement à l’ordre de 14% à 20% sur le montant de leurs dépenses totales et sur leurs revenus.   Le gouvernement donne des “remboursements” car l’industrie de l’emballage est hautement compétitive – au point où les marges (et les chances d’obtenir de nouveaux contrats) sont si minces qu’il est trop facile de faire faillite.

Mais vous, avec votre épicerie, vous n’avez pas besoin d’embaucher une tièrce compagnie d’emballage (aux frais supplémentaires) pour mettre les produits dans les sacs des clients.  Alors l’industrie d’emballage n’a rien à faire avec vous.  Vous avez votre propre équipe de 8 commis (emballeurs).

Pourtant, un jour, vous constatez que si vous détachez, sur papier, votre équipe de 8 emballeurs de votre épicerie — et encore sur papier, si vous faites en sorte que l’équipe devienne sa propre société (à l’intérieur de votre épicerie même), vous aussi, vous pouvez recevoir un rabais gratuit du gouvernement de 14% à 20% sur l’équivalent de la valeur de tous les produits mis dans les sacs en plastique.

Mieux encore, vous auriez l’avantage de ne pas avoir les maux de tête des autres sociétés d’emballage qui doivent faire promener leurs commis ailleurs à la recherche du travail supplémentaire.  Et de plus, vous ne serez pas obligé de faire venir d’autres sociétés d’emballage travailler à l’intérieur de votre épicerie.

Vous demeurez content(e) parce que vous pouvez toujours controler les hausses salariales de votre équipe de commis, et votre équipe de commis demeureront heureux car ils seront toujours payés et n’auront pas a craindre d’être mises à la porte par d’autres travailleurs concurrentiels moins chers.

Bref, la seule chose qui change, c’est que vous, en tant que propriétaire de l’épicerie, reçevez une maudite grande somme d’argent gratuit des contribuables pour n’avoir rien fait — à part une modification sur papier du statut de vos employés.

C’est une situation semblable à qui est en train de déjouer devant nos yeux au petits écrans (sauf que Snyder et sa société se sont jointes à celle de PKP suite à leur rencontre).  La maison de production de Julie Snyder serait l’équipe de 8 commis (la société d’emballage), et vous êtes TVA (l’épicerie).

Puis il y a un hic additionnel:   Vous, le/la propriétaire de l’épicierie, est marié(e) avec le/la chef de l’équipe des commis emballeurs.   Félicitations!  Vous êtes riches, tous les deux!!

Dans de telles circonstances, les subventions ne servent que de remplir les poches de la maison de production plutôt que de la rendre plus rentable face à sa concurrence.  C’est un transfert direct des fonds des contribuables au bilan de l’entreprise.

En mars 2015, le gouvernement Couillard a déclaré que cela suffit.  Il a terminé l’ancien régime de crédit d’impôt aux sociétés qui ne livraient pas concurrence (et à l’heure actuelle, la société à Julie Snyder est la seule au Québec qui fonctionne de cette manière hautement bizarre).

Des restrictions aux subventions devraient exister pour toute société qui conclut un accord de relation exclusive.  Et il va de soi qu’une règle semblable s’appliquerait pour n’importe quelle société qui ne livre pas concurrence, et qui n’est pas exposée aux risques des pertes financières — même s’il n’y avait pas de question à l’égard de la société de Julie Snyder (N’ai-je pas raison?)

Fait peut-être plus intéressant encore; Snyder ne semble pas récolter aucun appuis publique des autres maisons de production.   Hormis un groupe de pression, personne dans l’industrie n’est sorti publiquement pour dire que le gouvernement avait tort (en effet, le premier ministre est allé jusqu’à dire qu’il avait l’appui de l’industrie, qui d’ailleurs se réjoui de sa décision).

Il ne fait aucun bon sens de donner de l’argent à volonté lorsque le récipiendaire ne livre aucune concurrence et n’en a pas besoin.  C’est plus vrai encore lorsque d’autres maisons de production qui livrent concurrence ont réduit leurs offres de contrat (et leur rentabilité), faisant qu’ils ont besoin désespérément des fonds afin de rester concurrentielles.

L’Hypocrisie des revendications à Snyder

Avant février 2014, une maison de production comme celle de Julie Snyder n’avait pas droit aux crédits d’impôts.

Il semble que tout allait bien à la société de Snyder avant février 2014, et ce sans recevoir des crédits d’impôts.  Malgré tout, La Voix et Le Banquier se trouvaient en haut des cotes d’écoute.  Et corrigez-moi si j’ai tort, mais j’avais le sentiment particulier qu’une petite et obscure émission qui s’appellait “Star Académie” aurait connu un certain succès… un tout petit succès.   Est-elle le fruit de mon imagination?

Mais sérieusement, peu après Star Académie, en hiver 2014 est venue l’amie à Julie Snyder Pauline Marois et son gouvernement péquiste.  Dans sa grande générosité, le gouvernement Marois a alloué des crédits d’impôts aux sociétés comme celles de Snyder.  Ce versement a eu lieu tout juste avant que PKP a fait le saut à deux pâtes dans l’arène avec le poing en l’air pour se joindre aux rangs de Marois (la table se dressait).

C’est par pure coïncidence que mon p’tit doigt me dit que les locaux du Parti Québécois se situaient convenablement au bout du même couloir, du même étage, du même édifice qu’occupaient les locaux de Productions J. de Julie Snyder (1200, avenue Papineau – Bureau 160 dans le cas de Snyder, Bureau 150 dans le cas du siège social du Parti Québec… Bon!  Regardez — Ils sont des voisins!  La porte à côté!  Voilà!!  Pourquoi j’ai l’image en tête d’une chambre d’hôtel avec une porte qui s’ouvre à la chambre d’à côté?)

Maintenant, revenons à hier, et Julie Snyder dit qu’elle ne peut plus fonctionner sans ses subventions.  Elle n’offre pourtant aucune explication pourquoi elle n’éprouvait aucune difficulté avant l’entrée en vigueur des subventions il y a 16 mois.

Mais aux fins de son allocution « tragique » d’hier, elle plaidait qu’elle ne pouvait tout simplement pas vivre sans ses subventions (« She could not live without them » — je crois bien qu’il s’agit d’une chanson de Mariah Carey, non?).

I CAN’T LIVE WITHOUT YOU — Mes subventions!!

Dans sa façon habituellement grandiloquente, Snyder a convoqué les caméras du Québec à sa conférence de presse afin de prononcer sa victimisation aux mains odieuses de Philippe Couillard.  Elle proclame la fin de sa carrière comme réalisateur des productions à la télé.

Pendant qu’elle faisait la morale au monde, on apprenait que la vie devait être tellement dur pour une certaine productrice nommée Julie Snyder.  Mais sur une note plus optimiste, on est sorti avec le sentiment que le séparatisme ne poserait aucune inconvenance pour personne!   Non — pour absolument personne – pas une âme.  En effet, la vie post-indépendance sera merveilleuse.  Malgré tout, les efforts de Julie feront qu’on devrait se réjouir à l’idée des familles brisés à travers le pays, d’un peuple brisé, et au fait que nos cœurs seraient arrachés de nos corps encore chauds avant d’être piétinés dans la boue.

Dans une performance digne du mauvais côté du monde du show-biz, pourquoi se contenter d’avoir le projecteur sur soi-même lorsqu’on peut l’arracher de ses adversaires? 

Je le trouve fort intéressant que Snyder ait choisi la journée d’hier pour lancer son cri de rivière souffrante.  Les preuves démontrent à quel point elle est une adepte du show-biz – in extrēmus.

Au début de sa conférence de presse, elle a dû croire le pointage Julie-0, reste du monde (RDM)-1.

Mais il est devenu vite évident qu’elle semblait vouloir régler son compte, et probablement bien plus encore.

  1. Elle a amené une avocate sur scène de sa conférence de presse pour déclarer que Snyder est la victime aux mains des Libéraux provinciaux. Pointage dans sa tête : Julie-1, RDM-1.
  2. Elle a fait venir une deuxième avocate pour dire que Snyder est la victime du sexisme et qu’elle ne se trouverait pas dans une situation semblable si elle était un homme (Vraiment? Sérieusement?  Alors, cela veut dire que PKP est une femme déguisée comme homme?  Car lui aussi, il subit les mêmes pressions de se dessaisir de son empire médiatique).  La carte maîtresse du sexisme qu’elle prétend nous flasher a rapport aux commentaires de François Legault (chef du parti CAQ) qui remontent à novembre 2014 lorsqu’il a appelé Snyder « la femme de l’autre ».  Dans sa tête:  Julie-2, RDM-1.
  3. Elle a décidé tenir sa conférence de presse la même journée que les Libéraux de Couillard annonçaient leur premier grand réinvestissement multi-milliardaire (La stratégie de la voie maritime) suivant la fin des compressions budgétaires de l’année. Snyder semble avoir choisi cette journée-là afin de voler la vedette à Couillard, et de recentrer les feux de la rampe directement sur son visage plein de larmes de crocodile.  Dans sa tête:  Julie-3, RDM-1.
  4. Par pur hasard (ouais), sa conférence de presse se tenait en même temps que l’annonce de la nouvelle plateforme Libéral fédérale sur l’environnement de Justin Trudeau (une que tout le monde attendait depuis longtemps… trop longtemps [et peut-être trop tard]). Encore, l’adepte du jour semble savoir comment jouer les caméras à son avantage.  Il va sans dire que les amis de Snyder au Bloc devaient se réjouir d’une telle tactique.  Dans sa tête:  Julie-4, RDM1.

Mais à la fin de la journée, il est devenu assez évident que Snyder voulait passer le message qu’elle demeure la seule personne au monde lésée.   Malgré tout, elle n’agirait jamais de façon sournoise elle-même (non… jamais — baff!).

J’ai hâte de voir comment elle va “manipuler” le sort de sa société.

Je conclurai par un ou deux conseils pour Julie

Si vous allez, en tant que femme d’affaires, vous engager de façon très publique au jeu très risqué qui joue sur la rupture d’un des meilleurs pays au monde, et la destruction des vies des millions de gens et de familles qui sont profondément attachés les uns aux autres (peu importe leur origines linguistiques), bon, vous devez être prête à subir les grosses bosses et les courbes raides de la chaussée sur laquelle vous vous êtes embarquée.

Et c’est d’autant plus important de faire ce constat si vous vous utilisez de vos affaires pour s’élever au-dessus des autres afin de gagner cœurs et âmes dans cette lutte politique.

La performance d’hier n’était qu’un exercice de marketing afin de marquer des buts politiques et pour recueillir l’appui public.

Tout comme vous voulez créer le pays de vos rêves (pour que vous puissiez se vanter être « la » superstar de votre propre pays à vous), il y a bien plus de gens au Canada (au Canada anglais et au Québec) qui partagent un intérêt très profond à se battre pour la survie de leur pays, et leur famille Francophone-Anglophone qu’on a tous créé ensemble.

Cependant, quand les choses ne se sont pas passées comme vous auriez voulu, pas besoin de brayer que vous êtes la victime des politiques d’amertume lorsque vous avez créé ces politiques vous-même (car si je ne me trompe pas, c’est vous qui avez fait le saut en politique bien avant votre mari).

Août 2012 (18 mois avant le saut en politique de son époux, PKP)

« Comme on fait son lit, on se couche », selon le proverbe connu.

C’est dommage: Les productions de votre maison de production sont d’une grande qualité et me plaisait vraiment avant que vous et votre époux les avez politisé.   Je me sens mal pour tous les merveilleux chanteurs et artistes qui sont entraînés dans le bourbier de vos actions (mais je présume que vous allez continuer opérer le côté musique de votre société comme d’habitude).

—————————————-

ADDENDUM:  2015-06-30

Voici un excellent reportage de RDI avec les chiffres qui vient de confirmer beaucoup de ce que je viens de dire:  http://ici.radio-canada.ca/audio-video/media-7309560/mur-video-julie-snyder-abandonne

ADDENDUM MAJEUR QUI CONFIRME JUSTEMMENT CE QUE J’AVAIS PRÉDIS ALLAIT ARRIVER: 2015-07-13

Bon, regarder ce qui viens d’arriver…

Pour un montant “secret” ($1??), Julie viens de vendre l’aspect télévision de Productions J à son ami et ancien collaborateur, Benoît Clermont.  Clermont va continuer produire les mêmes émissions de Productions J (La Voix, etc.).

Il aurait du être très bien payé ces quelques dernières années afin de pouvoir acheter une telle société pour une valeur juste.  Mais tout ce gang refuse d’en parler aux médias, alors nous sommes dans le noir quant à tout sujet qui touche cette transaction.

Intéressant.

A different website which throws a different light on things: Antagonist.net … (#288)

… Or if anything, it makes you think twice.

www.antagoniste.net

ant1

This is a French language blog with hundreds and hundreds of posts which comments on everything happening in Québec… especially politics, but in many other societal spheres as well.  It is written by “David”.

A word of warning:  Antagonist.net is an opinion-maker website and should not be taken as 100% objective.  But hey – what blogger’s website out there is strictly objective.

Although many (most?) of its posts are right of centre and Federalist, many of its posts could also be considered centre (and sometimes even difficult to place).   There are also a good deal of posts which those on the left, as well as sovereignists would concede make sense.

In this light, there could be a little bit of something and food for thought for everyone (Left, Centre, Right, Federalist, Sovereignist).

There are lots of charts and graphics.   Who doesn’t like charts and graphics?

And unlike me… they keep posts short and simple (something I can probably learn from 😉 ).

Just to give an example of what I mean, and using some of its recent posts as examples:

  • Today there was a post on sexual crime statistics,
  • Yesterday there was a post listing the top 5 news stories in Québec, and the top 5 news stories in Canada as a whole.
  • A few weeks ago (21 May 2015), PKP declared that Québec would be the 17th richest countries in the world, richer than Sweden and Germany, if it were to secede from Canada (Québec’s news organizations went to town with PKP’s statement and reported it with grande pompe).  Yet Antagoniste.net provided us statistics to show that if Canada were to break up and Québec were to secede, Québec would be far behind the 17th position, with $10,000 less purchasing power per person than Germany or Sweden.   Oooops!!!   Oh, and there are pretty (and revealing charts) to go along with it.

Have a look.   Despite sometimes being “Antagonistic” (take such posts with a grain of salt), it is nonetheless quite interesting.

Les préjugés à l’égard de l’Alberta : Le monde de la politique provinciale actuelle et l’industrie pétrolière – 6 sur 6 (#254)

(Au moment de l’écriture de ce billet, le NPD n’était pas encore au pouvoir en Alberta.  Le fait que le NPD a pu gagner l’élection albertaine avec une victoire majoritaire écrasante ne fait que confirmer et qu’accentuer les indices et tendances dont j’ai parlé dans cette série de six billets.  Et oui, le choix d’orange pour cette préambule n’est pas un hasard 😉 ). 

Ce billet vous donnera un aperçu de la situation politique actuelle en Alberta, et les enjeux et les attitudes qui ont trait à l’industrie pétrolière.

Il s’agit du dernier billet dans une série de six que je rédige en français, cette fois pour une audience francophone, et ce, principalement à destination aux lecteurs québécois.

Cette série parle de plusieurs sujets qui font que l’Alberta se fait souvent pointé le doigt dans de nombreux milieux au Québec, et ce, sur plusieurs fronts (sur le préjugé de la question de la “réligiosité” de la province, les présomptions à l’égard de ses positions politiques tant au niveau fédéral que provincial, le point de vue albertain face aux questions environnementales, et les pensées et actions des Albertains envers certains sujets sociaux).

C’est mon espoir que cette série de six billets pourrait vous donner un autre aperçu de ce qui est l’Alberta, et qu’il sert à démystifier plusieurs préjugés qu’un bon nombre de québécois porte à l’égard de l’Alberta.

—- —- —- —- —- —- —- —-

La première partie ci-dessous (sur Jim Prentice et les enjeux actuels) et une continuation du dernier billet.

L’Arrivée en scène de Jim Prentice – et les enjeux actuels

Le parti Progressiste-Conservateur de l’Alberta (PCA) a fait venir Jim Prentice, un ancien ministre Conservateur fédéral sous Stephen Harper. Il était un Conservateur fédéral modéré, et bien plus aligné avec l’aile progressiste des Progressistes-Conservateurs provinciaux, tout comme Allison Redford.

Comme Allison Redford, Jim Prentice était bilingue – En fait, il est parfaitement bilingue.  Il comprend très bien les enjeux linguistiques du Canada, du Québec, et des francophones hors Québec, y compris les Franco-Albertains.

Durant les quelques mois qui suivaient son entrée en fonction le 6 septembre, 2014, tout allait bien pour lui, malgré la chute des prix du pétrole (qui ont chuté en même temps que son arrivée en scène).

La chute inattendue des prix a mis une pression énorme sur les finances du gouvernement provinciale.  Il n’est pas exagéré de dire que la chute des prix avait créé un certain chaos pour le Trésor de l’Alberta.   Mais Prentice a pu garder un discours lucide comme l’homme de l’action face à ces nouveaux défis.

L’Alberta se rappelait toujours de l’ère des mesures financières drastiques de l’époque Klein aux années 1990s.  Et une grande partie de la province étaient quand-même prête à revivre cette époque – malgré tout Ralph Klein a pu redresser les finances.  Il a littéralement sauvé la province de la faillite face aux défis extrêmes.   J’ai le sentiment que l’Alberta, 20 ans plus tard, dans son ensemble, est toujours reconnaissante envers les actions de Klein (la population semble toujours assez déçue, voire amere, que tous ses efforts du conservatisme fiscal, et les efforts de Klein dans les années 1990, ont été jeté à la poubelle durant les ères Stelmach et Redford.  C’est vu comme un gaspiallage et une perte qui auraient pu être évitée).

Et j’ai l’impression que ce conservatisme fiscal, que l’on n’attendait pas moins de Jim Prentice — qu’il monterait à la hauteur des circonstances, tout comme Ralph Klein.  Du moins, c’était ça l’attente de l’électorat lors de son entrée en scène.

Prentice avait la confiance de l’électorat, au point même que la chef de l’opposition officiel du Wildrose, Danielle Smith, a fait défection surprise aux PCA en Décembre 2014 !! (Imaginez si François Legault du CAQ faisait défection aux Libéraux !  La réaction était la même en Alberta au sujet de la défection de Danielle Smith.)

En avril 2015, Prentice a introduit un budget provincial avec son plan d’action.  Mais aussitôt après, il a déclenché des élections anticipées pour le 5 mai, 2015 (la date de rédaction de ce billet est du 30 avril 2015).

Mais à sa grande surprise, avec l’introduction du budget qui n’a pas du tout plu à la population albertaine, « l’homme de l’action » (comme il était vu dans les yeux des Albertains) est soudainement devenu « l’homme de la médiocrité ».

Je vous explique…

Le jour de son budget, Prentice a immédiatement perdu une grande partie du soutient de la part de l’électorat.  En une soirée, il est donc passé de l’homme de l’action à l’homme à celui qui a perdu tout contact avec le citoyen.   Les sondages aux cours des prochains jours démontraient que la population Albertaine s’était divisée en trois camps (les PCA, les Néo-Démocrates, et le Wildrose).

Pour la première fois depuis l’ère de Getty au tout début des années 1990, il y avait des indices que les PCA pourraient perdre le pouvoir.

Je crois que Prentice a fait trois erreurs :

  • Puisqu’il a déclenché des élections anticipées (plutôt que d’attendre la date légalement prescrite à la fin 2016), on le percevait comme quelqu’un prêt à capitaliser sur son propre budget plutôt que de mettre l’accent sur le bien-être de la province. C’était justement ce genre d’action que l’électorat avait rejeté lorsqu’il a forcé le parti de mettre Allison Redford à la porte.
  • Son budget comptait un déficit considérable – 5,3 $ milliards de dollars (l’équivalent de 11 $ milliards au Québec si on fait ajustement pour rendre compte de la population). Il avait quand-même un plan pour réduire le déficit lentement à zéro au cours de quatre à cinq prochains années.  Mais une grande partie de la population s’attendait qu’il y ait plus d’action, plus vite.  On voyait là-dedans un budget libéral “mou” de l’Ontario plutôt qu’un budget d’action, un qui devrait être “typiquement” albertain.  Alors, on se questionnait pourquoi ne pas voter pour les Libéraux ? Ou même un autre parti ? (Car le NPD albertain affichait plus de substance qui allait de pair avec un terrain dit traditionnellement “libéral” — et sa chef était perçue comme étant bien plus “charismatique” et “branché” au citoyen lambda que le chef des Libéraux provinciaux).  La partie de la population conservatrice (sur le l’échelle fiscale), qui supportait quand-même les Progressistes-Conservateurs, n’était pas du tout contente, et commençait montrer des signes qu’elle était prête pour le “grand sault” (à deviner ce que cela veut dire… C’est à dire un “virage” non-testé et sans précédent??).
  • Il y avait quand-même une autre partie de la population qui est devenue fatiguée du parti PCA. Ils le voyaient usé et révolu.   Il ne faut pas oublier que la population de l’Alberta a bondi de 63% depuis 1996, et la part du lion de cette croissance est venue des autres provinces.  Ces nouveaux arrivants étaient habitués à la notion de se voir donner un autre gouvernement, et beaucoup d’entre eux ont déjà vécu sous d’autres partis provinciaux dans l’Atlantique, au Québec et en Ontario (tels le NPD ou les Libéraux).   Soient ils n’avaient pas peur de voter pour un autre parti, soient ils n’étaient pas habitués à la notion “albertaine” de se patienter pour laisser le temps aux PCA pour se réinventer et pour se radapter aux nouvelles réalités.

Alors, en ce jour du 30 avril, 2015, les sondages indiquent deux tendances différentes pour l’élection du 5 mai 2015 :

  1. Soit une course à trois : 30% PCA, 30% NPD, 30% Wildrose (car le Wildrose s’est assoupli sur les questions sociales, pour s’aligner bien plus avec les PCA).
  2. Soit le NPD mène dans les intentions de vote avec 42%

Personne ne sait ce qui va arriver.

Pas mal de chroniqueurs soupçonnent que la part du lion de l’électorat aura la frousse lors du moment du scrutin, et qu’ils n’opteront pas pour changement – mais moi, je ne suis pas certain.

Personnellement, je suis apte à penser que beaucoup de monde va voter NPD pour envoyer un message très fort et très clair, mais sans penser qu’ils vont mener.  Probablement ces mêmes personnes le feront en pensant que leurs voisins vont continuer à voter PCA.  Le hic... Que passera-t-il si tout le monde est mécontent et ils font tous la même chose (toujours croyant que leur voisin va voter pour l’ancienne garde)?  Mes amis, c’est ça ce qu’on appelle un “virage surprise”!

Mais, ces mêmes chroniqueurs misent sur le fait qu’une bonne partie de la population est prête à donner encore une autre chance aux PCA, sous condition qu’ils continuent de se réinventer et de s’adapter aux attentes de la population.

D’autres experts croient qu’après 45 ans, l’heure de la fin a désormais sonné pour les Progressistes-Conservateurs à la barre en Alberta.

Et moi, je n’ai aucune idée ce qui va arriver avec certitude.  Je ne suis plus en Alberta, alors je n’y ai pas le droit de vote.  Pourtant, je parle assez souvent à des amis.  Franchement parlant, ils ne savent pas pour qui voter.   Ils tiennent l’espoir qu’un vote pour le PCA les inciterait à changer (comme dans le passé).  Mais ils hésitent de donner leur vote au PCA vu les troubles depuis 2008 (ceux qui est intéressant, parmi ces mêmes amis Albertains, certains ont voté Conservateur, d’autres Libéraux, et un NPD lors des élections fédérales… alors il démontre jusqu’à quel point personne ne sait quoi faire en Alberta — et les sondages virent dans tous les sens).

De mon côté, je vais passer la soirée de l’élection devant le petit écran comme 4.4 million de mes compatriotes en Alberta.   Tout comme le reste de l’Alberta, j’ai hâte de voir ce qui va se passer.   Le suspense est à son comble.

La question à 1,000,000,000,000 $ — le pétrole et l’environnement

Il existe encore un autre enjeu dans cette élection que je n’ai pas mentionné – celui de l’industrie pétrolière et de l’environnement.  Ceci, c’est un point de discussion que les médias québécois adorent aborder lorsqu’ils parlent de Alberta ou des Conservateurs à Ottawa (ou même du fédéralisme).

L’Alberta et les Albertains voient les choses d’un œil un peu différent du Québec (et même d’un œil un peu différent d’Ottawa).   Ils sont dans le feu de l’action, pour ainsi dire, et leur perspective vaut d’être entendue.  C’est d’autant plus important car les médias Québécois, et mêmes des politiciens (tels les Bernard Drainville et Mario Beaulieu), des activistes (tels les Gabriel Nadeau-Dubois), et beaucoup d’artistes (tel les Dany Turcotte du monde) font le point de faire la morale à l’Alberta sans même être au courant de la discussion et des initiatives environnementales à l’intérieur de l’Alberta même.

Personne en Alberta ne niera que les sables bitumineux sont des sources de pollution qui produisent des émissions à gaz de serre, parmi d’autres polluants, à un niveau bien au-dessus des niveaux socialement acceptables.   Le Québec et l’Alberta (et leurs populations respectives) peuvent s’entendre là-dessus, tous les deux.  Ils peuvent également s’entendre sur le fait qu’il faut réduire les émissions aux normes internationales, sinon encore plus bas.

Les médias en Alberta en parlent.  Le problème relève du fait que les Québécois n’entendent jamais ces discussions entre Albertains eux-mêmes.

Si vous êtes au Québec, et si vous êtes en train de lire ce billet, pourriez-vous me dire les noms des deux émissions radiophoniques les plus populaires à Edmonton et à Calgary qui discutent de ses sujets presque sur une base quotidienne ?  Et les émissions de télévision à Edmonton ou à Calgary qui discutent souvent les sables bitumineux et ses problématiques ?  Savez-vous les noms de ces émissions et de leurs animateurs ?  Et que dire des chroniqueurs albertains et leurs points du vue dans les journaux tels l’Edmonton Journal ou le Calgary Herald ?

Si vos réponses à toutes ces questions est « non », cela veut dire que vous aussi, vous faites partie intégrante du phénomène des deux solitudes.  Les points de vue des Albertains méritent d’être entendus avant d’être jugés (ce qui n’est souvent pas le cas dans les médias québécois).

Lorsque le Québec débat les questions environnementales au sujet des sables bitumineux, les débats tirent des flêches assez souvent, pour ne pas dire toujours, vers d’Ottawa et les Conservateurs fédéraux.   Pourtant, les grandes questions environnementales dans ce dossier relèvent au gouvernement de l’Alberta, et non pas d’Ottawa.   Tout comme le Québec, l’Alberta a son propre ministère de l’environnement, l’équivalence du fameux BAPE, ses propres lois, règlements, politiques, initiatives, et sa propre division d’exécution de la loi en matières d’environnement.  Et généralement, les standards albertains vont plus au moins de pair avec (ou sont plus stricts que) les standards québécois (l’avantage d’être dans une fédération est que les provinces se parlent régulièrement entre elles au niveau des fonctionnaires, pour s’assurer que leur standards demeurent plus au moins égaux — que ce soit au niveau de l’environnement, de la santé, de l’agriculture, et d’autres secteurs).

Alors, à la base, c’est ça le fédéralisme.  Les questions environnementales, sur toute une panoplie de sujets, relèvent au niveau des provinces.

Lorsque les Albertains parlent des enjeux environnementaux des sables bitumineux, leurs pensées tournent premièrement vers Edmonton, et non pas vers Ottawa (tout comme les pensées des québécois tournent vers Québec – et non pas vers Ottawa quant aux sujets environnementaux reliées à l’extraction des ressources, le Plan nord, l’industrie hydroélectrique, l’industrie éolienne en Gaspésie, etc.)

Mais ce que je trouve déplorable, c’est le fait que les médias québécois, y compris tout un tas d’activistes dites « éduqués », varlopent sans cesse l’Alberta sans jamais prononcer un seul mot sur les initiatives environnementales entamées par le gouvernement de l’Alberta lui-même.  Ce sont des initiatives exigées par le peuple de l’Alberta (car les sables bitumineux sont dans leur propre arrière-cours malgré tout, et non pas dans celui des québécois).

Ces médias et certaines personnalités préfèrent marquer des buts en faisant de l’Ottawa-bashing – tandis que les seuls rôles majeurs que jouent Ottawa là-dedans sont sur le front des ententes internationales et les matières transfrontalières (tel le consentement aux oléoducs).    Mais les affaires importantes sur beaucoup de questions environnementales relèvent plutôt à Edmonton, et non pas à Ottawa.

Et que fait Edmonton?  …   Hmmmm… Pas sur ?? …  Pas de réponse???  … …  Vous voyez, c’est le silence total dans les médias québécois.  Ils n’informent pas les québécois sur les réalités de ce qui se passe à Edmonton.   Ceci a pour effet que les Québécois sont dépourvus de l’occasion de former leurs idées basées sur les faits.   Bienvenue à une partie du casse-tête des deux solitudes, mais cette fois une partie à laquelle le Québec contribue.

Sur cette question du silence médiatique québécois, je ne sais toujours pas s’il s’agit d’une naïveté triste, mais pourtant innocente (car souvent c’est le cas), ou s’il fait partie d’une volonté expresse de faire de l’Ottawa-Bashing et de la diabolisation à l’égard de l’Alberta afin de marquer des buts sur la question nationaliste (de la part du PQ et BQ bien sûr, mais aussi de la part de certains camps médiatiques.  À cette question, moi, je demeure toujours bafoué).    Peu importe, les Albertains sont devenus les victimes, malgré leurs propres efforts de bonne foi pour régler les questions environnementales.

Et quels sont les efforts de l’Alberta pour régler ces questions environnementales ?  Malgré tout, ce sont des efforts exigés de la part de la population albertaine.  Il me prendrait tout un livre pour expliquer tous les efforts sur le front environnemental.   Mais brièvement, je pourrais vous en parler un peu (vous laissant la tâche de faire l’essentiel des recherches additionnelles vous-mêmes).

L’Alberta a lancé les premières “fondations” d’un marché charbon au Canada, et c’est maintenant le Québec qui essaie d’emboîter le pas de l’Alberta (les médias au Québec chantent les louanges des efforts du Québec pour lancer ce marché afin de “contrer” les méchants Albertains, sans jamais prononcer un seul mot à l’égard du même marché déjà en place en Alberta et de ses succès).

Ce n’est pas exactement un marché charbon international ou d’interjuridiction dans le sens plein et entier – mais il existe des pénalités pour les compagnies qui dépassent un certain seuil d’émissions (surtout si elles n’auraient pas coopérer avecavec des compagnies moins polluantes au préalable pour échanger des crédits).

La plupart des émissions de gaz à serre provenant des sables bitumineux sont reliées à l’extraction-même du pétrole. C’est justement en raison de la nature du processsus employé lors du forage que les activistes surnomment les sables bitumineux le pétrole « salle ».   Bref, pour extraire le pétrole des sables dans lesquels il se trouve, il faut ajouter de la vapeur à haute température pour faire couler le pétrole pour qu’il se détache des sables.  Pour chauffer l’eau afin de produire de la vapeur, il faut une grande quantité d’énergie.  Alors, on s’en sert du gaz naturel pour produire de l’électricité afin de chauffer l’eau.  C’est une contradiction flagrante – celle de bruler un combustible fossile pour en produire un autre.

Croyez-vous sérieusement que les Albertains sont heureux de voir une telle méthode de production dans leur propre cour?  Bien sûr que non!  Et on en parle à haute-voix en Alberta (mais ces discussions ne sont jamais entendues au Québec).

Alors, que fait-on pour régler cette situation en Alberta?   Il existe quelques options, et on poursuit activement plusieurs chemins :

  • On est en train d’accroître l’efficacité technologique de l’extraction afin de réduire d’une façon significative l’usage du gaz naturelle dans l’extraction (il y a déjà beaucoup de progrès sur ce front).  Le gouvernement de l’Alberta investit des sommes astronomiques à cette cause (il y a plusieurs laboratoires de recherche énormes pour faire face à cette polémique).
  • On poursuit le marché du charbon. L’Alberta pénalise financièrement les compagnies de pétrole s’ils ne réduisent pas leurs empreintes polluantes.  Vu leurs marges assez minces, et surtout depuis la chute des prix du pétrole, les compagnies pétrolières se démènent pour réduire la pollution, faute de quoi le prix à payer serait trop coûteux pour eux.

Alberta et ses voisins (la Colombie-Britannique et la Saskatchewan) collaborent et cherchent ardemment des alternatives et d’autres solutions (encore, l’avantage de la fédération).

  • Du côté de la Saskatchewan, on a investi énormément dans les technologies de captage du gaz carbonique, au point où la Saskatchewan est maintenant considéré le leader mondial dans le domaine. Ils sont sur le point de lancer le tout premier programme du stockage du charbon à grande échelle au monde.  À l’heure actuelle, les sites sont en construction dans le nord-ouest de la Saskatchewan (proche aux sables bitumineux en Alberta).  Et le captage et stockage pourront réduire de manière importante la component « salle » dans l’expression « pétrole salle ».
  • Du côté de la Colombie-Britannique, les efforts et effets sont encore plus grands – des démarches qui pourraient changer la donne à jamais.  Tout comme le Québec, la Colombie-Britannique regorge d’une potentielle hydroélectrique énorme.

La Colombie-Britannique va construire le plus grand projet de barrage hydro-électrique dans l’histoire de l’Amérique du nord (plus grand que tout barrage qui existe déjà au Québec, ailleurs au Canada, ou aux É-U).  Les études environnementales sont finies et la construction du barrage a reçu le feu vert.   Il sera situé dans la région de Rivière-la-Paix dans le nord-est de la Colombie-Britannique — 500kms directement à l’ouest des sables bitumineux (une distance plus courte que celle qui sépare Montréal du projet Baie James).

Ce barrage a le potentiel de fournir assez d’électricité pour alimenter le processus du traitement des sables bitumineux pour remplacer le gaz naturel, et de rendre tout le processus moins polluant que le pétrole conventionnel (celui dont vous servez actuellement pour faire fonctionner votre voiture).

Le projet du barrage s’appelle le « Site C Clean Energy Project ».  Le projet va probablement battre plusieurs records du monde.   Le barrage principal coûtera lui-même 10 $ milliards (ce qui sera un des projets d’infrastructure les plus grandiose dans l’histoire de la planète).   C’est une nouvelle gigantesque – et je ne comprends pas du tout pourquoi on n’en parle pas dans les médias au Québec.   Le silence me laisse bouche bée.

Mais cette nouvelle est très pertinente pour le Québec, car le Québec lui aussi est un moteur économique dans le domaine hydroélectrique.   Les possibilités sont sans fin si BC-Hydro (en Colombie-Britannique) et Hydro-Québec travaillent ensemble sur ce dossier.   En raison de la distance qui les sépare, ces deux compagnies ne se feront pas concurrence l’une avec l’autre – alors c’est la chance en or pour forger des alliances afin de travailler ensemble pour faire des choses extraordinaires sur la grande scène internationale.

Mais hélas, encore, c’est l’omerta totale dans les médias du Québec.

Côté pipelines : Les Albertains exigent que tout transport du pétrole se fasse selon les normes les plus exigeantes au monde.  Ils ne veulent pas de dégâts dans leur arrière-cour.  Si jamais il y aurait un dégât environnemental, les chances seraient plus fortes qu’il aura lieu en sol albertain que tout autre place.   Le gouvernement impose alors des restrictions et des normes de plus en plus sévères aux compagnies des pipelines.  Les oléoducs sont en train d’être modernisés, et ils seront les plus modernes au monde, employant la technologie à la fine pointe.

Dernièrement, les Albertains connaissent très bien les enjeux, car ils vivent avec ces enjeux.   Ils sont conscients de l’environnement.  Mais on ne peut pas fermer le robinet sur le coup (tout comme on ne peut pas claquer les portes d’un coup sur l’industrie forestière, l’industrie de la pêche, l’industrie minière avec ses propres problématiques environnementaux tels les bassins de décantation, etc.).

Les Albertains cherchent activement des moyens pour trouver des solutions et une balance – et de les implanter le plus vite possible (comme on a déjà fait d’ailleurs au cours des dernières années).  C’est compliqué (tout comme n’importe quelle industrie reliée à l’extraction et le rendement de nos ressources).  Les Albertains, comme beaucoup de Québécois, veulent tirer profit, et veulent en même temps protéger l’environnement (ce qui fait que les albertains sont statistiquement parmi les plus retranchés au Canada dans leur désir de développer les technologies environnementales les plus avancées au monde).

Au Québec on cite souvent la Scandinavie comme l’exemple économique idéal à suivre.  Pourtant la Finlande est en train de subir la plus grande crise économique de leur histoire récente (avec un taux de chômage qui est 4% plus élevé qu’au Québec), les grandes industries suédoises quittent le navire à précipitation et fuient le pays, et les danois n’arrivent plus à se rejoindre les deux bouts.  Seule l’économie Norvégienne se comporte bien (du moins, aux standards auxquels on s’attend au Canada).

Le Norvège au moins a su gérer ses retombés pétrolières, du moins mieux que l’Alberta ou le Canada (dont le Québec a mot à dire comme un des “gestionnaires” institutionnels du pays – malgré tout, les ressources en Alberta, et le redevances qui en découlent appartiennent au Québécois eux aussi).

De plus, les Norvégiens n’ont jamais eu d’accident pétrolier grave – et ce malgré les forages norvégiens à grande échelle dans un environnement bien plus sensible et dangereux que les lieux de forage en Alberta (Avez-vous jamais vu les fjords fabuleux du Norvège?  Ils sont spectaculaires, et dix fois plus sensibles que le bassin de notre cher St-Laurent).    Les fjords norvégiens regorgent de baleines et d’une flore et faune magnifique ! – Et le tout se trouve à deux pas des plateformes pétrolières norvégiennes.   C’est peut-être là l’exemple qu’il faut suivre, celui de la Norvège – avec l’emphase absolue axée sur une amélioration persistante et accrue des technologies qui résolvent les problématiques de pollution de l’industrie pétrolière (du moins jusqu’à ce que nos voitures ne deviennent électriques ou roulent à l’eau, que les plastiques ne soient plus nécessaires, et que la fission nucléaire à base de sel et sans hasard radioactif ne deviennent la réalité du jour).

Si le Norvège peut y arriver avec finesse (un pays avec seulement 1/6 de la population du Canada et une économie bien moins diversifiée et polyvalente que la nôtre), bien sûr le Canada en serait capable lui aussi.   Mais pour ce faire, il faut le soutien du pays entier.

L’Alberta fait des efforts énormes, en dépit des actions assez timides des Conservateurs fédéraux — car n’oubliez pas que les compétences environnementales pour la plupart relève aux provinces.  Si nos efforts conjoints (dans toutes les provinces) étaient mieux canalisés dans la quête de l’élimination des émissions qui proviennent du pétrole (pour rendre l’usage du pétrole propre, point à la ligne), on ferait des avancements bien au-delà de nos espérances.  Et l’Alberta n’aurait plus besoin d’assumer l’entière responsabilité dans sa quête à ces fins.

Moi, en tant qu’Albertain, j’aimerais bien que le monde se débarrasse du pétrole, ou que le pétrole devienne une source d’énergie peu polluante.  Mais c’est la logique qui me dicte que c’est la deuxième option qui en serait la plus facile d’atteindre (que le pétrole deviennent peu polluant).   Mais bien sûr, un jour on va se débarrasser du pétrole – mais on ne le verra pas de notre génération.  Alors continuons dans la bonne direction pour réduire l’aspect polluant pendant que l’industrie évolue au cours des prochaines générations.

Et grosso-modo, c’est ça ce que pense aussi les Albertains sur le plan environnemental.

—– —– —– —– —– —– —–

Quelques mots pour clôturer cette série sur l’Alberta

À la base, j’espère que cette série vous a présenté un point de vue sur l’Alberta que vous n’auriez pas vu auparavant.  Les Albertains ne sont pas extrémistes de la droite.  Ils ne sont pas des fanatiques religieuses.  Ils ne sont pas des gens qui sont insouciants sur les questions environnementales.

Ils ne sont que des gens comme vous et moi… des gens bien ordinaires avec les mêmes préoccupations quotidiennes.

En terminant, il faut voyager.  Voir, c’est savoir!   Mais je réalise que ce n’est pas tout le monde qui a ce luxe.  Alors le mieux que je peux espérer c’est que mon récit vous aurait éclairé certains préjugés à l’égard de l’Alberta et les Albertains.

—————————-

ADDENDUM #1 – 2015-05-06:

Le NDP vient de gagner une majorité provinciale écrasante en Alberta, au point où on parle de la fin des Progressistes-conservateurs et les Libéraux provinciaux en Alberta.

All I can say is WOW!  Times are going to become interesting.   I was on the phone to a good number of friends in Alberta during election night.  Everyone is waiting with positive impatience to see how an “Alberta NDP” not only changes what Albertans have wanted for quite a while, but how it will also change the NDP outlooks and policies elsewhere in Canada (it’s a pro-oil NDP after-all, but with more of an environmental and interventionist twist), and how it will change Canada.

The story is only just starting.

ADDENDUM #2 – 2015-05-06

Lorsque je compare les mesures d’austerité en Alberta de l’ère Klein durant les années de ma jeunesse des années 90s, et les coupeurs au Québec maintenant, c’est jour et nuit (l’ère Klein était la vraie période d’austerité)..

Les Albertains étaient en crisse que tous leurs efforts, luttes et sacrifices des années 1990s sont allés drette à la poubelle durant l’ère Stelmach, Redford, et ne se redressait même pas sous les PC de Jim Prentice (qui vient d’être évincé).

L’électorat donnait la chance à trois nouveaux chefs des PCA qui n’ont pas pu relever le défi (pourtant, il faut dire que l’électorat étaient plutôt content des positions « sociales » des PC – car l’écart entre les PC albertains, les Libéraux et le NPD ne sont pas aussi grand que prétendent beaucoup de Québécois).

Arrive ensuite un nouveau visage, celui de Rachel Notley du NDP albertain, qui avait les mêmes sentiments sociaux de la majorité des Albertains, mais qui disait qu’elle prendrait plus d’action, plus vite, côté des finances (le prix du pétrole a franchi la barre des 60$ et a rebondi début mai 2015, tout juste avant l’élection… ce qui fait que les sables bitumineux sont de nouveau rentables pour la première fois depuis novembre 2014).

L’autre chose qu’il faut se rappeler… une grande partie (peut-être la part du lion) des emplois dans le secteur pétrolier sont des emplois syndiqués.  (J’essaie trouver les chiffres précis, mais c’est difficile à trouver.  Peu importe, il se peut que les syndicats récoltent plus d’argent des travailleurs reliés au pétrole que tout l’argent que récoltent les syndicats de tous les employés syndicalisé au Québec dans leur ensemble).

Notley a fait promesse de redresser les finances, et de « ralentir le pas » de la croissance économique surchauffée de la passée, car le tout allait trop vite, trop loin (au point où le monde avait de la misère à se rejoindre les deux bouts en Alberta en raison d’un taux d’inflation provinciale astronomique… même les nouvelles voitures en Alberta coûtent 6000$ de plus qu’en Saskatchewan).

Et quelle est son arme principale afin de “ralentir le pas”, mais pour “conserver les emplois syndicalisés” ?  Renforcer les mesures de la protection de l’environnement, nationalisé (ou du moins investir) la production de l’essence en Alberta plutôt que d’envoyer le pétrole brut ailleurs, et chercher plus de redevances pétrolières.

L’électorat semblait aimer ce qu’elle disait, et l’Alberta voulait lui donner une chance – surtout puisqu’elle a dit qu’elle n’est pas « anti-pétrole », mais pourtant « pro-bonne gestion du pétrole » + “pro-environnement” (côté financier, côté du fond souverain au modèle Norvègien, et au profit de tous en AB et au Canada).

L’Alberta a finalement dit qu’ils allaient faire le saut pour voir ce qui pourrait arriver.

Du moins, c’est ça ce que je ressens de la personne de la rue en Alberta, et ce que me raconte tout le monde que je connais en Alberta.

Mais, la question à mille dollars… Le NDP Albertain est un NDP « de » l’Alberta (pas d’Ottawa). C’est un parti qui n’est pas hostile à l’industrie pétrolière (le NPD albertain est né au coeur de la terre du pétrole), et c’est un parti soucieux de l’environnement.   C’est également un NDP né d’une terre reconnue d’être conservateur petit « c » du côté de la gestion des finances (et Notley dit vouloir respecter cet aspect – du moins c’était sa promesse envers l’électorat afin d’être élu, et l’Alberta semble l’avoir cru).

Alors, la question se pose comment le NPD albertain va influencer le NPD d’Ottawa et les points de vue des syndicats de l’est du Canada, et non pas l’inverse?   Je soupçonne que Mulcair est en train de songer à pas mal de choses, et comment il doit maintenant s’ajuster sur tout un tas de sujets « clés » au cours des mois à venir.  Quant aux syndicats de l’Ontario et du Québec, je ne suis pas certain qu’ils se sont encore rendus compte aux nouvelles réalités dans leurs propres rangs – et les faits qu’ils n’ont jamais constaté auparavent.

C’est pas mal intéressant ! (et ça, je le dis avec un teint bien bien orange!  Orange semble être le nouveau bleu).  

Bienvenue à une nouvelle ère au Canada, du moins pour les prochains quatre ans en Alberta – mais avec des répercussions certaines partout au Canada.  

Peut-être il y en aura là-dedans qui fera l’affaire pour tout le monde (gauche, centre, et droite).   Il reste à voir.


(French / Français) SERIE:  LES PRÉJUGÉS À L’ÉGARD DE L’ALBERTA (6 billets)

Les préjugés à l’égard de l’Alberta : Le monde de la politique provinciale récente – une histoire progressiste – 5 sur 6 (#253)

Au moment d’écrire ce billet (#5) en fin avril 2015, le NPD n’était pas encore au pouvoir en Alberta.  Le fait que le NPD a pu gagner l’élection albertaine avec une victoire majoritaire écrasante ne fait que confirmer et qu’accentuer les indices et tendances dont j’ai parlé dans cette série de six billets.  Et oui, le choix d’orange pour cette préambule n’est pas un hasard ;).  
Le billet #6, celui qui suit billet (#5), expliquera un peu plus ce que cherchaient les Albertains lors de l’envoie de leur vote au NPD — qui, d’ailleurs, a du s’adapter autant aux attentes des Albertains (surtout sur le conservatisme fiscale) que les Albertains devaient s’adapter à ce que le NPD voulait leur présenter (vis-à-vis la patience que les Albertains prêtent à l’égard du NPD lorsqu’ils disent vouloir respecter la rigeur financière dont s’attendent les Albertains).   Une convergeance incroyable…
À partir du jour de l’élection, ni l’un ni l’autre serait jamais le même.

————————–

Ce billet et le prochain seront les derniers dans une série de six sur les attitudes politiques et sociales des Albertains.  Il s’avère toujours tâche difficile de décrire les positions, pensées et tendances d’une population au complet sans risquer d’embarquer dans des généralisations grossières.

SERIE:  LES PRÉJUGÉS À L’ÉGARD DE L’ALBERTA (6 billets)

Alors, j’avoue que je m’engage sur un terrain assez fragile lorsque je vous tente de décrire en quelques mots qui sont les Albertains, dans le sens qu’ils ne sont ni des extrémistes de droite, ni des fanatiques religieuses, ni un élément socialement régressif de notre société canadienne.

Au cours des quatre billets précédents, nous avons regardé les tendances plutôt laïques de l’Alberta, ainsi que l’effet de modérateur qu’a eu la population albertaine sur le mouvement Conservateur fédéral au cours des 20 dernières années; malgré tout, l’Alberta en général voit les enjeux de société d’un œil assez “modérée”.

Étant Albertain moi-même (francophone et anglophone en même temps), un qui connait le Québec aussi bien que je connais l’Alberta, je me sens privilégié d’être en mesure de vous amener ces perspectives.

Dans ce billet, nous allons regarder comment les Albertains se voient eux-mêmes, sous l’optique des enjeux provinciaux – et les tendances politiques provinciales.

Commençons par les enjeux dans le cadre de la campagne électorale provinciale actuelle

Avant de continuer : Je veux mentionner que le parti des Progressistes-Conservateurs de l’Alberta (les PCA) n’est pas la même formation que le Parti Conservateur du Canada (PCC).  Les deux ne sont pas liés.   Pourtant, les Libéraux fédéraux et provinciaux relèvent de la même formation, et le NPD fédéral et ceux des provinces relèvent eux aussi de la même formation en termes d’idéologies.  Les PCA et les Conservateurs se font confondre assez souvent au Québec, et assez souvent par les médias Québécois.  À chaque reprise que l’on voit un reportage à TVA, Radio-Canada, ou dans les journaux du Québec qui parle des PCA, on les appelle, faussement, “les Conservateurs”.  Mais les PCA ne sont pas les Conservateurs.   Les seuls Conservateurs au Canada se trouvent à Ottawa (il n’existe pas de parti “Conservateur” au niveau des provinces du Canada).  Il ne faut pas les confondre.  Leurs idéologies ne sont pas les mêmes, et leurs histoires sont différentes.

L’Alberta se trouve encore aux urnes.  La date de l’élection sera le 5 mai 2015.  La dernière élection relève à 2012.

Dupuis presque 45 ans, l’Alberta se voit gouverner par le parti provincial des Progressistes-Conservateurs de l’Alberta (les PCA).   Au Québec, on a tendance à croire, à tort, que les Albertains se sont accrochés toujours aux PCA sous le biais qu’il s’agit d’un parti de l’extrême droite, faisant l’affaire d’une population droitiste.

Pourtant, la réalité est l’inverse – et d’ailleurs elle est très mal comprise par le Québec.

Ce n’est pas une question que les Albertains appuyaient, sous le biais d’être “droitiste”, un parti qui incarnait ses valeurs.  Le parti PCA n’est pas un parti de l’extrême droite.  Il est plus à gauche que les Conservateurs fédéraux, mi-chemin entre les Libéraux et les Conservateurs fédéraux (un peu plus à droit du centre, comme les anciens Progressistes-Conservateurs fédéraux de Brian Mulroney).   Alors, les Albertains y accrochent car les PCA ont su s’adapter et ils se sont réinventés à l’interne à maintes reprises.

Souvent les PCA se sont réinventés de façon dramatique au cours des 45 dernières années pour suivre le rythme de l’évolution sociale, progressiste, lucide, et économique d’une population albertaine modérée et en pleine transformation.  On peut même considérer que les PCA ont réussi à relever ses transformations sans pépin pour répondre aux besoins modérés des Albertains, mieux que toute autre formation politique dans l’histoire du Canada moderne.

Cela ne veut aucunement dire que les PCA n’ont pas eu sa part de difficultés au cours de leur temps au pouvoir.  Mais cela veut dire tout simplement qu’ils ont pu s’adapter et surmonter les défis qui leurs ont été lancés par une population qui était toujours de plus en plus exigeante à leur égard.

À titre d’exemple, je pourrais vous offrir des moments clés dans l’histoire récente du parti dont je me rappelle très bien (cela vous ferait mieux connaître c’est qui justement les Albertains) :

La fin de l’ère Getty – Début de l’ère Klein

Don Getty, le premier ministre Progressiste-Conservateur à la fin des années 1980 / début 1990, a pris certaines décisions économiques considérées dévastatrices par la population albertaine. La dette et les déficits provinciaux ont atteint des niveaux insupportables.  La province était sur le bord de la faillite.  Les Libéraux provinciaux, pour la première fois, dépassait la barre de 40% d’appuis face aux PCA.

Les membres du PCA étaient furieux contre Getty, tout comme la population albertaine en générale.  Getty était mis à la porte par son propre parti, et le parti a fait la décision sage de couronner le ministre le mieux aimé par la population, Ralph Klein.   Klein ne mâchait jamais ses mots.  Sa réputation était d’un homme qui faisait toujours ce qu’il disait, et il avait la confiance de la population.

Fidèle à sa parole, il fit entièrement redresser les finances de la province.

Lorsque j’étais en école secondaire en Alberta en 1993, je me rappelle très bien que nous devions garder fermées les lumières dans les couloirs et les salles de classe afin d’économiser de l’argent (on étudiait à la lumière qui entrait par les fenêtres).   Toute excursion scolaire était annulée.  Et même les photocopieurs étaient débranchés et rangés dans la pièce de rangement, car il y avait un moratoire rigide sur toutes photocopies en école pendant un an.

Alors, il va sans dire que lorsqu’on parle de l’austérité dans un contexte Québécois aujourd’hui , je constate que l’on ne sait même pas ce que ce mot veut dire au Québec (si ceux qui prétendent que le Québec est en train de vivre dans un contexte d’austérité, il est plus qu’évident qu’ils n’ont jamais vécu sous la règne de Ralph Klein!)

À la fin, Klein a su regagner la confiance de la population envers les PCA, et la montée des Libéraux s’est effondré.

 La fin de l’ère Klein – Début de l’ère Stelmach

Après plus d’une décennie de gestion conservatrice petite “c” de l’ère Klein, la population voulait un peu de répit de la fiscalité assez restreinte. Avec les redevances pétrolières et une gestion saine des finances, les Albertains voulaient un nouvel investissement massif dans les écoles, dans l’infrastructure, et dans les hôpitaux, entre autres.

La pendule s’oscillait encore.

Ed Stelmach (qui d’ailleurs était le député de la circonscription dans laquelle j’ai grandi, celle où mes parents demeurent toujours) s’est emparé des rênes du pouvoir en 2006.  Son “vœu” envers la population en était un de “stabilité”, de “modération”, et “d’investissement”.   Et bon sang, de l’investissement qu’il en a fait!

Les déficits étaient de retour.  Au début, la population ne savait pas quoi penser des déficits.  Il fallait faire de l’investissement malgré tout.  Mais le sentiment populaire dans la rue disait qu’il s’agissaient d’investissements “vides” et sans “âme”

Mais que prétends-je dire par-là?

On bâtissait les écoles, les hôpitaux, les autoroutes, le transport public, les trains à passagers, et toute une nouvelle gamme d’infrastructure grâce à l’industrie du pétrole.  Mais on sentait, de la part des Albertains, qu’il manquait “quelque chose”.  C’est dur à expliquer… il fallait vivre dans cet environnement pour le ressentir (c’est toujours difficile de décrire l’humeur du citoyen lambda dans la rue).  C’est comme si on vivait une nouvelle révolution tranquille à petite échelle, mais sans le côté progressiste (malgré tout, le mot progressiste devait également se trouver en avant-plan dans le nom du parti Progressiste-Conservateur).

Du même coup, on investissait massivement dans tout ce qui étaient relié à l’industrie du pétrole, mais sans grande discussion autour des impacts environnementaux.

On bâtissait plus d’écoles et d’hôpitaux qu’à tout autre moment de l’histoire du Canada, mais sans les programmes de soutien aux étudiants, aux patients, et aux professionnels.

L’Alberta devenait de plus en plus cosmopolite — et bien plus sophistiqué — en raison de l’explosion de la population.  Mais les programmes dédiés aux arts, à l’industrie cinématographique, à l’industrie de littérature et au soutien du réseau bibliothécaire n’était pas à la hauteur.

Les villes étaient pleines à craquer.  Les maisons et les nouvelles villes dortoirs autour d’Edmonton et Calgary se bâtissaient à grande vitesse.  Mais les services sociaux à l’égard de ceux qui en avait besoin n’étaient pas là (il manquait les banques alimentaires, les services aux sans-abris qui étaient attirés par le boom et le rêve albertain, et les services de soutien communautaires et aux enfants).  Les familles se sentaient un peu délaissées.  Les frais de garde d’enfants montaient aux coûts astronomiques, et la pression des coûts grimpants de l’immobilier, de l’épicerie, des biens de consommation, du transport, et le temps perdu dans le trajet quotidien s’est fait sentir par les familles (l’aspect néfaste d’une économie en plein essor).

Ne me comprenez pas mal.  Le monde en Alberta à cette époque était très heureux du boom économique, et d’être à l’abri de la crise économique que vivaient les États-Unis et d’autres juridictions.   Mais il y avait quand-même un certain sentiment “d’instabilité” – comme l’incertitude que l’on ressent lorsqu’on se croit vivre dans une bulle immobilière (un sentiment que les gens de Toronto et Vancouver peuvent bien comprendre, et même certaines personnes à Montréal).

La population de l’Alberta disait qu’il en avait assez de l’investissement surchauffé.  Le nouveau parti Wildrose a pu saisir l’occasion pour trouver sa place au soleil pour faire face à ce que la population voyait comme une expansion économique aveugle, trop vite, et sans âme.   La popularité du parti Wildrose posait une véritable menace pour les PCA.  Le Wildrose a promis de restreindre les dépenses pour donner un peu de répit à ce sentiment de vivre dans une bulle et au-delà des moyens de l’état (malgré tout, trop de croissance à un rythme hors contrôle ne peut mener à qu’à la catastrophe – et du moins c’est cela que pensait la population Albertaine).

La fin de l’ère Stelmach – Début de l’ère Redford

Une fois de plus, le parti PCA a su s’adapter. C’est un des rares partis au Canada où les membres sont plus puissants que le chef — et ils ont évincé Ed Stelmach.  Il a démissionné et le parti a fait venir Alison Redford en 2011.  Ses points de vue étaient situés plutôt au centre.  On pourrait même dire que dans une autre vie, elle aurait été un Libéral du centre-gauche sur plusieurs fronts.

Le couronnement de Redfort fut le troisième réalignement du parti Progressiste-Conservateur depuis Getty (après Klein et Stelmach).  Le parti s’est réinventé de nouveau encore une fois.

Sous la direction de Redford, les projets en cours n’arrêtaient pas, mais elle a amené un côté “humaniste” à la table.   Elle a implanté les programmes qui manquaient, dont je vous ai parlé en haut.  La population s’est sentie un peu plus réconfortée.

Mais l’argent coulait à flot, et la population se demandait si l’argent n’aurait pas pu être mieux géré.   Malgré tout, les recettes extraordinaires provenant de redevances pétrolières auraient pu être investies à long terme, comme on faisait en Norvège.   On se demandait si la gestion des retombés n’aurait pas pu être mieux planifiée afin d’avoir des effets bénéfiques pour des générations à venir plutôt que sur les projets favoris à la saveur du jour.  (Malgré tout, la Norvège s’est doté d’un fond souverain, alimentait des redevances pétrolières, qui fait vivre la population norvégienne).

La brève montée et la rechute du Parti Wildrose –

Et l’affirmation du côté social-progressiste de l’Alberta

Le Wildrose s’est précipitée sur l’occasion et finit par fondre sur Redford et les PCA.  Sa popularité chutait aussi vite que celle du Wildrose montait.

Au moment du scrutin de 2012, les sondages indiquaient que les PCA pourrait perdre le pouvoir pour la première fois depuis le début des années 1971. Une combinaison d’effervescence et de tension était palpable.   Sondage après sondage, les Albertains disaient croire que le PCA allait perdre le pouvoir.

Mais ce qui suivi fut vraiment phénoménal – un premier dans l’histoire du Canada:  un évènement qui démontre jusqu’à quel point l’Alberta est devenu une province avec des valeurs progressistes à cœur sur le plan social (malgré ses valeurs toujours conservatrices petite “c” sur le plan économique).

Lors de la campagne électorale entre le Wildrose et le PCA du printemps 2012, un vieil article écrit par un des candidates du Wildrose a fait surface.  Dans le récit, il disait croire que les gais irait à l’enfer.  La presse albertaine s’est jetée dessus.  Avec seulement deux semaines avant l’élection, la population s’est montrée outrée.  Elle se questionnait si le Wildrose était vraiment le bon parti qui incarnait les valeurs albertaines.   La chef du parti, Danielle Smith, a été pris au dépourvu.  Elle refusait prendre position, et sa popularité s’est effondrée.

Quelques jours avant le scrutin, Smith (la chef du Wildrose) reconnaissait publiquement son erreur.  Elle a fait volte-face.  Elle a condamné son candidat voyou et ses propos homophobes, mais c’était trop peu, trop tard.  Le mal était déjà fait.  Les sondages indiquaient que tout le monde en Alberta croyait que le Wildrose allait faire des gains importants en raison des problèmes associés à la gestion économique d’Alison Redford, mais le même sondage démontrait que tout le monde était sévèrement contre ce qu’ils percevaient d’être des valeurs reculées du Wildrose.

Le jour de l’élection, la population est venue voter en grand nombre – et le Wildrose n’a obtenu que 19,5 % des sièges contre 70 % pour le parti Progressiste-Conservateur, malgré le mécontentement populaire envers les PCA et leur gestion de l’économie et des redevances pétrolières.

Pour la première fois dans l’histoire du Canada, un parti qui aurait pu gagner une élection majeur l’aurait perdu sur le biais d’être du mauvais côté de la clôture sur une question des droits et valeurs sociaux modernes, tel l’égalité des gais et des lesbiennes.

Un symbole fort!

D’un coup, l’Alberta s’est montré une des places les plus tolérantes et les plus exigeantes en Amérique du Nord sur les enjeux modernes en matière des droits d’égalité.

C’est quelque chose que le Québec n’a jamais compris.   Hélas, l’Alberta se fait toujours injustement pointée le doigt par le Québec comme bastion d’intolérance.   C’est le plus loufoque des gestes que le Québec pourrait faire à l’égard de l’Alberta.

La chute d’Alison Redford comme chef des Progressistes-Conservateurs de l’Alberta

En 2012, Alison Redford a pu garder son siège et la chefferie du PCA .

Cependant, peu après l’élection, d’importantes lézardes dans son propre personnage devenaient évidentes, prenant tout le monde par surprise.

Une part de la population croyait qu’elle gouvernait avec l’attitude du « tout m’est dû ».    Cette notion était davantage renforcée par le fait qu’elle s’est construit une résidence « officielle » aux frais des contribuables – un véritable « château dans le ciel ».  C’était un condo de luxe, qui occupait tout un étage en haut d’un tour d’habitation à Edmonton, à deux pas de l’Assemblée législative de l’Alberta.   Elle n’a même pas eu la « gentillesse » d’informer le public ou d’autres membres de son cabinet avant sa construction.   D’autres histoires sortaient.  Elle s’en servait du flot d’avions privé du gouvernement albertain pour ces vacances personnelles, et elle s’est achetée des billets d’avion de 40,000 $ pour des voyages en Afrique aux frais des contribuables.  (Note : il y a quelques jours la GRC a finalement pu trancher au sujet de ses dépenses… et ils n’ont rien trouvé d’illégal au sens strict du terme).

Les chicanes entre elle et ses ministres étaient nombreux.  Elle a vitement acquis la réputation d’être quelqu’un qui croyait qu’elle ne pouvait jamais commettre d’erreurs.

Dans le contexte de la politique Albertaine, ce genre d’attitude est voué à l’échec.  Le succès des 45 ans de pouvoir des PCA réside dans le fait que le/la chef du parti suivait l’avis des membres, et écoutait attentivement les conseils de son propre cabinet (l’Alberta n’est peut-être pas unique dans ce sens au Canada, mais ce principe est peut-être plus pertinent et plus pratiqué en Alberta que dans toute autre juridiction au Canada).   C’est justement pour cette raison que les PCA ont pu s’adapter au cours des décennies.  Les PCA ont toujours su s’adapter, d’une manière très rapide, aux changements de direction du vent de son électorat, afin d’être toujours le parti de choix.

Alison Redford rompait les rangs.  Elle a perdu pied avec la réalité, avec les attentes de son parti, et avec celles de sa province.   Elle a été rapidement évincée par le parti, au grand plaisir de l’électorat.

Les sondages indiquaient que l’électorat croyait que le parti progressiste-conservateur de l’Alberta, encore une fois, avait agi dans le meilleur intérêt du peuple.  La province allait encore donner une nouvelle chance aux PCA, qui semblaient pouvoir, une fois de plus, s’adapter et se réinventer de bonne foi selon les appels de l’électorat.

— — — — —

Dans le prochain et dernier billet de cette série qui porte sur les réalités albertaines, je vais vous parler des enjeux actuels en Alberta.  Spécifiquement, je vais vous parler des

  • Politiques actuelles
  • L’industrie pétrolière, et les attitudes et avances qui y sont reliées.

À bientôt!


(French / Français) SERIE:  LES PRÉJUGÉS À L’ÉGARD DE L’ALBERTA (6 billets)